1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "François Hollande, le démiurge, garde toutes ses chances", dit Olivier Mazerolle
1 min de lecture

"François Hollande, le démiurge, garde toutes ses chances", dit Olivier Mazerolle

REPLAY / BILLET - Après les départementales, Nicolas Sarkozy jubile, Marine Le Pen fait front, la gauche est en plein divorce. Pourtant, le journaliste croit que cette dernière peut resurgir.

Olivier Mazerolle
Olivier Mazerolle
Olivier Mazerolle : "François Hollande, le démiurge"
00:02:25
"François Hollande, le démiurge, garde toutes ses chances", dit Olivier Mazerolle
00:02:25

"Dimanche 29 mars au soir, il y avait quelque chose de pathétique à entendre les représentants de la gauche parler de rassemblement et mettre dans ce mot tellement de choses différentes qu'on avait l'impression d'avoir affaire à une bande d'autistes", constate Olivier Mazerolle.

Pour lui, "le seul qui nous réveillait c'était Mélenchon, tonitruant", qui clamait : "Ne vous laissez par embarquer, la France est menacée de dislocation". Le bruit et la fureur n'étaient pas loin... "Avec les autres, on avait droit à une succession de soliloques soporifiques", ajoute le journaliste.

Le signe d'espérance pour la gauche dans tout ça ? "Il est ailleurs. La gauche possède le plus grand spécialiste de la martingale politique, un démiurge potentiel qui serait capable de créer les événements sur sa seule conviction qu'ils ne peuvent pas ne pas se produire". Mais de qui Olivier Mazerolle parle-t-il donc ? "De François Hollande, bien sûr", répond-il.

Hollande est sans doute le Français le plus impavide, capable d'encaisser tous les chocs sans broncher

Olivier Mazerolle

Pour le journaliste, le chef de l'État "est sans doute le Français le plus impavide, capable d'encaisser tous les chocs sans broncher, mais aussi le plus optimiste, qui croit à sa bonne étoile". Ainsi depuis 2012, il croit au retour de la croissance et aux théories de l'économiste Kondratiev.

À lire aussi

"Si le rêve de François Hollande d'un retour de la croissance en 2016 se concrétise, cela promet un beau match avec Nicolas Sarkozy, en pole position après les départementales", poursuit Olivier Mazerolle. Si le chef de l'État, malgré ses talents de conciliateur, ne parvient pas à rabibocher la gauche, "on aura une finale UMP - FN".

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/