1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. François Hollande est un "homme qui n’aime que lui-même", selon Nicolas Sarkozy
2 min de lecture

François Hollande est un "homme qui n’aime que lui-même", selon Nicolas Sarkozy

Dans l’émission Punchline sur C8, Nicolas Sarkozy s’est confié sur la personnalité du président de la République, un homme qui selon lui n’aime que sa propre personne.

François Hollande et Nicolas Sarkozy, le 15 novembre 2015 à l'Élysée
François Hollande et Nicolas Sarkozy, le 15 novembre 2015 à l'Élysée
Ambre Deharo
Ambre Deharo

"On se demande jusqu’où ce président bavard va détruire la fonction présidentielle". Le 16 octobre, dans l’émission Punchline sur C8, Nicolas Sarkozy n’a pas été tendre avec François Hollande, à la suite de la publication par Gérard Davet et Fabrice Lhomme du livre Un président ne devrait pas dire çaFace à Laurence Ferrari, le candidat à la primaire de la droite et du centre a lancé salve sur salve à l’encontre de l’actuel chef de l’État. Dont une, bien piquante, sur la personnalité même de François Hollande. Selon Nicolas Sarkozy donc, le président de la république est en réalité "un homme qui n’aime que lui-même".

Et lorsque Laurence Ferrari évoque le dernier sondage Ifop pour le Journal du Dimanche, qui indique que 86 % des Français ne souhaitent pas que François Hollande se représente à la présidentielle de 2017, Nicolas Sarkozy prophétise : "Le connaissant comme je le connais, il se représentera". Or, à peine quelques minutes avant, le candidat à la primaire de droite et du centre affirmait ne fréquenter aucunement le chef de l’État. "Je ne le connais pas bien", insistait-il ainsi, "je ne l’ai pas affronté depuis trente ans, nous ne nous fréquentons pas si je puis utiliser l’expression ». Ajoutant même, catégorique : "C’est un homme qui ne suscite pas un immense respect".

Comme Nicolas Sarkozy, ils sont 73 % de Français à penser que François Hollande se représentera. Et face à cette perspective, l’ancien président de la république a souhaité sur le plateau de C8 s’éloigner de toute comparaison possible avec l’actuel chef de l’État. "Je n’ai rien à voir avec lui", a réaffirmé le candidat Les Républicains. "Il se trouve qu’en 2012, lorsque nous avions eu le débat, j’avais dit à François Hollande qu’il mentait et que le mensonge en politique, à ce point, c’est très dangereux, parce que le mensonge suscite la colère, et c’est ce qu’il a récolté". Reste à savoir à quel point Nicolas Sarkozy compte attiser cette colère des Français, ou du moins les sympathisants de la droite et du centre, afin de remporter la primaire des20 et 27 novembre prochain, et ensuite, peut-être, l’élection présidentielle.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/