3 min de lecture François Hollande

François Hollande aux Antilles : les enjeux de la visite du président

ÉCLAIRAGE - Le Président a entrepris de se rendre dans cinq îles en six jours. L'objectif est de préparer l'élection présidentielle de 2017.

François Hollande en visite à Saint-Barthélemy, le 8 mai 2015
François Hollande en visite à Saint-Barthélemy, le 8 mai 2015 Crédit : ALAIN JOCARD / POOL / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
et AFP

Un déplacement avec un avant-goût de campagne électorale. La tournée de François Hollande dans la Caraïbe a débuté, vendredi 8 mai, à Saint-Barthélemy et Saint-Martin. En cinq jour, le Président se rendra dans cinq îles. Le Président se rendra aux Antilles françaises et fera un passage à Cuba et en Haïti

"Merci d'être ici (...) Merci d'avoir attendu si longtemps", a lancé le président de la République à peine posé sur l'aérodrome de Saint-Barthélemy. Cette visite présidentielle faisait figure d'événement puisque la dernière en date datait d'il y a 35 ans, avec la visite de Valéry Giscard d'Estaing, en 1980. Quitte à jouer sur la répétition des déplacements sur un thème récurrent, comme ces dernières semaines la jeunesse.

"Les trois façons de faire de la politique : c'est la répétition, la répétition, la répétition", explique-il. La tournée de cinq jours de François Hollande dans la Caraïbe, un des plus longs déplacements de son quinquennat brasse ce mélange : proximité avec les Français, grands thèmes internationaux (la mémoire de l'esclavage, le climat) et diplomatie de haut vol avec une visite historique à Cuba, sur lequel François Hollande mise pour rebondir.

À lire aussi
La chronique de Laurent Gerra du 13 mai 2019 humour
La chronique de Laurent Gerra du 18 juin 2019

Préparer la conférence environnementale

La destination est stratégique puisque Saint-Barthélemy compte 9.269 habitants. Lors du second tour de l'élection présidentielle de 2012, 82% avaient voté pour Nicolas Sarkozy. "Sur ces terres éloignées l'accueil est toujours généreux", a constaté la ministre de l'Écologie, Ségolène Royal, à Saint-Martin. Dans cette collectivité de 40.000 habitants qui ont voté à 51,5% Hollande en 2012. En retour, celui-ci s'est efforcé de combler les attentes de ces deux collectivités devenues en 2007 des collectivités territoriales d'outre-mer (COM), émancipées de la Guadeloupe. 

Ségolène Royal et François Hollande, à Saint-Barthélemy, le 8 mai 2015
Ségolène Royal et François Hollande, à Saint-Barthélemy, le 8 mai 2015 Crédit : ALAIN JOCARD / POOL / AFP

François Hollande a ainsi proposé à Saint-Barthélemy, un "compromis" pour régler un contentieux fiscal entre l'État et l'île, né d'une situation inédite de dotation négative depuis le changement de statut. Selon ce "compromis", l'île ne rembourserait que "la moitié de sa dette, soit un effort de 20 millions d'euros". En Martinique, François Hollande va tenter une opération séduction en Martinique, en se rendant à une "trentaine de délégations régionales à un sommet sur le climat, destiné à préparer la conférence mondiale de décembre, à Paris", explique Le Monde

 Le sommet accueillait une trentaine de délégations de toute la Caraïbe, dont le  président haïtien Michel Martelly, 13 Premiers ministres et 6 ministres, dont la ministre de l'Environnement cubaine. Le président de la République a lancé de nouveau un avertissement aux pays les plus prospères : "S'il n'y a rien en termes de financement pour les pays qui sont les plus fragiles et les plus pauvres, ils ne vous suivront pas". Il a souligné l'importance du Fonds vert, l'un des principaux mécanismes de financement de la lutte contre le changement climatique dans les pays en voie de développement, qui devra "à l'horizon 2020 rassembler 100 milliards de dollars", a-t-il rappelé. 

Un lieu d'expression sur l'esclavage

À la Martinique, François Hollande préside, ce samedi 9 mai, un sommet régional sur le climat, en prévision de la COP 21 en décembre à Paris. Dimanche, en Guadeloupe, il inaugurera un grand centre de mémoire sur l'esclavage, en présence des représentants de la Caraïbe, ainsi que de plusieurs présidents africains. Dans la foulée, il ira les 11 et 12 mai à Cuba où il sera le premier président français à se rendre en visite officielle depuis plus d'un siècle, et à Haiti. À l'entrée de la baie de Pointe-à-Pitre est sortie de terre une oeuvre architecturale singulière, le Mémorial ACTe, un lieu d'expression sur l'esclavage qui ambitionne d'apaiser cette mémoire douloureuse en Guadeloupe et au-delà. 

François Hollande l'inaugurera dimanche, journée nationale de commémoration de la traite et des abolitions, en présence d'une trentaine de dirigeants africains et caribéens. Si ces derniers soutiennent le principe de réparations pour les descendants d'esclaves, le président français a toujours dit son opposition à l'"impossible réparation" de ce que la France considère comme crime contre l'humanité.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
François Hollande Antilles Ségolène royal
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7778288267
François Hollande aux Antilles : les enjeux de la visite du président
François Hollande aux Antilles : les enjeux de la visite du président
ÉCLAIRAGE - Le Président a entrepris de se rendre dans cinq îles en six jours. L'objectif est de préparer l'élection présidentielle de 2017.
https://www.rtl.fr/actu/politique/francois-hollande-aux-antilles-les-enjeux-de-la-visite-du-president-7778288267
2015-05-09 17:41:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/HcCHHJniPO04GgDpvIrkpQ/330v220-2/online/image/2015/0509/7778288688_francois-hollande-en-visite-a-saint-barthelemy-le-8-mai-2015.jpg