1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. François Fillon : un tiers des salariés aurait quitté le QG du candidat
1 min de lecture

François Fillon : un tiers des salariés aurait quitté le QG du candidat

Il n'y a pas que les élus qui quittent l'équipe de François Fillon. Selon les informations des "Inrocks", les salariés feraient leur carton.

La conférence de presse de François Fillon du 1er mars 2017
La conférence de presse de François Fillon du 1er mars 2017
Crédit : Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Marie-Pierre Haddad

"On entend presque les mouches voler". Voici ce que raconte un ancien membre de la campagne de François Fillon aux Inrocks. Le magazine décrit ainsi que "les bureaux se vident au fil des heures". Hier, un tiers des salariés était parti. "La dernière fois que l'on a senti de l'agitation au QG, c'était mercredi midi au moment de la conférence de presse catastrophique de François Fillon", poursuit cet ex-membre.

Comme pour Bruno Le Maire et Benoist Apparu, le discours de François Fillon, plus conquérant que jamais, n'a pas convaincu. Et la tenue d'un rassemblement contre la justice est venue enfoncée le clou. "François Fillon a repris la parole qu'il avait donnée (lorsqu'il avait annoncé qu'il se retirait en cas de mise en examen ndlr). Et il veut désormais organiser une manifestation contre la justice. Les conditions pour faire campagne ne sont plus réunies", explique un proche d'Alain Juppé.

Une réunion Sarkozy-Larcher-Accoyer

Gérard Larcher, président du Sénat, et Bernard Accoyer, secrétaire général du parti Les Républicains, ont rencontré Nicolas Sarkozy ce vendredi en fin de matinée. Ils se sont réunis afin de réfléchir à la manière dont il faudrait "s'organiser très vite", en cas de retrait de François Fillon, pour qu'il n'y ait "pas de temps de latence".

Une source Les Républicains a indiqué à l'AFP que "si Fillon est amené à démissionner, celui qui tient le plus la corde pour le remplacer est Alain Juppé". Un autre confie que "Larcher et Accoyer se font des nœuds au cerveau pour savoir comment se positionner pour que la crise ne soit pas irréparable. Ils estiment qu'il y a un vrai risque Le Pen. Le week-end sera déterminant. Ils ne disent rien publiquement mais pour eux, la situation actuelle est intenable". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/