1 min de lecture Politique

François Fillon se pose en garant du débat sur l'islam

Le débat sur la laïcité et la place l'islam, qu'organise l'UMP en avril à la demande de Nicolas Sarkozy, a suscité lundi de nouvelles réserves à droite, notamment de François Fillon. "Si ce débat devait être centré sur l'islam", s'il "devait apparaître comme un débat qui, d'une manière ou d'une autre, conduit à stigmatiser les musulmans je m'y opposerais, je le dis très clairement je m'y opposerais", a déclaré le Premier ministre sur RTL. "En revanche, si le débat (...) est un débat qui vise à rénover le concept de la laïcité, à adapter la laïcité française à une situation nouvelle (...) alors oui, je pense c'est un débat qui est utile, mais seulement dans ce cadre-là", a-t-il ajouté. "Et donc je veillerai, à la place qui est la mienne, à faire en sorte que ce débat ne dérive pas", a assuré le chef du gouvernement.

Marie-Bénédicte Allaire
Marie-Bénédicte Allaire Journaliste RTL

La question du financement des lieux de prière "est une question qui mérite d'être posée et qui ne doit pas être taboue", a aussi expliqué François Fillon lundi matin face à Jean-Michel Aphatie. Celle  de "la formation des imams" est également "sur la table". Elle n'a à ce jour "pas été correctement traitée".

Après Alain Juppé, Gérard Larcher ou encore Patrick Devedjian ces derniers jours, le président de l'Assemblée, Bernard Accoyer (UMP), a adressé à son tour une mise en garde sur ce débat, appelant à éviter "la stigmatisation" des musulmans. "J'aurais préféré une réflexion plus longue et plus profonde avant le lancement" de ce débat, a-t-il souligné dans un entretien publié mardi dans "Les  Echos". "Il s'agit d'éviter la stigmatisation de la religion de plusieurs millions de nos compatriotes. Un tel débat doit être centré sur la laïcité, le respect des droits et devoirs de tous les citoyens, y compris dans la pratique de leur culte", a-t-il exhorté avant d'estimer que la loi de 1905 sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat est "l'un des piliers de notre République laïque". "Il n'en faut pas moins trouver des solutions aux besoins de financement des lieux de culte. Les lois de la République n'ont pas à être changées. Mais des marges de manœuvre existent au niveau local: elles doivent être privilégiées", souligne-t-il encore.

Enfin, le porte-parole du PS Benoît Hamon a accusé lundi le président Nicolas Sarkozy de parier sur "la stratégie de la peur" en utilisant les thèmes  de l'immigration et de l'islam, et de vouloir entrer en compétition avec le FN en vue de la Présidentielle. "La réalité, c'est qu'à chaque fois que le président de la République use de cette méthode consistant à faire peur aux Français (...), le résultat est le  même. C'est Marine Le Pen qui prospère. C'est le Front National qui prospère", a-t-il dit.

Lire la suite
Politique François Fillon Islam
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants