1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. François Fillon : Nicolas Sarkozy, une nouvelle fois, au centre du jeu politique
3 min de lecture

François Fillon : Nicolas Sarkozy, une nouvelle fois, au centre du jeu politique

DÉCRYPTAGE - En coulisses ou via un communiqué, Nicolas Sarkozy s'est placé en conseiller de François Fillon et en détendeur d'une solution pour sortir de la crise.

Nicolas Sarkozy, le 1er mai 2012
Nicolas Sarkozy, le 1er mai 2012
Crédit : Philippe Wojazer/AP/SIPA
Marie-Pierre Haddad

D'une manière ou d'une autre, Nicolas Sarkozy est de retour. Éliminé au premier tour de la primaire de la droite et du centre, l'ancien président de la République est devenu le point central vers lequel convergent toutes les demandes de conseils, décisions ou analyses dans le cadre de l'affaire Fillon. Consulté à plusieurs reprises par François Fillon, mais aussi par Alain Juppé, Gérard Larcher le président du Sénat, ou encore Bernard Accoyer, le secrétaire général des Républicains, Nicolas Sarkozy est sorti du rôle de "sage" et de conseiller de l'ombre pour faire une déclaration officielle. 

À travers la publication d'un communiqué de presse, l'ancien président de la République a proposé, ce lundi 6 mars, à François Fillon et Alain Juppé de se rencontrer "pour trouver une voie de sortie digne et crédible à une situation qui ne peut plus durer". Il explique que cette "situation ne peut plus durer et crée un trouble profond chez les Français".

Un statut discret de "maître du jeu"

Le retour de Nicolas Sarkozy dans l'actualité présidentielle a été marqué par la demande de rendez-vous faite par François Fillon. Les anciens rivaux de la primaire ont déjeuné ensemble le 15 février dernier, à la demande de l'ancien premier ministre. En coulisses, il estimait que "le plus difficile sera de se mettre d'accord sur une procédure pour remplacer l'actuel candidat. Il ne nous reste pas plus de quinze jours, après, cela sera trop tard", comme le rapportait Le Canard Enchaîné.

L'ancien chef de l'État a distillé quelques conseils à François Fillon afin que ce dernier puisse reprendre le contrôle de sa campagne : battre le tempo médiatique et attaquer ses rivaux à l'élection présidentielle. À cela, Nicolas Sarkozy a ajouté un autre conseil qui prend des airs de condition : écouter son entourage. Un cadre des Républicains confiait alors à L'Express que "Sarkozy se rêve en faiseur de roi. Baroin est son cheval de Troie (...) C'est un coup de com' (...) Il suffit de voir qui sont les frondeurs à droite. Sarkozy est à la manœuvre pour mettre la pression sur Fillon et l'obliger à revenir vers lui".

Présidentielle 2017
À lire aussi

Le 3 mars, Nicolas Sarkozy a une nouvelle fois été en contact avec François Fillon, par téléphone cette fois-ci. Selon nos informations, l'ancien président de la République s'est gardé de formuler un avis  à propos de l'hypothèse d'un retrait du candidat. Il lui aurait dit que cette situation était devenue difficilement tenable et qu'il fallait faire preuve de lucidité. 

Un passage à l'action

Désormais, Nicolas Sarkozy s'appuie sur ses proches pour tenter de déstabiliser François Fillon. Des élus sarkozystes ont confié à l'AFP qu'une réunion a eu lieu ce lundi matin, en présence de l'ancien président. "La ligne politique de Fillon est la bonne mais ce dernier ne pouvant plus assurer l'unité de la famille politique de la droite et du centre, nous lui demandons de prendre ses responsabilités et de se choisir lui-même un successeur", a confié une source. Un proche ajoute : "La position de Sarkozy est très claire : on ne plante pas de poignard dans le dos de Fillon, on veut l'unité de la famille politique de la droite et du centre, nous souhaitons que ce soit le projet de Fillon qui reste notre projet".

Sept élus sarkozystes étaient présents à cette réunion : Christian Jacob, Laurent Wauquiez, Brice Hortefeux, Eric Ciotti, François Baroin, Christian Estrosi et Luc Chatel. Selon l'entourage de l'ancien chef de l'État, Alain Juppé a d'ores et déjà accepté cette rencontre, qui pourrait avoir lieu "demain (mardi) après-midi", tout en réitérant sa détermination à ne pas être candidat. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/