1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. François Fillon : Nicolas Dupont-Aignan "en a plus qu'assez" des affaires
1 min de lecture

François Fillon : Nicolas Dupont-Aignan "en a plus qu'assez" des affaires

INVITÉ RTL - Le candidat Debout la France n'a pas souhaité s'étendre sur les dernières allégations de François Fillon.

Nicolas Dupont-Aignan, invité de RTL, vendredi 24 mars
Nicolas Dupont-Aignan, invité de RTL, vendredi 24 mars
Crédit : RTL
Nicolas Dupont-Aignan, invité de RTL, vendredi 24 mars
11:01
Nicolas Dupont-Aignan : "Emmanuel Macron est la réincarnation de François Hollande"
00:23
Nicolas Dupont-Aignan : "Emmanuel Macron est la réincarnation de François Hollande"
11:05
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier

À 30 jours du premier tour de l'élection présidentielle, le grand oral de François Fillon a viré au règlement de comptes. Invité de L'Émission politique sur France 2, le candidat de la droite a accusé François Hollande d'être à l'origine des révélations dans la presse de l'affaire des soupçons d'emplois fictifs qui concerne son épouse Penelope et a pointé l'existence d'un cabinet noir.

Invité de RTL vendredi 24 mars, Nicolas Dupont-Aignan n'en a que faire. "Nous sommes à quatre semaines d'un choix décisif des Français. J'en ai plus qu'assez que depuis des semaines, les histoires de [François] Fillon, les dialogues avec [François] Hollande, le marécage immonde dans lequel on traîne abîme ce choix décisif", a rétorqué Nicolas Dupont-Aignan, qui ne s'intéresse plus aux affaires de François Fillon, symbole, selon lui, de "la politique du pire".

Dupont-Aignan appelle à éviter "le duel mortifère Macron-Le Pen"

Encore une fois, Nicolas Dupont-Aignan estime être l'alternative. "Il y a deux questions à se poser le 23 avril. Est-ce que l'on continue avec la France dans cet état ? Que ce soit [Emmanuel] Macron ou [François] Fillon, puisqu'ils ont gouverné. Et par quoi on les remplace ? C'est le sens de ma candidature", assure celui qui a pour la première fois dépassé le seuil des 5% d'intentions de vote dans les sondages. "J'ai de plus en plus de Républicains qui me rejoignent. Ils pensent qu'il y a peut-être une chance avec moi, elle est très faible encore mais elle va progresser. Je peux rassembler beaucoup de Français qui vont enfin dire : "on va éviter ce duel qui s'annonce, mortifère pour la France, le duel Macron-Le Pen, qu'est en train de générer Fillon."

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/