1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. François Fillon met le cap sur 2017 et égratigne Nicolas Sarkozy au passage
2 min de lecture

François Fillon met le cap sur 2017 et égratigne Nicolas Sarkozy au passage

L'ancien premier ministre indique dans le "Monde" qu'il ne sera pas candidat à la présidence de l'UMP, pour se mieux se préparer à la primaire de 2017.

François Fillon lors d'une conférence de presse, le 25 juin 2014
François Fillon lors d'une conférence de presse, le 25 juin 2014
Crédit : AFP / Bertrand Guay
Héloïse Leussier
Héloïse Leussier

François Fillon ne s'en est jamais caché, il se prépare pour la présidentielle de 2017. Dans un entretien au Monde, daté du samedi 19 juillet, il revient sur la situation de l'UMP, sa candidature à la primaire, et en profite pour adresser quelques critiques en creux à son principal rival, Nicolas Sarkozy.

Un "excès de dépense" en 2012

Revenant sur les déboires financiers de l'UMP, François Fillon dresse un constat sévère : "c'est le résultat de la façon dont l'UMP a été gérée depuis des années", dit-il.

Selon lui, la situation s'est dégradée après 2010 en raison de l'endettement immobilier du parti, mais aussi  "à cause du poids absolument invraisemblable du financement de l'action politique en 2012". Il affirme que l'essentiel du problème financier de l'UMP vient de "cet excès de dépenses" l'année de la présidentielle.

Pas candidat à la présidence du parti

L'ancien Premier ministre et actuel membre de la direction collégiale de l'UMP considère que le futur président de l'UMP ne devrait pas être candidat à la primaire, même si rien ne l'interdit dans les statuts du parti. 

À lire aussi

"Celui qui s'engage à redresser le parti et à y remettre de la convivialité ne devrait pas être candidat à la primaire", estime-t-il. C'est pourquoi il ne sera lui-même pas candidat, préférant se concentrer sur l'objectif de 2017.

Contre la "candidature de verrouillage" de Sarkozy

Interrogé sur la possible candidature de Nicolas Sarkozy à la présidence de l'UMP, François Fillon répond que  "plutôt que d'une candidature qui verrouille le débat, l'UMP a besoin d'une candidature d'apaisement".

"Si Nicolas Sarkozy a un projet pour la France, il pourra le confronter aux autres à l'occasion de la primaire", lâche-t-il.

Contre la "mise en cause des institution judiciaires"

"Ce ne sont pas les affaires qui participent à l'établissement d'un climat serein au sein de l'UMP et d'un lien de confiance avec les Français", affirme François Fillon à propos des affaires qui entourent Nicolas Sarkozy.

Et d'adresser une petite critique à l'ancien président : "le rôle des responsables politiques – en particulier un ancien président ou un ancien premier ministre – n'est pas de remettre en cause les institutions judiciaires quelles que soient leurs imperfections", dit-il.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/