1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "François Fillon doit se lâcher", dit Elizabeth Martichoux
3 min de lecture

"François Fillon doit se lâcher", dit Elizabeth Martichoux

REPLAY / EDITO - François Fillon est candidat à la primaire UMP. Et l'ancien premier ministre a du mal à trouver sa place.

Elizabeth Martichoux
Elizabeth Martichoux
Crédit : Fanny Bonjean / RTL.fr
Elizabeth Martichoux : "François Fillon doit se lâcher"
03:24
"François Fillon doit se lâcher", dit Elizabeth Martichoux
03:24

François Fillon est candidat à la primaire UMP. Lui, le pilote automobile, on pourrait dire qu'il patine. Il a des tours de retard. Et il a du mal à trouver la bonne vitesse. Mais à l'arrêt aux stands, il relit le Lièvre et la Tortue et se promet d'être à l'arrivée. Alors que Nicolas Sarkozy a fait salle comble hier soir à Nice, François Fillon tiendra une réunion beaucoup plus confidentielle à Saint-Raphaël aujourd'hui dans le Var. La situation reste compliquée pour François Fillon : une rumeur a couru selon laquelle il se désisterait au profit d'Alain Juppé et un sondage Ifop de dimanche dernier le créditait de 5% des voix auprès des sympathisants de la droite et du centre. Pourtant il travaille.

Quitte à passer pour un besogneux, depuis un an, François Fillon bosse. Fillon le sérieux, Fillon le solide, il en fait même une marque de fabrique. Son entourage le répète en boucle : lui au moins, a un programme. Vous savez combien de propositions il a mis sur la table depuis un an ? Dix ? Vingt ? Trente ? Cinquante ? Ce serait déjà plus qu'en ont proposé Nicolas Sarkozy et Alain Juppé. Mais vous êtes loin du compte. François Fillon en a émis entre 250 et 300 ! Éducation, logement, finances publiques, immigration. Et à ce stade, combien d'entre elles ont marqué l'opinion ? La réponse est dans la question. Car la réalité est cruelle, comme la résume un sarkoziste, naturellement très bien intentionné : "François Fillon est le seul à avoir un programme mais ça emmerde tout le monde". Pas totalement faux.

Trop de propositions tuent la proposition ?

Car les militants UMP ne sont pas du tout dans la primaire. Ils ne seront pas réceptifs avant l'automne 2016, un peu avant le match. Et la communication n'est pas l'atout majeur de François Fillon. Lui qui se destinait au journalisme quand il avait une vingtaine d'années, ne sait pas faire. Il y a un an, quand il présente son plan pour l'éducation, il refuse d'en parler à la presse. Un de ses lieutenants est allé le voir et lui a balancé : "Tu ne me refais jamais ça" et une partie de son équipe qui avait planché dessus était sur le point de déserter. Cette répugnance l'handicape. Par exemple en matière économique avec son catalogue très libéral, sa "purge thatchérienne", comme disent certains socialistes. Du sang et des larmes. Beaucoup applaudissent à droite et pas seulement les fillonistes. Mais qu'on le veuille ou non, les bonnes idées, il faut les incarner, il faut les porter sinon, il faut les laisser aux cercles de réflexion. 

Fillon progresse de quatre points dans les sondages

François Fillon doit se lâcher, comme il l'a fait cette semaine dans le premier épisode de Top Gear, au volant d'une voiture... qui n'avance pas. Dans les médias, ça va tout de même un peu mieux. Il se fait aider par une grande prêtresse de la com', est plus présent et il remonte de quatre points dans un sondage Ipsos pour Le Point qui parait ce jeudi.

À lire aussi

C'est mieux que si c'était pire. Mais François Fillon ne rêve pas du destin de Simone Veil. Son ambition n'est pas de régner sur des courbes de popularité, qui ne se traduisent pas dans les urnes. Il a besoin que les militants votent pour lui le jour venu. Or, le duel Sarko/Juppé est déjà installé. Le challenger, c'est Bruno Le Maire. Une bagarre à trois qui ne lui laisse pas d'espace même en terme d'image. Il y a Sarkozy le dynamique, Alain Juppé le sage, Bruno Le Maire le "djeun", le renouveau, et François Fillon, du sang et des larmes. Évidemment, si Juppé chute du haut de sa popularité, ou si Nicolas Sarkozy est rattrapé par les affaires, "rien ne se passera comme prévu" comme disait quelqu'un. Et il n'y a jamais eu de primaire à droite. C'est inédit. Qui sait ce qui peut se passer. Alors François Fillon garde le cap et médite sur Le Lièvre et la Tortue.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/