2 min de lecture Penelope Fillon

François Fillon aurait fait rémunérer sa femme par l'Assemblée dès 1982

Selon une nouvelle révélation de Mediapart, Penelope Fillon n'a pas été rémunérée dès 1986 comme l'a affirmé son mari, mais dès quatre années auparavant, comme chargée de mission à l'Assemblée nationale.

Penelope Fillon lors d'un meeting de son mari le 29 janvier
Penelope Fillon lors d'un meeting de son mari le 29 janvier Crédit : Christophe Ena/AP/SIPA
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
Journaliste

Selon le site d'information Mediapart, le candidat Les Républicains "a encore menti" et aurait omis de déclarer quatre années - de 1982 à 1985 - au cours desquelles son épouse Penelope Fillon était déjà chargée de mission à l'Assemblée nationale et par conséquent rémunérée par le palais Bourbon. S'il promet depuis plusieurs meetings qu'il sera, lui élu, un "président exemplaire", François Fillon, mis en examen le 14 mars dernier, se trouve une fois encore rappelé au bon souvenir des affaires. 

"Penelope Fillon a en fait bénéficié d'argent public dès le premier mandat parlementaire de son mari, grâce à des contrats d'études ou de missions commandées par celui-ci", affirme ainsi Mediapart, qui précise que les hommes de l'OCLCIFF, Office anti-corruption, se penchent actuellement sur les premiers contrats de Penelope Fillon. Discrète, cette dernière a été propulsée dans la lumière médiatique à partir du mois de janvier, à la suite de révélations du Canard enchaîné qui ont depuis fait peser sur elles des soupçons d'emplois fictifs. Fin mars, entendue par les juges d'instruction, elle a été mise en examen, notamment pour recel d'escroquerie aggravée et recel de détournement de fonds publics.

Quatre années, un recrutement

Pour prouver que sa femme a travaillé, François Fillon a annoncé, le 30 mars dans Les Petits déjeuners de la présidentielle de RTL, qu'il avait mis tous les éléments nécessaires - "des preuves matérielles, des témoignages" - à la disposition de la justice. Selon les informations de Mediapart, les policiers de l'office anticorruption s'attellent pour l'instant à mettre la main sur les documents afin de - peut-être - faire mentir les révélations des médias, qui d'après l'ancien Premier ministre se liguent contre lui afin d'entraver sa campagne.

Seulement, comme le souligne Mediapart, les affirmations du candidat ont été jalonnées d'imprécisions depuis qu'il a pris la parole sur lesdites affaires. François Fillon avait d'abord affirmé que son épouse avait travaillé pour lui à titre bénévole à partir de 1981. Mais les dates de début de la rémunération ont ensuite évolué. Mediapart rappelle qu'il avait d'abord affirmé sur TF1 qu'elle avait été rémunérée à partir de 1997

À lire aussi
François Fillon au soir de sa défaite au premier tour de la présidentielle, le 23 avril 2017 procès emplois fictifs
Soupçons d'emplois fictifs : qu'est-il reproché à François Fillon ?

En conférence de presse début février, le candidat est revenu sur cette date : "Mes réponses ont été imprécises (...). Oui, elle a commencé à être rémunérée en 1988", avait-il alors déclaré. Puis son entourage de publier "quelques heures plus tard" un document sur les "salaires nets moyens perçus au titre de son emploi comme collaboratrice parlementaire par Penelope Fillon entre 1986 et 2013". 1997, 1988, 1986, 1982... La justice doit désormais faire la lumière sur l'année de recrutement de l'épouse Fillon et, toujours, sur les taches concrètes qui lui étaient confiées.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Penelope Fillon François Fillon Mediapart
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants