3 min de lecture Christian Estrosi

François Fillon dévoile les cadres de son mouvement

EN IMAGES - L'ancien Premier ministre a présenté les lieutenants de son nouveau mouvement politique Force Républicaine ce jeudi 11 juillet. Ils sont 12 sénateurs et 36 députés. Présentation des principaux.

Raphaël Bosse-Platière
Raphaël Bosse-Platière
Journaliste RTL

Alors que le retour en politique de Nicolas Sarkozy  semble de plus en plus inéluctable, François Fillon prépare déjà la campagne pour la primaire de l'UMP en 2016, destinée à choisir le candidat de l'élection présidentielle.

Ce jeudi 11 juillet, l'ancien Premier ministre a présenté les lieutenants de Force Républicaine, son nouveau mouvement politique. 

L'UMP ne poeut pas vivre immobile, congelée, au garde à vous, dans l'attente d'un homme providentiel

François Fillon
Partager la citation

12 sénateurs et 36 députés seront ses représentants en régions. Parmi les principales "têtes d'affiche", la plupart étaient de proches collaborateurs pendant la précédente mandature.

Valérie Pécresse, la plus sarkozyste des chiraquiens

Valérie Pécresse est un soutien de François Fillon de la première heure, depuis que celui-ci a dévoilé ses ambitions après la défaite du candidat UMP à la dernière élection présidentielle. 

À lire aussi
Christian Estrosi à Nice, en novembre 2018 élections européennes
Européennes 2019 : Estrosi et Robinet voteront pour la liste Les Républicains

Avant cela, elle a été ministre de Nicolas Sarkozy pendant la totalité du mandat de l'ex chef de l'Etat, d'abord à l'Enseignement supérieure puis au Budget.

Cette chiraquienne sortie de l'ENA et HEC sera responsable de la région Ile-de-France au sein de Force Républicaine.

Christian Estrosi, la caution des "amis de Nicolas Sarkozy"

C'est l'une des plus belles "prises" de François Fillon. Christian Estrosi a rejoint l'ancien Premier ministre pendant la primaire UMP de la fin d'année dernière. Le maire de Nice représentera le député de la Sarthe dans les Alpes

Sa position de secrétaire général de l'Association des amis de Nicolas Sarkozy fait de lui un soutien de poids.

Mais en cas de retour en politique de l'ancien Président, difficile de savoir pour qui le cœur de Christian Estrosi balancera.

Eric Ciotti, la valeur montante du Sud

Le député et président du conseil général des Alpes-Maritimes Eric Ciotti (UMP) condamne la politique de Christiane Taubira.
Le député et président du conseil général des Alpes-Maritimes Eric Ciotti (UMP) condamne la politique de Christiane Taubira. Crédit : AFP / Archives

Eric Ciotti est député et président du Conseil général des Alpes-Maritime, troisième plus grosse fédération UMP de France, rappelle Le Figaro. C'est un fidèle collaborateur de Christian Estrosi, pour qui il a été directeur de cabinet et avec qui il sera la voix de Fillon dans le sud-est de la France.

Après le fameux discours de Grenoble de Nicolas Sarkozy en 2010, qui marquait le tournant à droite de son mandat, Eric Ciotti a enfilé le costume de "Monsieur sécurité" de l'UMP. Accusé de marcher sur le terrain du Front national, ce dernier s'était défendu en expliquant que "Nicolas Sarkozy a été porté par une droite populaire. Il faut y être fidèle" avait noté Libération.

Invité de RTL ce jeudi 11 juillet, le député a affirmé que François Fillon est "très déterminé à engager un parcours pour aller à la rencontre des Français".

Eric Woerth, l'ancien collègue

Eric Woerth a été mis en examen en février 2012 pour trafic d'influence passif et pour "recel à raison d'une présumée remise de numéraire" qui lui aurait été faite par Patrice de Maistre.
Eric Woerth a été mis en examen en février 2012 pour trafic d'influence passif et pour "recel à raison d'une présumée remise de numéraire" qui lui aurait été faite par Patrice de Maistre. Crédit : AFP / Archives

L'ancien ministre du Budget puis du Travail de Nicolas Sarkozy était l'un des hommes fort du gouvernement de François Fillon sous la  précédente majorité. Mais en 2010, rattrapé par des ennuis judiciaires, il cède son porte-feuille de ministre. 

Réélu député de l'Oise en 2012 où il représentera l'ancien locataire de Matignon, Eric Woerth a soutenu son ancien Premier ministre pour la primaire de novembre 2012.

Dans l'affaire Bettencourt, le parquet de Bordeaux a requis le non-lieu pour le maire de Chantilly.

Gérard Longuet, le "réformateur"

Gérard Longuet a été primé pour sa petite phrase : "Hollande est pour le mariage pour tous... sauf pour lui".
Gérard Longuet a été primé pour sa petite phrase : "Hollande est pour le mariage pour tous... sauf pour lui". Crédit : AFP / Archives, Miguel Medina

Sénateur de la Meuse et Vice-président de l'UMP, il est un des poids lourd du principal parti d'opposition. Ministre de la Défense sous Nicolas Sarkozy, Gérard Longuet est un proche d'Hervé Novelli ou Patrick Devedjian, avec qui il est déjà membre du courant des "Réformateurs" au sein de l'UMP.

Dominique Bussereau, le "raffariniste"

Dominique Bussereau
Dominique Bussereau Crédit : AFP

Député de Charente-Maritime, Dominique Bussereau a été plusieurs fois secrétaire d'Etat et ministre de l'Agriculture lors du dernier quinquennat de Jacques Chirac avec Jean-Pierre Raffarin comme Premier ministre. De 2007 à 2010, Nicolas Sarkozy en fera son secrétaire d’État aux Transports, avant de le remplacer par Thierry Mariani.

Après le couac de la primaire de la fin 2012, il a été nommé délégué général en charge des élections à l'UMP avec Nadine Morano, qui elle, soutient Jean-François Copé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Christian Estrosi Eric Ciotti Eric Woerth
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants