2 min de lecture François Bayrou

François Bayrou sur RTL "ne voit pas de contradiction" avec Édouard Philippe

REPLAY - INVITÉ RTL - Le ministre de la Justice est revenu sur l'épisode qui l'a opposé au premier ministre, Édouard Philippe.

Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
François Bayrou était l'invité de RTL le 14 juin 2017 Crédit Image : Frédéric Bukajlo/Sipa | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
et Elizabeth Martichoux

François Bayrou a-t-il commis un excès d'insolence en répondant au recadrage du premier ministre ? Le ministre de la Justice a été clair : ministre ou citoyen, il n'a pas l'intention de freiner sa liberté d'expression. "Quand il y aura quelque chose à dire, je le dirai", a-t-il assuré avec aplomb. Invité de RTL mercredi 14 juin, le garde des Sceaux a ironisé sur le storytelling imposé par les médias. "Ils feraient se battre des montagnes", glisse-t-il. Selon le président du MoDem, il n'y a "pas de contradiction" entre les propos du premier ministre, qui appelle François Bayrou à "l'exemplarité", et les siens.

"Édouard Philippe a dit quelque chose que je considère comme absolument juste, et j'ai dit quelque chose que je considère comme absolument juste. Édouard Philippe dit qu'il faut être exemplaire, je partage ce sentiment (...) J'ajoute, et c'est aussi vrai, qu'en effet il faut de la liberté de parole. Je ne sais pas vivre sans liberté de parole (...) Je ne défie personne, je suis trop détendu pour cela. La responsabilité et la franchise sont conciliables. Au sein d'une équipe politique, il faut avoir de la liberté de parole, il faut qu'il y ait de la vie et pas que l'on vive avec la langue de bois."

Bayrou n'est pas contre "l'analyse en privé des méthodes des journalistes"

Sur le fond, Édouard Philippe a critiqué le coup de téléphone que François Bayrou a passé à un journaliste d'investigation de Radio France qui enquêtait sur l'affaire des assistants parlementaires du MoDem. Pour se justifier, François Bayrou évoque alors les méthodes des journalistes qui appellent les responsables politiques "dix fois par jour". "Pourquoi est-ce qu'il n'y aurait pas parfois la réciprocité, et que des responsables politiques puissent dire en privé leur analyse sur des méthodes utilisées."

Et réfute toute accusation de recadrage. "Il s'agissait de méthodes et de pratiques." Avant de préciser avec plus ou moins de clarté que les journalistes, pour les besoins de leur enquête, appelaient les collaborateurs du MoDem sur des "téléphones privés en dehors des lieux et des heures de travail". "J'ai trouvé que c'était un peu excessif. Je l'ai dit sans pression, je l'ai dit peut-être un peu vivement mais je ne vois pas en quoi il serait anormal de dire en privé son sentiment sur un certain nombre de pratiques et de méthodes."

À lire aussi
François Bayrou, le 8 octobre 2018 à Pau François Bayrou
Pour François Bayrou, les annonces d'Emmanuel Macron constituent "une révolution"

Et lorsque l'on rappelle à François Bayrou qu'il s'est présenté au téléphone "comme un citoyen", le garde des Sceaux assume. "Je suis un citoyen, je suis un ministre, je suis même un homme privé."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
François Bayrou MoDem Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants