1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle : Bayrou sera-t-il candidat ? "Je n'ai pas fermé cette porte"
2 min de lecture

Présidentielle : Bayrou sera-t-il candidat ? "Je n'ai pas fermé cette porte"

LE GRAND JURY - Avant de prendre sa décision, François Bayrou attend de savoir vers quelle sortie de crise la droite se dirigera.

François Bayrou invité du Grand Jury dimanche 5 février 2017
François Bayrou invité du Grand Jury dimanche 5 février 2017
Crédit : RTL / Frédéric Bukajlo / SIPA PRESS
Pour Bayrou, Fillon "n'a pas d'autre solution" que de se retirer
53:57
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier

François Bayrou ne s'en cache pas. Il aime le combat des mots et des arguments, l'arène politique est son terrain de jeu favori. Alain Juppé, le seul et unique cheval sur lequel il avait misé pendant la primaire exclu du jeu, un boulevard semblait lui tendre les bras, sa candidature paraissait évidente. Au micro du Grand Jury RTL - Le Figaro - LCI, il n'écarte encore une fois aucune hypothèse. "Je n'ai pas fermé cette porte (celle de la candidature, ndlr)", a-t-il lancé. 

Le président du MoDem sait se jouer de l'agenda médiatico-politique et veut prendre sa décision en ayant parfaitement conscience des forces en présence. L'éventuel retour d'Alain Juppé pèse donc dans la balance. "Ma décision n'est pas prise, parce que le paysage politique dans lequel les Français se trouvent doit trouver des réponses. Vous voyez bien que des décisions vont être prises au sein du camp de la droite. Ces décisions sont très importantes pour les Français, et naturellement pour la décision que je dois prendre."

Je n'ai jamais cessé de parler avec Alain Juppé

François Bayrou, président du MoDem

François Bayrou, qui ne trouve pas de "substance" dans le discours d'Emmanuel Macron et qui n'a "aucune intention" de soutenir Benoît Hamon, ne se voit pas soutenir autre chose qu'"une démarche de salut public". Une démarche qu'il espère retrouver dans une candidature d'Alain Juppé. "Si cette décision était prise, je soutiendrai Alain Juppé activement. Je n'ai jamais cessé de parler avec lui."

Pas question pour lui de faire un ticket avec le maire du Bordeaux. "J'ai l'intention d'avoir une attitude civique, sans demander des avantages. La France a besoin de rassemblement, la France est dans une proposition de salut public. Si mes vœux les plus profonds étaient réalisés on aurait pour cette élection présidentielle des démarches de rassemblement, parce que ça va mal. Si ces rassemblements sont impossibles, alors j'assumerai mes responsabilités"

À lire aussi

Et de dénoncer comme il le faisait déjà en 2007, lorsqu'il s'affranchissait du clivage droite-gauche, "une vie démocratique qui est désaxée".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/