1 min de lecture Politique

François Bayrou et Daniel Cohn-Bendit s'étripent à la télé (vidéo)

Alors que MoDem et Europe Ecologie sont au coude à coude dans les sondages, François Bayrou et Daniel Cohn-Bendit ont échangé des insultes - "ignoble", "minable" - jeudi lors d'un débat sur les européennes programmé dans la soirée sur France 2. Le dirigeant centriste a d'abord accusé l'ancien leader de Mai 68 de sa proximité avec Nicolas Sarkozy. Le ton est monté jusqu'à ce que le député des Pyrénées-Atlantiques reparle d'un livre ("Le grand bazar") dans lequel l'actuel chef de file des listes Europe Ecologie évoquait des pratiques ambiguës avec de jeunes enfants. Accusation à peine voilée de pédophilie. "François Bayrou" a pété les plombs, a-t-il commenté après l'émission.

France 2 et Alba Ventura

Bayrou accuse Cohn-Bendit de complaisance pédophile (Youtube)



François Bayrou s'est élevé contre "l'idée selon laquelle il fallait épargner Nicolas Sarkozy dans cette campagne", défendue selon lui "par Daniel Cohn-Bendit", qu'il a accusé d'avoir avec le pouvoir "des relations amicales, sympathiques, formidables".

Persistant à tutoyer le président du Mouvement Démocrate alors que celui-ci le vouvoyait par refus de "la connivence", le candidat d'Europe-Ecologie a ironisé : "Il y a l'omniprésident et il y a l'omniopposant. Reviens sur terre, François!", a-t-il  lancé. "Les Français savent que je roule pour Europe Ecologie".

Quand François Bayrou a affirmé que le candidat vert téléphonait "souvent" à  Nicolas Sarkozy, et avait déjeuné "trois fois à l'Elysée", Daniel Cohn-Bendit s'est énervé.
"Pourquoi vous sentez-vous mal?", a demandé Bayrou.
"Je ne me sens pas mal, je trouve ça ignoble de ta part, parce que tu sais exactement ce qui se passe quand on est président de groupe (...) Et ce genre de jeu, devant les citoyens, eh bien mon pote, je te dis, jamais tu seras président de la République, parce que t'es trop minable", a répondu Cohn-Bendit.

"Je trouve ignoble, moi, d'avoir poussé et justifié des actes à l'égard des enfants que je ne peux pas accepter", a rétorqué M. Bayrou, allusion à une polémique suscitée en 2001 par des écrits de l'ex-leader de mai 1968 sur la sexualité des enfants, datant de 1975.

La sortie du président du MoDem a également été condamnée par Hervé Morin, président du Nouveau Centre, et Xavier Bertrand, secrétaire général de l'UMP, qui tenaient meeting commun jeudi soir à Paris. "Cette façon de faire de la politique de la part de François Bayrou m'écoeure", a déclaré M. Bertrand. "Il a totalement perdu son sang froid (...) c'est inquiétant". Hervé Morin a, lui, estimé que son ancien collègue de l'UDF "a perdu la totalité de ses repères". Martine Aubry, première secrétaire du PS, a appelé jeudi soir à un "débat digne".

Ecouter aussi :A trois jours des Européennes, l'UMP toujours en tête devant le PS

Lire la suite
Politique Élections européennes Polémique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants