3 min de lecture Polémique

France insoumise, syndicats : "La convergences des luttes attendra", dit Olivier Bost

ÉDITO - L'union des gauches, le "grand soir" ou la convergence des luttes. Quand on voit ce qu'on voit et quand on entend ce qu'on entend, on se dit que ce n'est pas pour demain, estime le journaliste Olivier Bost.

Micro RTL générique L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
France insoumise, syndicats : "La convergences des luttes attendra", dit Olivier Bost Crédit Image : SIPA | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Olivier Bost
Olivier Bost
et Loïc Farge

Il suffit de regarder ce qui se prépare pour le 26 mai. Ce sera un nouveau rendez-vous contre Emmanuel Macron qui n'en demandait pas tant, tellement cela le sert. Après "la fête à Macron", samedi 5 mai, il s'agit de remettre ça dans quinze jours, pour "une marée populaire".

François Ruffin veut que les cloisons tombent et que tout le monde (syndicat, associations, etc.) se retrouve. Mais tous les protagonistes se bougent aussi pour que la France insoumisene récupère pas, encore une fois, un rendez-vous dans la rue. Quand la France insoumise n'est pas à l'origine d'une manifestation, elle essaye toujours de la parasiter.

C'est pour ça que ça se passe mal entre Jean-Luc Mélenchon et François Ruffin, l'organisateur à l'origine de "la fête à Macron". Il faut dire que côté caractère, tout les oppose. Vous avez d'un côté Jean-Luc Mélenchon, totalement dans le culte du chef, souvent désagréable ; et de l'autre côté François Ruffin, ou l'art de l'agitation pour se rendre sympa.

Une détestation commune : Macron

Ces deux-là n'ont que deux points communs : ils détestent Emmanuel Macron, sa personne et sa politique. Et ils laissent rarement de place au doute. Ils ont même toujours raison. Vous me direz que pour le coup, ça leur fait aussi un point commun avec Emmanuel Macron.

À lire aussi
Une adolescente qui utilise son téléphone (photo d'illustration). smartphone
Smartphones : la liste noire des portables qui émettent trop d'ondes électromagnétiques

Leur problème ? Que leur principal, et quasiment unique moteur, est Emmanuel Macron. Quand Édouard Philippe et ses ministres rendent des hommages appuyés à la France insoumise et donnent du "Monsieur Mélenchon" à chaque intervention à l'Assemblée, c'est que les Insoumis sont devenus malgré eux - pardonnez-moi l'expression - "les idiots utiles du pouvoir".

Avec une telle opposition sans nuance, cela permet (comme le permet aussi à l'autre bout le Front national) de maintenir Emmanuel Macron dans sa position centrale. Un pouvoir qui ne jure que par l'efficacité et qui jure tous les matins qu'il n'est pas dans l'idéologie est bienheureux d'avoir une opposition comme celle de la France insoumise. Une opposition bien à la gauche de la gauche.

Emmanuel Macron peut donc encore regarder avec un peu d'amusement et de satisfaction ces gauches qui défilent, qui promettent des lendemains qui chantent ou même qui lui font sa fête.

La détermination plus que le nombre

En fait, c'est toujours l'histoire du troisième tour dans la rue. D'ailleurs, personne ne s'en cache chez les organisateurs. Leur but est bien d'avoir de plus en plus de monde. Par dizaines de milliers, puis centaine de milliers. Et peut-être même ce million tant espéré sur les Champs-Élysées par Jean-Luc Mélenchon.

François Ruffin et son ami Frédéric Lordon, tous les deux à l'origine de "Nuit Debout", pensent qu'à partir d'un certain nombre de personnes dans la rue il y a aurait un vrai rapport de force avec le gouvernement. C'est refaire le coup du contrat première embauche (CPE) de Dominique de Villepin en 2005. Mais à cette époque. L'opinion avait fini par rejeter ce projet, et la rue avait aussi profité de dissensions au sein du gouvernement. Aujourd'hui, ce n'est absolument pas le cas.

Les autres manifestations d'ampleur qui ont amené récemment un gouvernement à reculer ont été violentes. Je pense à des manifestations d'agriculteurs ou aux Bonnets rouges. Même pour Notre-Dame-des-Landes, c'est plus la détermination de ses opposants que leur nombre qui a fait flancher le projet.

L'impression d'une récupération

Pourrait-on imaginer que tous ces mouvements finissent par prendre une autre ampleur ? Là encore, ce n'est pas gagné. Les syndicats - la CGT en particulier - continuent de se méfier, les associations aussi. Ce n'est pas tant qu'ils ne sont pas d'accord. C'est qu'ils ont la vilaine impression de se faire récupérer et manipuler.

En plus, la gauche n'a pas fait la démonstration que son soutien à la grève de la SNCF avait apporté quoi que ce soit. On a vu Jean-Luc Mélenchon se faire virer d'une manifestation spontanée de cheminots dans les rues de Paris.

On a vu aussi des plus radicaux - façon "Nuit Debout", vous vous souvenez ce mouvement de poètes utopistes - rejeter tout ce qui ressemblait à un politique à deux kilomètres à la ronde. Chez les amis de François Ruffin, par exemple, il y a beaucoup qui ne supportent... que François Ruffin.

Derrière le refus d'une politique (celle d'Emmanuel Macron), il y a beaucoup de gens qui ne se ressemblent pas du tout. C'est pour ça que la convergence des luttes, sans événements qui rendraient vraiment les choses incontrôlables, ne semble pas être pour ce printemps.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Polémique Jean-Luc Mélenchon La France insoumise
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793340509
France insoumise, syndicats : "La convergences des luttes attendra", dit Olivier Bost
France insoumise, syndicats : "La convergences des luttes attendra", dit Olivier Bost
ÉDITO - L'union des gauches, le "grand soir" ou la convergence des luttes. Quand on voit ce qu'on voit et quand on entend ce qu'on entend, on se dit que ce n'est pas pour demain, estime le journaliste Olivier Bost.
https://www.rtl.fr/actu/politique/france-insoumise-syndicats-la-convergences-des-luttes-attendra-dit-olivier-bost-7793340509
2018-05-11 07:50:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/MsYgg22kHraBqvuWPl9YuQ/330v220-2/online/image/2018/0511/7793340586_au-coeur-de-la-manifestation-a-paris-lors-de-la-fete-a-macron-le-5-mai-2018.jpg