2 min de lecture Brignoles

FN victorieux à Brignoles : le front républicain remis en question

DÉCRYPTAGE - La victoire du candidat FN lors de la cantonale partielle de Brignoles remet en cause l'efficacité du front républicain. Une question récurrente depuis plus de 20 ans.

Le candidat élu du FN Laurent Lopez
Le candidat élu du FN Laurent Lopez Crédit : FRANCK PENNANT / AFP
Générique 3
Dominique Tenza et Sylvain Chazot

"C'est la confirmation de la mort du front républicain. Tous ensembles, PS, PC, UMP, Verts, UDI, Modem… Quand les Français les veulent, tous les autres partis sont défaits." Dimanche, Marine Le Pen savourait "sa" victoire, au micro de RTL.

>
Invitée du Grand Jury : Marine Le Pen salue la victoire du candidat FN Laurent Lopez Crédit Image : RTL / Frédéric Bukajlo | Crédit Média : RTL | Date :

Au second tour de la cantonale partielle de Brignoles (Var), le candidat frontiste Laurent Lopez l'a remporté avec 54% des voix, face à sa concurrente de l'UMP.

L'efficacité du front républicain remise en cause

Au lendemain de ce résultat, certains - à droite comme à gauche - se demandent si le front républicain a encore un sens. Jean-Marc Ayrault, pour sa part, estime que sans la mobilisation d'un "certain nombre d'électeurs républicains", le Front national aurait survolé cette élection. "La responsabilité des dirigeants de l'UMP, qui n'ont même pas levé le petit doigt pour défendre leur candidate, est extrêmement importante", a ajouté lundi matin le Premier ministre.

Le front républicain est la plus mauvaise des stratégies, à l'exception de toutes les autres

Thierry Mandon (PS)
Partager la citation

D'autres sont moins convaincus de l'utilité factuelle de cette union de la droite et de la gauche face au FN. "Le front républicain mène toujours à l'échec", commente sur RTL le député UMP des Français de l’étranger Thierry Mariani.

À lire aussi
Laurent Lopez du Front national s'incline face à Josette Pons (UMP) aux élections municipales 2014. Brignoles
Résultats municipales 2014 à Brignoles : Laurent Lopez (FN) à 37,07%

"Ça tourne à vide", abonde dans le même sens le député PS de l'Essonne Thierry Mandon. "Le front républicain est la plus mauvaise des stratégies, à l'exception de toutes les autres. On n'en a pas d'autres pour faire barrage à une formation qui est fondamentalement extrémiste et antirépublicaine", ajoute-t-il.

>
"Le front républicain est la pire des stratégies, à l'exception de toutes les autres" Crédit Média : Jérôme CHAPUIS | Durée : | Date :

La question se posait déjà en... 1989

La remise en question du front républicain n'est pas un phénomène nouveau. Souvent, l'alliance de circonstance entre la gauche et la droite républicaine est pointée du doigt. Un exemple parmi d'autres : la législative partielle à Dreux (Eure-et-Loir) qui a vu Marie-France Stribois l'emporter au second tour avec 61% des voix face à son adversaire du RPR.

"Le peuple français en a assez de cette bande de magouilleurs. Je ne suis pas une notable, je n'ai pas fait une campagne de notable. J'ai été vers les gens et j'ai défendu les Français. Les Français en ont assez de cette bande des quatre (PS, RPR, UDF, PC, ndlr) qui veulent défendre leurs privilèges 200 ans après la révolution française", commentait-elle au micro d'Antenne 2 après sa victoire.

Dimanche soir, Laurent Lopez reprenait la même dialectique et fustigeait le front républicain, "l'union des copains, l'union des coquins". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Brignoles Front national Jean-Marc Ayrault
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants