3 min de lecture Polémique

FN : "Le changement de nom ? Un peu l'opération 'Restore Marine'", dit Alba Ventura

ÉDITO - Marine Le Pen propose de rebaptiser son parti en "Rassemblement national". Elle espère que dans ce nouveau nom, on retiendra plus "rassemblement" que "national", décrypte la journaliste Alba Ventura.

Alba Ventura L'Edito politique Alba Ventura
>
FN : "Le changement de nom ? Un peu l'opération 'Restore Marine'", dit Alba Ventura Crédit Image : AFP / Philippe Huguen | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Alba Ventura
Alba Ventura et Loïc Farge

Ne dites plus a priori "Front national", mais désormais "Rassemblement national". C'est le nouveau nom du parti que Marine Le Pen a propos dimanche 11 mars à ses adhérents. Dans quel but ? Il y en a plusieurs.

D'abord, c'est une manière de tourner définitivement la page de son père. Elle liquide l'héritage. Le FN, c'était quand même Jean-Marie Le Pen. Et comme elle supprime dans le même temps la fonction de président d'honneur, pas besoin de faire un dessin.

Elle avait d'ailleurs commencé en 2012 en créant le Rassemblement bleu Marine (cela n'avait pas vraiment marché). Aux dernières départementales, il n'y avait plus "FN" sur les affiches.

À lire aussi
Jean-Marc Sauvé, président de la commission indépendante et ancien vice-président du Conseil d'État pédophilie
Pédophilie dans l'Église : Jean-Marc Sauvé nommé président de la commission indépendante

Le "front", en réalité, ça ne correspond pas à la dédiabolisation qu'elle a mise en œuvre il y a quelques années. Marine Le Pen aspire à être un parti de gouvernement, pas un parti qui ne serait que dans la contestation ou dans la protestation. Donc exit le "front".

Cela dit, je ne sais pas si c'est conscient ou inconscient, mais "Rassemblement national" c'était le nom du groupe parlementaire de Jean-Marie Le Pen aux législatives de 1986, qui avaient vu entrer 35 députés à l'Assemblée nationale.

Il y a eu aussi le "Rassemblement national français" - c'était le parti d'extrême-droite de Tixier-Vignancourt -, et puis le "Rassemblement national populaire - c'était le parti de Marcel Déat, proche de l'Allemagne nazie. Pour quelqu'un qui cherche à faire disparaître la mention "extrême-droite", c'est raté.

En parlant d'histoire de nom,  RTL vous rappelait que le "Rassemblement national" existait déjà. Il a été déposé en 2012 par un proche de Charles Pasqua.

Marine Le Pen veut se relancer

Mais l'objectif prioritaire pour Marine Le Pen, c'est de se relancer, de se refaire une santé notamment après son calamiteux débat de la présidentielle.

Quand on change de nom, c'est dans l'espoir de redorer son image, de remettre les compteurs à zéro. Marine Le Pen est en quête de crédibilité. Elle doit faire oublier ses échecs.

Pour quelqu'un qui cherche à faire disparaître la mention "extrême-droite", c'est raté

Alba Ventura
Partager la citation

Donc ce changement de nom, c'est un peu l'opération "Restore Marine". Mais ce n'est que cosmétique. Dans le fond, rien ne change. En fait, Marine Le Pen espère que, dans ce nouveau nom, ce qu'on retiendra ce n'est pas "national", mais "rassemblement".
 
Parce que dans son opération reconquête, elle doit chercher des alliances. Elle n'a pas le choix, c'est la seulement manière pour elle de faire évoluer son parti. Si elle veut élargir son socle, elle doit aller chercher des alliances au sein des autres partis de droite, chez Nicolas Dupont-Aignan et chez Les Républicains.

Le coup d'envoi de la campagne européenne

Marine Le Pen fait le pari que la droite de Laurent Wauquiez  peut encore se fracturer. Laurent Wauquiez a déjà perdu une partie des centristes qui se sont réfugiés chez La République En Marche. Il peut, selon Marine Le Pen, perdre ceux qui estiment que LR ne sera pas assez fort pour s'opposer à Emmanuel Macron. C'est le cas Thierry Mariani, l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy qui a plaidé dimanche pour un "rapprochement".

C'est pour cela qu'elle cible le patron des Républicains sur son positionnement européen. Elle dit : "Il est eurosceptique ? Mais il va pourtant siéger avec les pro-européens ?". Bon, c'est un peu l’hôpital qui se fout de la charité. Parce que Marine Le Pen, en matière de positionnement européen (sur la sortie de l'euro), en a perdu plus d'un en cours de route !

On aura compris en tout cas que ce changement de nom sonne surtout le coup d'envoi de la campagne pour les européennes, c'est-à-dire l'année prochaine.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Polémique Front national Marine Le Pen
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792582190
FN : "Le changement de nom ? Un peu l'opération 'Restore Marine'", dit Alba Ventura
FN : "Le changement de nom ? Un peu l'opération 'Restore Marine'", dit Alba Ventura
ÉDITO - Marine Le Pen propose de rebaptiser son parti en "Rassemblement national". Elle espère que dans ce nouveau nom, on retiendra plus "rassemblement" que "national", décrypte la journaliste Alba Ventura.
https://www.rtl.fr/actu/politique/fn-le-changement-de-nom-un-peu-l-operation-restore-marine-dit-alba-ventura-7792582190
2018-03-12 07:50:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/2W14zxCfEshj-pbGhM3WLQ/330v220-2/online/image/2018/0312/7792582346_marine-le-pen-presidente-du-front-national-le-11-mars-2018-a-lille.jpg