1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Fillon : Sarkozy "propose un retour en arrière" et Juppé une "extrême prudence"
2 min de lecture

Fillon : Sarkozy "propose un retour en arrière" et Juppé une "extrême prudence"

INVITÉ RTL - Celui qui affole les sondages à quelques jours du premier tour de la primaire de la droite et du centre répond aux attaques de ses rivaux.

François Fillon, invité de RTL le 16 novembre 2016
François Fillon, invité de RTL le 16 novembre 2016
Crédit : Romain Boé / SIPA
François Fillon était l'invité de RTL le 16 novembre 2016
00:12:05
Nicolas Sarkozy "propose un retour en arrière", selon François Fillon
00:12:22
Marie-Pierre Haddad

Les débats télévisés au cours desquels les sept candidats à la primaire de la droite et du centre se sont affrontés ont permis à François Fillon de se révéler. Selon un sondage BVA, publié ce mercredi 16 novembre, Alain Juppé reste en tête des intentions de vote, devant Nicolas Sarkozy. L'ancien président de la République baisse de cinq points. François Fillon est quant à lui en forte hausse à 18% des intentions de votes. 

Face à ces estimations, François Fillon confie avoir "beaucoup de distance avec les sondages mais plus vous vous approchez de l'élection, plus vous avez un corps électoral qui se manifeste, des Français qui s’intéressent à la primaire et vous avez des candidats qui dans les débats à la télévision, apparaissent comme ce qu'ils sont (...) C'est vrai que les sondages sont plus justes à huit jours de la primaire qu'à six mois". 

Réduction du nombre de fonctionnaires et 39 heures

Le candidat à la primaire de la droite et du centre estime, au micro de RTL, que "les Français voient bien qu'ils ont le choix entre Nicolas Sarkozy qui leur propose un retour en arrière. Il a déjà été président de la République et j'ai toujours pensé qu'il était difficile dans notre pays, de redevenir président après avoir été battu. De l'autre côté, il y a un candidat qui a choisi une extrême prudence, qui a un programme qui globalement va dans le bon sens mais pas suffisamment pour redresser les choses".

Alain Juppé s'est attaqué au programme de celui qui s'impose comme le troisième homme du scrutin sur les fonctionnaires. À l'antenne de RTL lundi 14 novembre, il explique que la mesure de François Fillon qui souhaite supprimer 600.000 postes de fonctionnaires en cinq ans n'est "tout juste pas possible. Je ne connais aucun organisme qui puisse vivre sans apport de sang neuf, dans une période aussi longue". L'ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy répond : "Je ne propose pas de supprimer 600.000 emplois, mais 500.000. Contrairement à ce qu'Alain Juppé dit il n'y a pas 550.000 départs à la retraite, il y a 120.000 départs à la retraite de fonctionnaires par an et 100.000 fins de contrat. En faisant un sur deux, on arrive bien aux 500.000 emplois supprimés que je propose. Je peux le faire parce que je propose le passage à 39 heures, c'est la clé de la réduction du nombre de fonctionnaires".

50 milliards d'euros de baisse des charges

À lire aussi

Nicolas Sarkozy a également critiqué François Fillon sur la proposition de hausser la TVA de deux points. "Il connaît trop bien ses sujets pour savoir qu'il caricature les choses. Je baisse les impôts, je baisse de 50 milliards d'euros les charges qui pèsent sur les entreprises et les salariés. Je remets les allocations familiales pour tout le monde, je remets le quotient familial et j'augmente la TVA", répond le principal intéressé. Et d'ajouter que "ce programme est le seul qui puisse redresser le programme économique, parce que Nicolas Sarkozy va baisser les charges des entreprises de 17 milliards, contre les 50 milliards que je propose. C'est plus faible que la baisse de charges faites par François Hollande".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/