1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Fillon a le programme le plus sévère depuis 1958", estime Alain Duhamel
1 min de lecture

"Fillon a le programme le plus sévère depuis 1958", estime Alain Duhamel

ÉDITO - Alain Duhamel revient sur le programme économique proposé par le candidat de la droite à la présidentielle.

François Fillon au soir de sa victoire à la primaire de la droite, le 27 novembre 2016
François Fillon au soir de sa victoire à la primaire de la droite, le 27 novembre 2016
Crédit : AFP / Éric Feferberg
"Fillon a le programme le plus sévère proposé par un candidat depuis 1958"
04:03
"Fillon a le programme le plus sévère proposé par un candidat depuis 1958"
04:04
Alain Duhamel

Le programme social de François Fillon suscite de fortes inquiétudes, comme en témoigne le sondage ELAB publié le 9 décembre dans le journal Les Échos. Ainsi, 58 % des Français estiment "¿pas souhaitable" de supprimer 500.000 emplois publics et 9 sur 10 refusent qu’on touche à la santé. "François Fillon a toujours dit que son programme était à prendre où à laisser, qu'il l'avait préparé soigneusement, qu'il était cohérent, que c'était un grand changement", explique Alain Duhamel. Il précise que le candidat de la droite à la présidentielle a estimé que son programme était sérieux : "on peut ajouter que c'est probablement le programme le plus sévère qui n'ait jamais été proposé par un candidat à l'élection présidentielle depuis 1958". Pour Alain Duhamel, "c'était sa conviction et sa forme de courage". 

Toutefois, l’éditorialiste note que lorsque les Français ont pris le temps de lire le programme de François Filon, c'est "l'anxiété qui l'a emporté, en particulier lorsqu'il a s'agit de l'Assurance maladie et à terme l'hypothèse du déremboursement des petits risques". L'éditorialiste note que si les Français sont pour une baisse des dépenses, ils ne sont pas pour que cela concerne l'éducation ou encore la sécurité.

"Le résultat c'est que François Fillon va être obligé ou bien de faire un petit mouvement, mais de faire peur, ou bien de faire un grand mouvement, mais de reculer", estime Alain Duhamel. Mais l'éditorialiste pense que dans le domaine social, "il va être obligé de réformer sa réforme". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/