2 min de lecture Nucléaire

Fessenheim : "Les écologistes version Cécile Duflot n'attendent plus rien de François Hollande", selon Alba Ventura

REPLAY - ÉDITO - La journaliste nous explique en quoi l'énorme malentendu sur la fermeture de la centrale nucléaire alsacienne est d'abord un couac politique.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Fessenheim : "Les écologistes version Cécile Duflot n'attendent plus rien de François Hollande", selon Alba Ventura Crédit Image : Alba Ventura | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura et Loïc Farge

Quel pataquès autour de la centrale nucléaire de Fessenheim ! Ségolène Royal a fait savoir, mardi 8 septembre, que la fermeture du site aurait lieu "en 2018". Quelques heures plus tard, le gouvernement annonçait que l'objectif de fermer avant la fin du quinquennat était maintenu. Techniquement, selon les explications de la ministre de l'Écologie, pour fermer Fessenheim, il faut ouvrir Flamanville. Compte tenu du retard de la mise en service de l'EPR, tout cela nous amène à 2018. Sauf que ce n'est plus du nucléaire, c'est de la politique. D'où ce joli couac. On n'était plus habitué.

La fermeture de Fessenheim était quand même une promesse faite aux écolos. Même si le gouvernement a rétro-pédalé après les propos de Ségolène Royal, ce que les Verts ont bien entendu c'est que Fessenheim ce n'était pas pour maintenant, pas pour ce quinquennat. Pour eux, François Hollande ne tiendra pas ses promesses : ni la promesse originelle de la campagne (l'engagement n°41 de fermer fin 2016), ni celle réitérée en mars dernier de fermer avant la fin de son mandat.

De quoi encore plus fâcher les Verts. Il n'y a qu'à voir le message très ironique posté par  Cécile Duflot sur son compte Twitter : "La fermeture de Fessenheim en 2018 (ou pas), la parole présidentielle (ou pas)". Elle conclut : "Quand les poules auront des dents".

Duflot, de l'histoire ancienne pour Hollande

Les écologistes version Cécile Duflot n'attendent plus rien de François Hollande. Entre Fessenheim, la proportionnelle, la taxe poids-lourds et bien d'autres sujets, le fossé s'est largement creusé entre eux. Quant au chef de l'État, il a fait une croix sur eux. Avec Duflot, c'est de l'histoire ancienne.

À lire aussi
Donald Trump le 2 mars 2020 États-Unis
Les États-Unis évoquent un premier essai nucléaire depuis presque 30 ans

François Hollande n'a jamais vraiment été vraiment écolo. Son problème c'est de se présenter comme un écolo, en faisant de "l'écologie intégrée". C'est fini pour lui la gauche plurielle? Ce qui s'est passé depuis 2012 (avec Mélenchon et avec Duflot) l'a vacciné. C'est lui et Laurent Fabius qui vont porter la grande conférence sur le climat (la COP21) à la fin de l'année. C'est Ségolène Royal qui va incarner l'écologie. C'est ce qu'elle fait avec la loi de transition énergétique. Il mettra, le moment venu, un ou deux écologistes qui ont quitté EELV. François Hollande compte bien ainsi empêcher une candidature écolo à la présidentielle.

Le carnet du jour

On se souvient du feuilleton du logement social de Frigide Bardot, l'ex-égérie de La Manif pour Tous ? Elle et son mari avait dû quitter cet appartement sur décision de justice pour y avoir installé illégalement leur société. À partir du 15 septembre prochain, cinq étudiants boursiers vont occuper les lieux. Ce duplex de 175 mètres-carrés situé à quelques encablures de la tour Eiffel, a été refait à neuf, entièrement réaménagé pour plus de 50.000 euros de travaux. Si avec ça ils n'obtiennent pas leurs diplômes !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nucléaire Fessenheim François Hollande
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants