2 min de lecture Interview

Face à Macron et au gouvernement, la jeunesse est-elle en train de se mobiliser ?

ÉCLAIRAGE - En parallèle de la grève contre la réforme de la SNCF, certaines universités sont bloquées pour contester le projet de sélection à l'entrée de l'université. Des contestations qui font craindre au gouvernement une union des manifestants.

Emmanuel Macron lors de l'audience solennelle de rentrée de la Cour de Cassation, le 15 janvier 2018
Emmanuel Macron lors de l'audience solennelle de rentrée de la Cour de Cassation, le 15 janvier 2018 Crédit : Francois MORI/ POOL / AFP
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Va-t-on assister à une convergence des luttes ? C'est la grande question posée du côté de l'exécutif mais aussi de l'opposition. Ce mardi 3 avril marque le lancement d'une grève perlée chez la SNCF, c'est-à-dire deux jours de grève, trois jours de travail et cela jusqu'au 28 juin.

Un bras de fer entre Emmanuel Macron et la SNCF s'engage donc sur fond de bataille de l'opinion. En plus des manifestations contre la réforme de la SNCF, le gouvernement doit aussi faire face à d'autres mouvements d'opposition. Les universités et les syndicats continuent de manifester contre le projet de sélection à l'entrée de l'université. 

Une vigilance toute particulière est apportée à la jeunesse et à l'université de la part du gouvernement qui craint de voir les différents mouvements de contestation se rassembler en une force commune. 

Des universités bloquées

Selon Le Parisien, l'Élysée garde un œil sur la mobilisation de la jeunesse. Un connaisseur du dossier précise au journal que "le gouvernement semble très en connexion avec ce qui se passe sur le terrain". Ainsi, Les Jeunes avec Macron deviennent une pièce centrale de la communication du gouvernement.

À lire aussi
justice
"Islamo-gauchisme" : une chercheuse en sciences sociales porte plainte contre un député

Une bataille idéologique est ainsi livrée sur le terrain entre les jeunes macronistes contre l'UNEF (Union nationale des étudiants de France). Contactée par RTL.fr, la présidente du syndicat Lilâ Le Bas explique que la mobilisation prend. "Depuis plusieurs semaines, les étudiants d'une quinzaine d'universités se mobilisent. Des blocages ont lieu partout en France à Paris 4, Paris 1, mais aussi à Toulouse et Montpellier.

Beaucoup de mousse avec très peu de savon

Gabriel Attal, porte-parole de La République En Marche
Partager la citation

De son côté, la majorité durcit le ton à l'encontre des étudiants. Invité sur France inter, Gabriel Attal, porte-parole de La République En Marche estime que "depuis ces derniers jours", le mouvement étudiant "fait beaucoup de mousse avec très peu de savon. Il y a deux universités bloquées. Dans toutes les autres universités de France, ça fonctionne bien. Il y a quelques foyers où quelques militants politiques bloquent les universités. C'est inacceptable".

L'UNEF affirme soutenir les syndicats de cheminots dans leur grève mais pour l'instant pas question d'unir les forces. Lilâ Le Bas estime néanmoins que le durcissement de la mobilisation est un avertissement envoyé au gouvernement : "Ils doivent faire attention, il se passe quelque chose et nous continuerons à nous mobiliser jusqu'à ce que nous soyons entendu par le ministère".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Interview Jeunesse Élysée
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants