1 min de lecture Les Républicains

Euro 2016 : "Quelle image donne-t-on avec une capitale qui va crouler sous les poubelles ?", s'interroge Nathalie Kosciusko-Morizet

INVITÉE RTL - La candidate à la primaire de la droite estime que les mouvements sociaux doivent s'arrêter pendant l'Euro de football.

Thomas Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Euro 2016 : "Quelle image on donne avec une capitale qui va crouler sous les poubelles ?" s'interroge Nathalie Kosciusko-Morizet Crédit Image : LOIC VENANCE / AFP | Crédit Média : Marc-Olivier Fogiel | Durée : | Date : La page de l'émission
Julien Absalon
Julien Absalon
Journaliste RTL

Lors d'un meeting à Saint-André-lez-Lille, dans le Nord, mercredi 8 juin, Nicolas Sarkozy a dévoilé ce qui sera sans doute la ligne de sa campagne pour la primaire de la droite et donc la présidentielle 2017. À cette occasion, il a fustigé la "tyrannie des minorités" en France. Une critique qui vise à la fois les revendications syndicales mais aussi l'islam identitaire.

Sur les mouvements sociaux, Nathalie Kosciusko-Morizet partage l'avis de l'ancien chef de l'État. "Je crois qu'une majorité de Français est exaspérée par ce qui se passe à l'approche de l'Euro, par ce sentiment de prise en otage. Quelle image on donne au monde en accueillant l'Euro dans une capitale qui va crouler sous les poubelles, dans un pays qui apparaît bloqué ? Le bon sens, c'est qu'on arrête ces mouvements", estime la candidate à la primaire de la droite, au micro de RTL.

En revanche, la députée de l'Essonne est nettement plus circonspecte sur la question identitaire soulevée par Nicolas Sarkozy. Si elle considère que ce débat n'est ni "médiocre, ni illégitime", Nathalie Kosciusko-Morizet considère qu'il doit y avoir "une manière de le mener".
"Je veux porter l'idée qu'il y a un danger à considérer que l'identité est quelque chose de figé. Notre identité s'est façonnée à travers le temps, et ça continue. Qui décide du moment où l'identité nationale s'est stabilisée ? À quel moment ? XVIIIe, XIXe ou XXe siècle ? Après quelle dernière vague d'immigration ?", s'interroge-t-elle. Et de conclure : "Il faut qu'on soit très ferme sur l'affirmation de nos valeurs, mais ne pas laisser s'installer l'idée qu'il y aurait une identité française figée qui vient de très loin dans les âges".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Les Républicains Nathalie Kosciusko-Morizet Primaire Les Républicains
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants