3 min de lecture Nice

Estrosi dénonce le "populisme" de Le Pen sur la Promenade des Anglais

La candidate frontiste était en déplacement à Nice et s'est rendue sur la Promenade des Anglais, afin de rendre hommage aux victimes de l'attentat du 14 juillet 2016.

Marine Le Pen en déplacement à Nice, le 13 février 2017
Marine Le Pen en déplacement à Nice, le 13 février 2017 Crédit : VALERY HACHE / AFP
Ambre Deharo
Ambre Deharo
et AFP

Christian Estrosi est en colère. Lundi 13 février, Marine Le Pen était à Nice dans le cadre d'un déplacement de campagne. Elle s'est rendue sur la Promenade des Anglais, théâtre de l'attentat du 14 juillet qui a coûté la vie à quelque 86 personnes. "Je suis venue me recueillir sur la Promenade, en mémoire des victimes du terrorisme islamiste", a-t-elle écrit dans un tweet accompagné d'une photo sur laquelle on la voit en compagnie du conseiller régional Philippe Vardon. "Je ne pouvais imaginer venir à Nice sans passer me recueillir ici", a-t-elle poursuivi. Mais ce déplacement et cet hommage n'ont pas du tout plu à l'ancien maire niçois et président de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur depuis 2015 - il a remporté l'élection face à Marion Maréchal-Le Pen.

Au micro d'Europe 1, Christian Estrosi a accusé Marine Le Pen de "faire du populisme sur la Promenade des Anglais" en se déplaçant à Nice "bientôt un an" après l'attentat, et alors que la frontiste est en pleine campagne présidentielle. Selon lui, ce déplacement "ne trompe personne, les Niçois ne sont pas dupes". Marine Le Pen ne s'est toutefois pas démontée. Sur place, entourée par plusieurs médias de la région, la présidente du Front National a répliqué : "Le populisme c'est l'argumentation de ceux qui n'en ont pas !". Et de tacler le premier adjoint à la mairie de Nice : "Si ça veut dire s'occuper du peuple et mettre le peuple au centre du débat politique alors oui, je suis populiste, merci de ce compliment".

La candidate s'est par ailleurs rendue au poste-frontière Saint-Louis à Menton, en bordure de l'Italie. Un lieu connu pour le passage fréquent d'immigrés clandestins. "On ne peut pas assurer la sécurité d'un peuple si l'on n'est pas capable de protéger et de maîtriser nos frontières nationales", a-t-elle déclaré, ajoutant que si elle était élue à la présidence elle mettrait "fin à Schengen", l'espace européen permettant aux voyageurs de circuler librement sur présentation d'une simple pièce d'identité depuis 1995.

À lire aussi
Le lycée Sasserno à Nice, où était scolarisée l'adolescente Alpes-Maritimes
Nice : une lycéenne de 17 ans meurt d’une méningite foudroyante avant le bac

Immigration et terrorisme

Et de relier ce "défaut" de sécurité à l'attentat du 14 juillet dernier. "Ce monsieur (Mohamed Lahouaiej Bouhlel, l'auteur de l'attentat, ndlr) était étranger, il avait déjà été condamné et avait déjà été arrêté en présence d'islamistes à la frontière avant son assassinat de masse, il aurait dû donc bien entendu être expulsé de France", a-t-elle asséné. Elle en a donc profité pour réaffirmer l'un de ses thèmes de campagne : "Le risque zéro n'existe pas, mais là c'est le risque 100 % puisqu'on laisse sur notre territoire des gens qui n'ont aucune raison d'y être et dont nous savons qu'ils sont potentiellement des dangers pour la sécurité du peuple français". Martelant une nouvelle fois qu'en France, "rien n'est fait pour limiter le risque d'attentat".

Depuis les attentats de Paris en novembre 2015, la France est en état d'urgence. Par conséquent, les contrôles aux frontières, notamment à Menton et le long de la frontière italienne, ont été rétablis. La mesure avait été renouvelée au lendemain de l'attentat de Nice afin notamment de sécuriser la coupe de l'Euro 2016 et le Tour de France, deux événements sportifs majeurs. D'autres événements culturels tels que la grande braderie de Lille avait eux été annulés dans un souci de sécurité. Par ailleurs, en septembre dernier un attentat à la bonbonne de gaz a été déjoué à Paris à proximité de la cathédrale de Notre-Dame. Un autre a été déjoué le 10 février à Montpellier après un coup de filet de l'unité antiterroriste. Plusieurs milliers de militaires de l'opération Sentinelle ont par ailleurs été mobilisés pour venir renforcer les effectifs de sécurité.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nice Alpes-Maritimes Provence-Alpes-Côte d'Azur
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787230095
Estrosi dénonce le "populisme" de Le Pen sur la Promenade des Anglais
Estrosi dénonce le "populisme" de Le Pen sur la Promenade des Anglais
La candidate frontiste était en déplacement à Nice et s'est rendue sur la Promenade des Anglais, afin de rendre hommage aux victimes de l'attentat du 14 juillet 2016.
https://www.rtl.fr/actu/politique/estrosi-denonce-le-populisme-de-le-pen-sur-la-promenade-des-anglais-7787230095
2017-02-13 19:12:50
https://cdn-media.rtl.fr/cache/nyDADqIfTv4TLxSxqIAWLg/330v220-2/online/image/2017/0213/7787230490_marine-le-pen-en-deplacement-a-nice-le-13-fevrier-2017.jpg