1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Éric Ciotti demande l'exclusion de tous les Républicains membres des "Constructifs"
2 min de lecture

Éric Ciotti demande l'exclusion de tous les Républicains membres des "Constructifs"

"Je souhaite que ceux qui ont décidé de ne pas siéger dans notre groupe quittent notre parti ou en soient exclus", a déclaré le député des Alpes-Maritimes.

Eric Ciotti
Eric Ciotti
Crédit : JEAN-CHRISTOPHE MAGNENET / AFP
Léa Stassinet

La pilule a du mal à passer pour Éric Ciotti. Après une nuit très mouvementée à l'Assemblée nationale, où il a vu le poste de questeur qu'il convoitait, lui passer sous le nez, le député des Alpes-Maritimes n'a pas mâché ses mots sur le plateau de BFMTV. Notamment contre celui qui a obtenu le poste-clé qu'il briguait, traditionnellement attribué à un membre de l'opposition : Thierry Solère. 

"Je ne sais pas s'il est encore membre de notre parti. C'est un professionnel de la trahison", a lâché Éric Ciotti à l'encontre de celui qui a participé à la création du groupe parlementaire jugé Macron-compatible, celui des "Constructifs". La nomination de Thierry Solère a été pour lui le symbole de "la rupture de l'équilibre des pouvoirs à l'Assemblée nationale. C'est un hold-up démocratique", a-t-il fustigé. Il n'a pas manqué de rappeler les ennuis rencontrés par son (futur) ex-collègue en février dernier : "Il fait l'objet d'une enquête préliminaire, dans un dossier fiscal important. C'est le choix de confier les finances de l'Assemblée nationale à quelqu'un qui est mis en cause", a raillé le secrétaire général adjoint des Républicains. Le questeur est effectivement en charge de gérer le budget du Palais Bourbon. 

Ils n'ont pas de liberté, ils sont liés

Éric Ciotti à propos des Constructifs

Mais Éric Ciotti ne s'est pas arrêté au seul cas de Thierry Solère. C'est tous les membres de son parti qui ont le rejoint le groupe des "Constructifs" qui se retrouvent désormais dans le collimateur du député des Alpes-Maritimes. "Ils n'avaient pas de candidats La République En Marche en face d'eux aux législatives, il faut qu'ils paient l'addition aujourd'hui. Ils n'ont pas de liberté, ils sont liés", a-t-il fustigé. "Je souhaite que ceux qui ont décidé de ne pas siéger dans notre groupe quittent notre parti ou en soient exclus", a poursuivi le député. 

Le sort des Républicains "Constructifs" sera d'ailleurs rapidement évoqué, lors du bureau politique du parti, prévu le 11 juillet. Leur exclusion ne fait plus vraiment de doute, comme en témoigne cette petite phrase de Bernard Accoyer, secrétaire général du parti, dans L'Opinion : "Ils s'étaient déjà éloignés d'eux-mêmes par leur choix, il conviendra probablement d'aller plus loin".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.