1 min de lecture La République En Marche

"Enfin une formation pour les députés marcheurs", estime Alain Duhamel

ÉDITO - Un séminaire, auquel ont participé les députés LREM, a fait office de formation accélérée pour ne plus réitérer les erreurs des débuts. Une initiative bienvenue estime Alain Duhamel.

micro generique La semaine politique d'Alain Duhamel Alain Duhamel
>
Enfin une formation pour les députés marcheurs estime Alain Duhamel Crédit Image : FRANCOIS GUILLOT / AFP | Crédit Média : Alain Duhamel | Durée : | Date : La page de l'émission
La Semaine Politique - Duhamel
Alain Duhamel et La rédaction numérique de RTL

Les députés La République en marche ont participé lundi 18 septembre à un séminaire de rentrée, un véritable apprentissage accéléré des codes politiques. "Il était temps", estime Alain Duhamel. Les débuts des députés La République en Marche lors des sessions extraordinaires de juillet et d'août ont été sympathiques, pittoresques mais, il faut bien le dire, complètement ratés.

En cause, les 70 % de nouvelles têtes qui composent les 313 députés LREM. Les résultats se sont fait voir immédiatement : un vice-président de groupe dépassé, une présidente de commission inadaptée…  "Les 17 députés de Jean-Luc Mélenchon ont bien plus de bruit", constate le journaliste politique. Un amateurisme qui ne sera plus possible avec les lois sur la sécurité ou encore le budget.

Une faiblesse de l'opposition bienvenue

Certaines réserves quant à la politique ultra-libérale d'Emmanuel Macron ont été ressenties parmi les députés marcheurs. "Il y a des mesures qui font grincer tous ceux qui ont une sensibilité de gauche", note Alain Duhamel. Mais certaines propositions constituent une main tendue pour récupérer ces marcheurs errants, comme l'ouverture du débat sur la PMA ou encore les annonces faites par Nicolas Hulot quant à son plan climat.

LREM a aussi pu passer ces turbulences sans problèmes grâce à la faiblesse de l'opposition, entre un Front National en crise, des Républicains divisés, et la passe d'armes entre Pierre Laurent, secrétaire général du Parti communiste et Jean-Luc Mélenchon, le leader de la France Insoumise. "Tout cela a donné un répis. Mais comme le macronisme est quelque chose d'inédit, il faut vite un apprentissage", conclut Alain Duhamel.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La République En Marche Alain Duhamel Parlement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants