7 min de lecture Télévision

Notre-Dame-des-Landes, SNCF, Syrie... Revivez l'interview d'Emmanuel Macron

MINUTE PAR MINUTE - Le chef de l'État a répondu ce dimanche 15 avril, de 20h45 à 23h15, aux questions de Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel.

Emmanuel Macron donne sa deuxième interview télévisée en trois jours dimanche 15 avril 2018
Emmanuel Macron donne sa deuxième interview télévisée en trois jours dimanche 15 avril 2018 Crédit : FRANCOIS GUILLOT / AFP / POOL
104761573555224952563
Clémence Bauduin
et AFP

Il était attendu au tournant tant sur les questions sociétales que sur les problématiques internationales. Le président de la République Emmanuel Macron répondait ce dimanche 15 avril aux questions des journalistes Jean-Jacques Bourdin (BFMTV/RMC) et Edwy Plenel (Mediapart), au Théâtre national de Chaillot, à Paris.

Le chef de l'État a pris la parole au lendemain des frappes occidentales en Syrie, menées par les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne contre le régime de Damas. Il était notamment attendu sur cette question internationale, mais aussi sur les questions sociales.

Au premier rang de ces questions, Emmanuel Macron a dû défendre le projet de loi Asile et Immigration porté par le Ministre de l'Intérieur, et qui suscite des réserves au sein même de sa majorité. Les dossiers brûlants de la semaine écoulée, comme la grève de la SNCF et surtout l'évacuation de Notre-Dame-des-Landes, ont également été abordés.

À lire aussi
Un utilisateur de Netflix Connecté
Netflix : la guerre des contenus de la vidéo en ligne ne fait que commencer

Revivez l'interview d'Emmanuel Macron

23h20 - C'est la fin de ce direct, merci de nous avoir suivis.

23h18 - Une note humoristique pour clore cette interview, avec une référence à la victoire - 7 à 1 - du Paris Saint-Germain sur l'AS Monaco ce soir et qui permet au PSG, adversaire historique de l'OM que supporte Emmanuel Macron, d'obtenir le titre de champion de France.

23h11 - "J'ai constamment, dans mon projet politique, porté l'égalité entre les hommes et les femmes et la lutte contre les violences faites aux femmes", défend Emmanuel Macron.

23h06 - "Je crois dans une Europe souveraine (...). Ceux qui ne suivront pas, il faudra qu'ils acceptent d'être aux marges de cette Europe", répond Emmanuel Macron au sujet de la montée des populisme en Europe de l'Est.

22h55 - Sur la question du projet de loi Asile et Immigration, "il y a un débat démocratique dans la majorité", assure Emmanuel Macron, tandis que le projet divise au sein-même du parti majoritaire. "Le droit d'asile est inconditionnel, il est constitutionnel en France (...). C'est accueillir toutes les femmes et les hommes qui risquent leurs vies dans les pays d'où ils viennent. (...) Il est respecté", insiste le chef de l'État.

22h43 - Pour lutter contre les formes de radicalisme et notamment contre l'islamisme radical, Emmanuel Macron rappelle la nécessité, selon lui, de "rétablir l'école, le collège, le lycée, aider (les jeunes gens) à accéder à l'université", faisant par-là une allusion à sa réforme de l'université.

22h30 - Emmanuel Macron lira "sans doute" le livre de François Hollande, dans lequel l'ex-chef de l'État taxe son ancien conseiller de duplicité. "J'ai du respect pour François Hollande (...). Quand je suis devenu conseiller de François Hollande, il y a des mesures avec lesquelles je n'étais pas d'accord (...). Quand j'ai été en désaccord, je suis parti (...) en prenant tous les risques. (...) Je ne considère pas qu'être ministre c'est être un obligé", répond-il.

22h26 - Emmanuel Macron défend la "constance" de sa politique. "J'essaie de faire, depuis que j'ai été élu, ce que je dis".

22h20 - À propos de l'évacuation de la zone à défendre de Notre-Dame-des-Landes, "cette occupation avait presque dix ans d'âge", argue Emmanuel Macron pour justifier les mesures prises à l'issue de la trêve hivernale à l'égard des occupants.

"Une partie de ces gens ont un projet agricole (...) ils le mènent, le conduisent, ils n'ont pas été évacués", défend le chef de l'État. "Nous avons laissé une zone où il y a des agriculteurs historiques", dit-il. "Tout ce qui doit être évacué le sera" à l'issue du 23 avril, date butoir de dépôt des dossiers de projets pour la ZAD, fait savoir Emmanuel Macron.

22h14 - Sur le blocage de certaines universités, Emmanuel Macron estime que les bloqueurs présents ne sont pas majoritairement des étudiants mais "des professionnels du désordre" qui interviennent au motif d'une "finalité politique".

22h10 -  L'État reprendra progressivement la dette de la SNCF à partir du 1er janvier 2020, confirme ce soir Emmanuel Macron. "Plus on aura une réforme menée collectivement, plus on prendra (la dette)", assure-t-il.

22h07 - Le président français considère qu'une deuxième journée travaillée non-payée pour financer la dépendance des personnes âgées est "une piste intéressante" et fait savoir qu'il n'est "pas contre" cette idée, déjà évoquée jeudi par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn.

22h02 - Après Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon fait savoir qu'il suit lui aussi l'interview et en critique la forme sur Twitter.

21h58 - Sur la réforme des retraites, "le but est qu'elle soit votée en 2019". "Ce que nous allons revisiter, affirme Emmanuel Macron, c'est l'injustice du système de retraite que nous vivons". Celui-ci promeut "un système unique" : "Tous les régimes spéciaux auront vocation à converger", dit le chef de l'État.

21h51 - Pendant ce temps sur Twitter, Benoît Hamon, candidat à la présidentielle de 2017 et patron du mouvement Génération-s, s'indigne des déclarations d'Emmanuel Macron sur la nécessité de remettre le pays au travail. 

21h45 - "Ce à quoi nous assistons aujourd'hui, c'est le fruit de plusieurs décennies de défaillance politique", répond Emmanuel Macron au sujet de la dégradation des services hospitaliers. Celui-ci propose d'apporter "une réponse de réorganisation de nos services, de nos hôpitaux". "Il faut repenser à la fois la médecine d'hôpital et la médecine de ville", estime-t-il, mettant l'accent sur la problématique des déserts médicaux.  

21h40 - Place aux impôts désormais. Emmanuel Macron explique sa réforme de la taxe d'habitation. Il n'y aura pas de "nouvel impôt", ni local, ni national, dit le chef de l'État.

21h25 - "Je ne vais pas vous dire que je vais interdire les plans sociaux (...). La solution à laquelle je crois et de permettre qu'il y ait un dialogue social plus efficace au niveau des entreprises et des branches", affirme Emmanuel Macron au sujet des stratégies des entreprises et en particulier du groupe Carrefour, qui a récemment essuyé une grève inédite.

21h21 - Mais au fait, qu'est-ce que le "verrou de Bercy" au sujet duquel les journalistes interrogent Emmanuel Macron ? Cette publication a pour but de recenser les fraudeurs en cas de condamnation pénale. On vous explique tout ici.

21h12 - Sur la question de la fraude fiscale, et tandis que le chef de l'État et les deux intervieweurs expriment leurs désaccords mutuels sur le choix des termes - "évasion fiscale" ou "optimisation fiscale" - les internautes dénoncent le terme "optimisation" employé par Emmanuel Macron. Emmanuel Macron souligne la nuance entre les deux termes, qui ne renvoient pas à la même chose, et défend l'utilité, selon lui, de l'"optimisation fiscale".

21h05 - Passage aux questions d'ordre national. SNCF, retraités, acteurs de la justice, de l'éducation, de la gestion de l'immigration, personnels hospitaliers... De nombreuses franges de la population sont descendues dans la rue au cours des dernières semaines pour protester contre les choix de l'exécutif. "Il y a des colères légitimes, elles correspondent à des réformes en cours", affirme le chef de l'État, qui martèle qu'il ira "jusqu'au bout" de la réforme de la SNCF. Sur le dossier brûlant de Notre-Dame-des-Landes, il estime que la "colère" des opposants "n'est pas légitime".

20h55 - "La France mène dans ce cadre-là à la fois son indépendance et elle discute, et elle convainc", rétorque Emmanuel Macron.

20h47 - "Nous avons la pleine légitimité internationale pour intervenir dans ce cadre", répond Emmanuel Macron au sujet de la question syrienne. Si le chef de l'État concède que l'"on n'obtient pas la paix en faisant des bombardements", il avance l'argument selon lequel "nos ONG reprochent l'impuissance des États" sur le dossier syrien et rappelle que, par ces frappes, "la France comme ses alliés n'ont pas déclaré la guerre au régime de Bachar al-Assad".

20h43 - "L'intégralité des missiles qui ont été tirés ont atteint leur objectif", fait savoir Emmanuel Macron qui réagit aux frappes menées par la France en Syrie, avec les États-Unis et la Grande-Bretagne, dans la nuit de vendredi à samedi. "Nous avons réussi l'opération sur le plan militaire", se félicite-t-il.

20h41 - "Aucune question ne sera éludée, aucune n'est connue de vous", font savoir les journalistes en préambule à cet entretien.

20h40 - L'interview d'Emmanuel Macron démarre.

20h34 - Mais au fait, pourquoi l'interview se déroule-t-elle au théâtre de Chaillot ? Ce lieu de spectacle, situé en face de la tour Eiffel, est chargé d'histoire, puisque c'est notamment là qu'a été signée la Déclaration universelle des droits de l'homme il y a 70 ans. Edwy Plenel a expliqué sur Mediapart que Jean-Jacques Bourdin et lui-même avaient refusé que l'entretien du chef de l'État ait lieu à l'Élysée

"Nous avons proposé plusieurs lieux, dont le Collège de France au cœur du Quartier Latin et le café 'Fluctuat nec mergitur' place de la République, jusqu'à ce que soit retenu, pour des raisons de symbole et de sécurité, le Théâtre national de Chaillot, place du Trocadéro à Paris, a expliqué le journaliste. Ce choix, finalement accepté par l'Élysée, est donc le nôtre." 

20h25 - Pour le patron de la CGT Philippe Martinez, invité du Grand Jury de RTL, LCI et Le Figaro ce dimanche, la double intervention médiatique d'Emmanuel Macron est "une opération de communication et de justification de sa politique".

19h45 - Bonjour à tous et bienvenue sur ce direct. Emmanuel Macron se soumet aux questions de Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel à partir de 20h45. L'interview doit durer au minimum deux heures.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Télévision Emmanuel Macron Interview
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793027814
Notre-Dame-des-Landes, SNCF, Syrie... Revivez l'interview d'Emmanuel Macron
Notre-Dame-des-Landes, SNCF, Syrie... Revivez l'interview d'Emmanuel Macron
MINUTE PAR MINUTE - Le chef de l'État a répondu ce dimanche 15 avril, de 20h45 à 23h15, aux questions de Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel.
https://www.rtl.fr/actu/politique/en-direct-suivez-l-interview-d-emmanuel-macron-ce-dimanche-15-avril-7793027814
2018-04-15 19:57:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/nYAFFU-8k1zOEMqoJHe3lw/330v220-2/online/image/2018/0415/7793029857_emmanuel-macron-donne-sa-deuxieme-interview-televisee-en-trois-jours-dimanche-15-avril-2018.jpg