18 min de lecture Élections départementales

Élections départementales 2015 : 220 élus de droite, 56 élus de gauche et 8 élus FN dès le 1er tour

Selon les estimations, l'UMP-UDI est arrivé largement en tête de ce premier tour des départementales devant le FN, moins fort que prévu, et le PS en troisième position qui résiste.

Un bureau de vote à Créteil, lors du premier tour des élections départementales de mars 2015
Un bureau de vote à Créteil, lors du premier tour des élections départementales de mars 2015 Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Micro RTL
La rédaction de RTL et Marie-Pierre Haddad

Le premier tour des élections départementales a eu lieu ce dimanche 22 mars. Plus de 43 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes. À noter que les villes de Paris et de Lyon ne sont pas concernées par ce scrutin car les fonctions des conseils départementaux sont exercées par d'autres organes, comme le Conseil de Paris dans la capitale. De même pour la plus grande partie des outre-mer.

Jusqu'à présent, les conseils généraux, en charge de gérer les départements, étaient renouvelés par moitié, en principe tous les trois ans. Cette fois-ci, les conseils départementaux sont tous élus en même temps pour six ans, avec un mode de scrutin inédit.

Selon les premières estimations, l'UMP-UDI arrive largement en tête de ce premier tour des départementales avec 31% des voix devant le FN, moins fort que prévu (24%), et le PS en troisième position qui résiste (22%). Le ministère de l'Intérieur dénombre 220 élus de droite (115 UD, 67 UMP, 27 UDI), 56 élus de gauche (23 DVG, 21 PS, 5 PCF, 2 FdG), 8 élus FN et 6 élus autres (1 MoDem, 1 Régionaliste, et 3 Divers) dès le premier tour. 

À lire aussi
Jacques Bompard, maire extrême-droite de la ville d'Orange (Vaucluse) extrême droite
Orange : deux partis d'extrême droite au second tour


Le taux d'abstention s'avère, lui aussi, beaucoup moins important que prévu : 48,93 % des inscrits. C'est beaucoup moins que lors des cantonales de 2011 (55,7% au premier tour) ou des élections européennes de mai dernier (57,5%). 

Retrouvez les résultats du premier tour des élections départementales

>> Vous pouvez également suivre la soirée électorales et les résultats en direct sur notre antenne

Lundi matin, RTL reçoit trois invités politiques de premier plan pour commenter les résultats du premier tour des départementales. Le Premier ministre Manuel Valls sera l'invité de Jean-Michel Aphatie à 7h45. Florian Philippot, vice-président du FN, répondra à nos questions à 7h15 et enfin François Fillon reviendra sur ce qu'il appelle "une percée significative" à 8h20. 

00h09 : Le PS écrasé dans le Nord lors du premier tour devrait perdre le département. 

23h50 : L'Oise a basculé à droite dès le premier tour. La plupart des cantons du département verront le FN et l'UMP s'affronter. 

23h49 : Duel PS-FN à Évry (Essonne). Le second tour opposera les socialistes (41,8%) aux frontistes (20,49%) dans le fief de Manuel Valls. 

23h45 : L'abstention s'élève à 48,93% des inscrits selon le ministère de l'Intérieur.

23h43 : Le ministère de l'Intérieur recense à 23 heures 112 élus Divers Droite, 62 élus UMP, 27 élus UDI, 23 élus Divers Gauche, 21 élus PS, 6 élus FN, 5 élus PCF, 4 élus Radicaux de Gauche, 1 élu du Front de Gauche.

23h42 : Jean-Noël Guerini, l'actuel président du conseil général des Bouches-du-Rhône, est en ballottage à Marseille (Bouche-du-Rhône). 

23h40 : Georges Tron (UMP), ancien secrétaire d'État, est en ballottage à Draveil (Essonne). 

23h08 : "Nous appelons à faire barrage à l'extrême droite" au deuxième tour a déclaré Jean-Christophe Largarde (UDI). Une position qui va à l'encontre de celle de l'UMP qui, a annoncé, par la voix de son président appliquer la politique du "ni-ni".

Les listes Divers droite arrivent en tête dans 6 départements pour l'instant

23h05 : Pour le moment, les listes Divers droite arrivent en tête dans trois départements : la Lozère, La Réunion, le Cantal, l'Allier, la Manche et les Hautes-Alpes. 

C'est un coup dur pour le PCF, car l'Allier est un des deux départements avec le Val-de-Marne qu'il dirigeait jusqu'alors. Mais avec seulement 7,18 des voix pour les communistes, 7,65% des voix pour les listes d'union de gauche et 12,70 des suffrages pour le PS la partie semble mal engagée face aux Divers droites qui récoltent 26,10% des voix auxquelles il faut ajouter 8,35% pour les listes d'union. 

L'UMP-UDI est en tête dans 4 départements pour l'instant

22h55 : Pour le moment, l'UMP-UDI est en tête dans trois départements : Le Maine-et-Loire, le Rhône, l'Aveyron et la Corrèze.

La droite arrive en tête en Corrèze, l'UMP totalise 35,64% des voix et les listes d'Union de la Droite récolte 9,39% des voix. Le PS arrive à 31,58%. Le FN est bien plus bas que sa moyenne nationale (7,97%).

L'Union de la droite mène dans 7 départements pour l'instant

22h50 : Pour le moment, l'Union de la droite mène dans 3 départements Jura, Haute-Loire les Deux-Sèvres, le Cher, l'Ain, la Seine-Maritime et l'Indre-et-Loire. 

Avec 30,35% des voix, l'Union de la Droite devance le FN (25,88%) et les Divers gauche (22,75%) dans le Jura. Même score dans Le Cher, avec 30,69% des suffrages, l'Union de la Droite devance un FN à 24,87% des voix et le PS à 20%.

Dans la Haute-Loire, le score de l'Union de la Droite (39,73%) devance de près de 20 points celui du FN (20,99%). 

Dans les Deux-Sèvres, l'Union de la droite (34,81%) est talonnée par la liste Divers Gauche (32,61%) toutes deux largement devant le FN et ses 19,57% des voix. 

Enfin, dans l'Ain, l'Union de la Droite totalise 34,13% des voix devant le FN (27,85%) et le PS (25,69%). 

Le PS arrive en tête de 7 départements pour l'instant

22h40 : Le Parti Socialiste tient bon dans l'Ariège, les Pyrénées Atlantiques, le Finistère, la Dordogne, l'Ille-et-Vilaine, les Alpes-de-Haute-Provence et la Haute-Vienne.

Le PS arrive largement en tête dans l'Ariège avec 40,95% des voix devant un binôme divers gauche à 21,60% et un FN à 15,76%. La gauche toutes étiquettes confondues totalise plus de 70% des voix au premier tour. 

En Dordogne, avec 30,90% des voix le PS devance le FN (21,37%). 

Le PS mène la course en tête dans les Pyrénées Atlantiques avec 14,84% des voix, devant le FN (11,85) l'Union de la droite (11,70%) et les Divers Gauche (11,61%) qui font jeu égal. 

Les socialistes ont une courte avance dans le Finistère avec 33,53% devant l'Union de la Droite (33,32%) et largement devant le FN (15,73%). Courte avance socialiste également en Ille-et-Vilaine ou la liste PS a récolté 19,72%, à peine plus que la liste FN (18,39%).

Le FN en tête de 22 départements pour l'instant

22h30 : Pour le moment, le FN serait en tête dans 20 départements : la Haute-Marne, la Somme, l'Aisne, les Pyrénées-Orientales, l'Ardèche, le Doubs, la Meuse, le Gard, le Tarn-et-Garonne, la Sarthe, la Moselle, l'Yonne, Le Territoire de Belfort, l'Aude, l'Aube, le Var, la Marne, la Loire, l'Eure-et-Loire, le Gard, l'Hérault et le Vaucluse.

22h17 : Le FN élu dès le premier tour à Fréjus (municipalité frontiste) avec 51,17% des voix. 

22h15 : Jérôme Guedj, président sortant du conseil général de l'Essonne est en ballottage à Massy. 

22h10 : Le FN arrive en tête dans le canton du Pontet (Vaucluse) avec 53,70% des voix devant l'UMP (24,79%) et le FG (21,52%)

22h05 : 170 personnalités de droite, 44 de gauche et 6 du FN ont été élues au premier tour selon les chiffres délivrés par le ministère de l'Intérieur à 21h50. 


22h00 : La gauche arrive en tête dans les département des Hautes-Pyrénées et du Tarn-et-Garonne

21h45 : 111 élus de droite, 36 élus de gauche, 4 élus FN au premier tour d'après les chiffres du ministère de l'Intérieur à 21h30.

21h42 : Le FN remporte le canton de Eurville-Bienville en Haute-Marne. Les candidats FN Nadine Marchand et Nicolas Convolte font leur entrée au nouveau conseil départemental avec 50,35% des voix face à leurs seuls concurrents DVD, Virginie Gerevic et Christian Dubois. 

21h40 : 
Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'État chargé des Relations avec le Parlement, a affirmé que les candidats de gauche seraient absents dans 500 cantons sur 2.000 au second tour des élections départementales. "Dont une centaine, a-t-il tenu à préciser, que nous aurions pu remporter, en raison de la division de la gauche".

21h26 : Le PS devrait perdre la Seine-et-marne. Les socialistes ne peuvent se maintenir que dans 6 cantons. 

Le FN serait en tête dans 16 des 21 cantons de l'Aisne

21h15 : Le FN revendique la victoire au premier tour dans le canton de Vic-sur-Aisne (Aisne). "Mon collègue du FN Noël Lecoultre et moi, nous avons remporté ce canton avec 53,65% des voix, contre 46,19% au binôme PS/PCF", a déclaré Marie-Christine Gilliot. Une première pour le parti frontiste. 

21h10 : Dominique Bussereau, Président sortant du Conseil général de Charentes-Maritime est en ballottage à Royan. 

21h00 : François Bayrou s'oppose à la stratégie du "ni-ni" de l'UMP déclarant sur Twitter "Au dessus des étiquettes et des partis, il y a les valeurs et les idées". 

Emmanuelle Cosse (EELV) et Pierre Laurent (PCF) appelle à l'union de la gauche

20h58 : Henri Emmanuelli (PS), Président sortant du Conseil général des Landes, a été élu au Coteau De Chalosse.   

20h45 : Emmanuelle Cosse (EELV) et Pierre Laurent (PCF) appellent à l'union de la gauche. La secrétaire national d'EELV invite les "écologistes à se rassembler autour des candidatures de gauche qui le voudront bien". Le numéro un du PCF appelle, lui aussi, au rassemblement "face à la droite ou à l'extrême droite"  au deuxième tour des départementales. Face à eux, Jean-Luc Mélenchon et Christophe Najdovski cultivent leur différence et déplorent que les voix EELV et FDG "gonflent le score du PS".

20h45 : C'est au tour de Jean-Christophe Cambadélis de s'exprimer depuis le siège du PS : "Là où la gauche ne peut concourir, explique-t-il, j'appelle au désistement républicain et je demande la réciproque"  

20h42 : Le président communiste du conseil général de l'Allier, Jean-Paul Dufrègne, a été réélu dès le premier tour dans son canton.

Alain Juppé évoque "un désaveu pour la majorité"

20h40 : Alain Juppé, a tenu à relever une participation "légèrement supérieure" et à saluer "le succès de la dynamique autour du rassemblement de la droite et des centres". Pour le maire de Bordeaux il n'y a pas eu de "vague Bleu Marine" même si le premier tour représente "un désaveu pour la majorité"

20h36 : L'entourage de Devedjian, président sortant UMP du conseil général des Hauts-de-Seine, a annoncé sa réélection au premier tour à Antony.

20h35 : Le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde a estimé que "la défaite de la gauche" aux départementales représentait une "double sanction: contre les exécutifs locaux et contre la politique gouvernementale, puisque François Hollande et Manuel Valls ont voulu nationaliser le scrutin". 

20h32 : Eric Ciotti, président UMP sortant du conseil général des Alpes-Maritimes, annonce  sa réélection dans son canton. 

20h30 : Plusieurs candidats du PS sont en ballottage, c'est le cas d'André Vallini, Secrétaire d'Etat à la Réforme territoriale à Tullins en Isère, même chose pour Philippe Martin, Président sortant du conseil général du Gers. 

Valls, Sarkozy et Le Pen se sont exprimés après 20 heures

20h21 :  "Sans implantation locale préalable, avec un seul sortant sur 4.000 élus départementaux, le Front national réussit l'exploit de dépasser dans une élection locale son score des européennes, a déclaré Marine Le Pen. Ce vote massif pour le Front national qui s'enracine élection après élection montre que les Français veulent retrouver leur liberté, a-t-elle poursuivi. Le vote patriote est la clé, a affirmé la présidente du FN, pour qui veut se débarrasser du parti socialiste, de son clientélisme et de sa gestion désastreuse." 

"Les résultats de ce soir seront le socle des élections régionales dans quelques mois", annonce Marine Le Pen. "Vivent les département, vive la République et vive la France", a conclu Marine Le Pen. Une pique directement adressée à la majorité qui avait voulu les supprimer. 

Vivent les département, vive la République et vive la France.

Marine Le Pen
Partager la citation

20h15 : "Si nos compatriotes se sont massivement détournés de la gauche c'est parce qu'ils ont le sentiment que depuis trois ans, on ne cesse de leur mentir, a déclaré Nicolas Sarkozy qui s'exprime depuis le siège de l'UMP. Je veux dire à tous ceux qui ont fait le choix de voter pour le FN que nous entendons leur exaspération mais nous voulons leur dire que ce parti n'apportera aucune réponse aux difficultés des Français, au contraire, il les aggravera, je confirme qu'il n'y aura aucun accord local ou national avec les dirigeants de ce parti."

Je confirme qu'il n'y aura aucun accord local ou national avec les dirigeants du FN.

Nicolas Sarkozy
Partager la citation

Le président de l'UMP annonce que "l'alternance est en marche et que rien ne l'arrêtera". En revanche, pas de changement de ligne sur le "ni-ni"  là où l'UMP sera absente du deuxième tour, elle "n'appellera à voter ni pour  le FN ni pour la gauche". 

20h06 : Manuel Valls s'exprime en direct de Matignon. "Ce soir les formations républicaines ont tenu leur place, a déclaré le Premier ministre (...) Ce soir l'extrême droite n'est pas la première formation politique de France. Le total des voix de gauche atteint ce soir l'équivalent de la droite (...) Rien n'est donc joué. (...) Je veux donc appeler à la mobilisation et au rassemblement."

Manuel Valls s'est exprimé depuis Matignon quelques minutes après l'annonce des premières estimations.
Manuel Valls s'est exprimé depuis Matignon quelques minutes après l'annonce des premières estimations. Crédit : ALAIN JOCARD / AFP

Ce soir, l'extrême droite n'est pas la première formation politique de France.

Manuel Valls
Partager la citation

Si l'on fait le cumul des voix, droite et gauche sont au coude-à-coude (35 à 37,6%). 

20h05 : Jean-Michel Baylet a annoncé sa réélection dans le Tarn-et-Garonne 10 minutes avant l'annonce officielle des résultats. Le président du PRG qui est à la tête du département depuis 1985, dit avoir obtenu 50,72% des voix.

20h00 : Selon les estimations, avec entre 29% et 32% des voix l'UMP-UDI arrive largement en tête du premier tour des départementales devant le FN (entre 23,5 selon le CSA et 25% selon l'institut Ifop), moins fort que prévu, et le PS en troisième position résiste avec 22 ou 23% des votes. 

Retrouvez les résultats des départementales de 2011

19h55 : Marine Le Pen devrait s'exprimer à 20h25 au siège du FN à Nanterre. 

19h50 : Guillaume Peltier, vice-président de l'UMP, participe au dépouillement à Neung-sur-Beuvron (Loir-et-Cher)

19h42 : Les premiers résultats seront disponibles dès 20 heures.

19h40 : Jean-Luc Mélenchon discrédite déjà les résultats qui seront annoncés à 20 heures pour le Parti Socialiste : "Score bidon à 20 heures, annonce-t-il sur Twitter. Le PS s'additionne tous ses dissident plus tous les tandems #FDG #EELV".

19h38 : La préfecture de Vendée fait état de l'avancement du dépouillement dans le département.

19h35 : Les ministres arrivent à Matignon dans l'attente de l'allocution de Manuel Valls qui devrait prendre la parole vers 20h10. 

19h30 : Imbroglio dans l'Essonne où circulent les bulletins au nom d'un candidat PCF qui s'est retiré. Le PCF avait décidé de retirer l'investiture du candidat Jean-Pierre Sauvage condamné pour pédophilie. Pourtant, des bulletins portant son nom ont été distribués ce dimanche nous apprend un journaliste du Monde

19h26 : Un bureau national aurait lieu en ce moment au siège du PS. 

19h20 : Le Télégramme fait un état d'une irrégularité dans les bureaux de vote de Plabennec (Finistère). Les noms des candidats Christian Minguy et Katia Lussan ne sont pas écrits dans l'ordre alphabétique sur les bulletins FN comme le dispose la loi (article R.30 du code électoral). Selon le quotidien régional, "on ne s'oriente pas vers une invalidation du scrutin. Mais juste vers une éviction des deux candidats dont le bulletin n'a pas respecté les termes de la loi."

19h15 : Nicolas Sarkozy est enfermé dans son bureau au siège de l'UMP avec Brice Hortefeux et Frédéric Péchenard. Le président de l'UMP devrait prendre la parole à 20h20, 10 minutes après le Premier ministre. 

19h10 : Les bureaux de vote de l'Île-de-France, des agglomérations de Bordeaux, Nantes, Marseille et Toulouse sont ouverts jusqu'à 20 heures.

19h00 : Seuls trois membres du gouvernement sont candidats aux élections départementales. La secrétaire d'État aux Personnes handicapées et à la lutte contre l'exclusion a voté dans les Pyrénées Orientales où elle est candidate

Patrick Kanner, ministre de la ville de la Jeunesse et des Sports est candidat dans le Nord et André Vallini, secrétaire d'État à la Réforme territoriale s'est présenté en Isère. 

Patrick Kannercandidat dans le Nord en ballottage face au binôme UMP
Patrick Kannercandidat dans le Nord en ballottage face au binôme UMP Crédit : AFP

18h35 : L'abstention au 1er tour des élections départementales devrait s'élever à 48,5% selon le CSA et l'Ifop et à 49,5% selon Ipsos. Un taux nettement inférieur à l'asbtention relevée lors des élections cantonales de 2011 (55,68%) mais très supérieur à celle de 2008 (35,13%).  

18h30 : Marine Le Pen, accompagnée de Florian Filippot, a rejoint le siège du FN à Nanterre. La présidente du Front national devrait prononcer une allocution vers 20h20 selon Le Figaro 

18h15 : Le dépouillement a commencé dans la plupart des bureaux de vote. Les urnes restent ouvertes jusqu'à 19 heures et parfois même 20 heures pour les électeurs des grandes villes.

18h00 : La participation dans le Vaucluse est en très nette hausse avec 50,39% de votants à 17 heures contre 43,02% en 2011 à la même heure.

Même constat, pour les département du Bas-Rhin et du Haut-Rhin (Alsace) qui enregistre une hausse de la participation par rapport à 2011.

17h51 : Bernadette Chirac est attendue à 18h30 à Brive pour le dépouillement en mairie. 

17h40 : La Corse-du-Sud enregistre la plus forte participation à 17 heures, avec 57,44% de votants. À l'inverse, la Seine Saint-Denis est le département qui enregistre la plus faible mobilisation avec 28,40 seulement de votants. (Chiffres du ministère de l'Intérieur).

Forte participation en Corse-du-Sud et en Corrèze

17h30 : L'abstention sur l'ensemble de la journée est estimée entre 48,5% et  49,5% selon le CSA et l'institut de sondage Ipsos.

17h30 : Selon le quotidien régional La Montagne, avec 53,50% le taux de participation en Corrèze à 17 heures est largement supérieur à la moyenne nationale (42,98%)

17h20 : Manuel Valls devrait prendre la parole depuis Matignon peu après la fermeture des derniers bureaux de vote après 20 heures.

17h15 : Alain Juppé, le maire de Bordeaux, a voté peu avant 17 heures. Fortement impliqué dans la campagne dans le département de la Gironde, Alain Juppé a multiplié les déplacements en faveur des candidats de la droite et du centre. 

Alain Juppé a voté peu avant 17 heures à Bordeaux.
Alain Juppé a voté peu avant 17 heures à Bordeaux. Crédit : JEAN-PIERRE MULLER / AFP

17h10 : Cécile Duflot, députée EELV à Paris, commente son après-midi passé au parc un jour d'élections "une très étrange sensation", précise-t-elle. 

17h00 : Taux de participation en hausse à 17 heures. Le taux de participation à 17 heures pour la France métropolitaine s'élève à 42,98% contre 36,38% au premier tour des élections cantonales de 2011 à la même heure. Un chiffre qui reste en revanche inférieur à la participation en 2008 qui était de 54,53%. 

>
Élections départementales 2015 : le taux de participation est de 42,98% à 17 heures. Crédit Image : RTL | Crédit Média : Damien Delseny | Durée : | Date :

16h50 : Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian a voté à Guidel (Morbihan)

Jean-Yves Le Drian a voté à Guidel (Morbihan)
Jean-Yves Le Drian a voté à Guidel (Morbihan) Crédit : JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

16h01 : Les selfisoloir refont leur apparition pour ces élections départementales. Le concept est simple : se prendre en photo dans l'isoloir en train de voter. Les internautes se prêtent au jeu et postent de nombreuses photos sur Twitter.

15h51 : Le ministère de l'Intérieur a redoublé de créativité tout au long de la campagne, afin de sensibiliser les 43 millions d'électeurs aux élections départementales. Sur Twitter, une parodie de l'émission The Voice a ainsi été mise en avant. La préfecture du Var a suivi le mouvement et tente de mobiliser les internautes, ce dimanche.

15h40 : Manuel Valls a tenté de s'imposer dans la position de l’anti-Front national, lors de la campagne. Un rôle classique pour le chef de Matignonvoulu par l'Élysée et par François Hollande.

>
Départementales 2015 : François Hollande avance masqué Crédit Image : Fanny Bonjean / RTL.fr | Crédit Média : Paul Guyonnet / RTL.fr | Date :

15h14 : Manuel Valls pourrait s'exprimer "avant 21 heures", depuis Matignon, selon son entourage, comme le rapporte Le Figaro. 

15h11 : Pourquoi cette année devons-nous voter pour des binômes homme-femme ? C'est l'une des nouveautés de ce scrutin. Il n'y a pas suffisamment de femmes dans les conseils généraux. Or, l'article 1er de notre Constitution explique que "la loi doit favoriser l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux".

15h01 : Sur une rue de moins d'un kilomètre, le boulevard du Luxembourg, à quelques kilomètres du Mont Saint-Michel, les habitants vont voter dans trois cantons différents, après le redécoupage des secteurs. 

14h51 : Le Front national annonce qu'il va porter plainte contre l'association SOS Racime, pour "manœuvre frauduleuse pour détourner des suffrages", explique Wallerand de Saint-Just, l'ancien trésorier et ancien avocat du parti de Marine Le Pen. En cause, la publication d'un tweet ironique. Florian Philippot qualifie ce message d'"anticivique".

14h10 : À l'issue de son vote, le président du MoDem, François Bayrou, a estimé que "les découpages qui ont été faits et qui sont pour la plupart très politiciens ont dérouté les électeurs". 

François Bayrou, le président du MoDem a voté dans le canton de Pau-centre pour les élections départementales.
François Bayrou, le président du MoDem a voté dans le canton de Pau-centre pour les élections départementales. Crédit : IROZ GAIZKA / AFP

13h31 : Dans les départements où les électeurs ont le plus voté à la mi-journée, on retrouve en tête l'Aude (27,84%), devançant la Dordogne (26,59%), la Corse du Sud (25,67%) ou l'Yonne (25,01%). La Seine-Saint-Denis (9,44%, en hausse néanmoins comparé à 2011) est le département où les électeurs se sont le moins rendus aux urnes, encore moins que les Yvelines (11,57%), les Hauts-de-Seine (12,43%) ou l'Essonne (12,56%). 

À la mi-journée, une grande majorité de départements affichaient dimanche des hausses du pourcentage des votants. Dans les progressions les plus fortes figuraient par exemple l'Yonne (+10,35 points à 25,01%), la Marne (+9,94 points  à 18,71%) ou le Cantal (+9,17 points à 24,91%). 

D'autres départements connaissaient en revanche une participation moindre qu'en 2011, comme le Gers (22,19% contre 25,56%), l'Hérault (19,80% contre 20,51%), mais encore le Doubs (15,95% contre 16,65%).

13h27 : Alors que le scrutin risque fort de se transformer en nouvelle claque pour l'exécutif, les socialistes sont déjà prêts à encaisser les coups

>
Départementales : François Hollande et Manuel Valls "se préparent à faire le dos rond" Crédit Image : dailymotion | Crédit Média : Paul Guyonnet / RTL.fr | Date :

13h23 : Un peu avant midi, Manuel Valls a voté à Évry, dans l’Essonne. "Aujourd'hui, il n'y a qu'un seul message: c'est voter", a déclaré le Premier ministre. 

Manuel Valls s'est rendu à Évry, dans l'Essonne pour voter pour le premier tour des élections départementales
Manuel Valls s'est rendu à Évry, dans l'Essonne pour voter pour le premier tour des élections départementales Crédit : ALAIN JOCARD / AFP

François Hollande a affirmé au magazine économique Challenges, qu'il ne changera pas de premier ministre après les élections départementales. "On travaille en confiance avec Valls. On se voit souvent. Je ne doute pas de sa loyauté (...) Sa popularité me protège et me protégera", a-t-il déclaré.

12h26 : Depuis 1982, retrouvez la répartition des votes entre le Parti socialiste, l'UMP et le Front national. 

12h04 : Selon le ministère de l'Intérieur, le taux de participation des élections est de 18,02% à midi, contre 15,7% en 2011. La participation annoncée est supérieure à celle enregistrée lors du renouvellement de 2011, mais en revanche inférieure à celle observée en 2008 (22,5%)
Par rapport aux deux scrutins de 2014, toujours à la même heure, les électeurs ont été plus nombreux à voter qu'aux européennes (15,7%), mais moins qu'au premier tour des municipales à midi (23,16%)

11h40 : Le maire de Nice, Christian Estrosi a lui aussi voté.

11h06 : François Hollande a voté à Tulle, en Corrèze. Le Président doit ensuite déjeuner avec des responsables politiques locaux, avant de retourner à l'Élysée dans l'après-midi. Au même moment, Marine Le Pen s'apprête à voter à Hénin-Beaumont.

Marine Le Pen a voté pour les élections départementales depuis Henin-Beaumont
Marine Le Pen a voté pour les élections départementales depuis Henin-Beaumont Crédit : DENIS CHARLET / AFP

10h55 : En 2011, la victoire du Parti socialistes lors des élections cantonales avait été annoncée par les sondages, qui avaient minoré le score de l'UMP mais révélé la montée du Front national.

10h29 : Tous les Français ne se rendront pas aux urnes les dimanche 22 et 29 mars car les conseils départementaux n'existent pas partout.

10h07 : Le bulletin de vote comporte désormais deux noms et non plus un seul. On vote ainsi pour des binômes homme - femme. L'objectif est d'assurer une parité parfaite dans les conseils départementaux. 

09h52 : Le ministère de l'Intérieur a publié sur Twitter le déroulement et l'utilité de voter pour les élections départementales.

09h16 : Pour ceux qui ont oublié leur carte d'électeur, pas de panique. il est possible de voter en présentant un titre d'identité.

8h45 : Le nombre de cantons a baissé, par rapport aux précédentes élections départementales. Désormais, il existe 2.054 cantons, soit moitié moins. Ils sont deux fois plus étendus que les anciens.

8h01 : Les bureaux de vote sont désormais ouverts. Plus de 43 millions de personnes sont attendus pour élire les conseils départementaux.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections départementales UMP Front national
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7777094258
Élections départementales 2015 : 220 élus de droite, 56 élus de gauche et 8 élus FN dès le 1er tour
Élections départementales 2015 : 220 élus de droite, 56 élus de gauche et 8 élus FN dès le 1er tour
Selon les estimations, l'UMP-UDI est arrivé largement en tête de ce premier tour des départementales devant le FN, moins fort que prévu, et le PS en troisième position qui résiste.
https://www.rtl.fr/actu/politique/en-direct-elections-departementales-2015-suivez-le-premier-tour-du-scrutin-7777094258
2015-03-22 09:56:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/e05jwgbXA3XZgdh-IiljYg/330v220-2/online/image/2015/0322/7777098994_un-bureau-de-vote-a-creteil-lors-du-premier-tour-des-elections-departementales-de-mars-2015.jpg