9 min de lecture Présidentielle 2017

Revivez la journée de démission de Manuel Valls et de formation du gouvernement Cazeneuve

Après avoir annoncé sa candidature à la présidentielle, lundi 5 décembre, le Premier ministre a démissionné, ce mardi. Il est remplacé par Bernard Cazeneuve à Matignon.

Bernard Cazeneuve dans une école du 19ème arrondissement de Paris, le 2 décembre 2016
Bernard Cazeneuve dans une école du 19ème arrondissement de Paris, le 2 décembre 2016 Crédit : YANN BOHAC/SIPA
Claire Gaveau
Claire Gaveau
et Marie-Pierre Haddad

La fin d'une ère. Manuel Valls a quitté ses fonctions de premier ministre, ce mardi 6 décembre. Candidat à l'élection présidentielle, le chef du gouvernement a annoncé dès hier qu'il allait démissionner afin de pouvoir mener campagne. "Je quitterai mes fonctions dès demain, car je veux en pleine liberté proposer un chemin aux Français (...) Je suis candidat parce que la France doit poser de tout son poids dans un monde qui n'a plus rien à voir avec ce qu'il était, menace terroriste, réchauffement climatique, affaiblissement de l'Europe, poussée de l'extrême droite", a-t-il notamment déclaré lors de son annonce, réalisée dans son fief d'Évry (Essonne).

Quatre noms ont régulièrement été évoqués pour remplacer Manuel Valls et entamer la dernière ligne droite du quinquennat de François Hollande. Marisol Touraine, Najat Vallaud-Belkacem, Jean-Yves Le Drian et Bernard Cazeneuve étaient en pôle position. C'est finalement ce dernier qui a été promu par François Hollande et qui occupera le poste de premier ministre pour les cinq prochains mois. 

Bernard Cazeneuve, qui était ministre de l'Intérieur depuis 2014, devrait selon toute vraisemblance être le chef de gouvernement qui restera le moins longtemps en poste - à moins que le prochain président ne décide de le renommer. Cette période de cinq mois sera moitié moins longue que le temps passé par Édith Cresson à Matignon (10 mois et 17 jours). La socialiste est pour le moment la détentrice du record plancher de temps passé à la tête du gouvernement.

Revivez la démission de Manuel Valls et le remaniement ministériel

17h40 - C'est au tour de Bruno Le Roux de prendre possession de son ministère. Bernard Cazeneuve, son prédécesseur, effectue donc sa deuxième passation de pouvoir de la journée. "Je sais la part d'émotion qui s'attache à cette cérémonie et le poids, sans doute, que vous devez sentir sur vos épaules, déclare le nouveau premier ministre à l'adresse de Bruno Le Roux. Ce n'est pas un ministère comme les autres (...) Cette maison, je l'ai aimée par dessus tout. J'y ai vécu des moments extrêmement douloureux, qui resteront à tout jamais dans mon cœur et dans ma mémoire. Je veux dire aux serviteurs de l'État ma gratitude immense et la reconnaissance de toute la nation pour le travail qu'ils accomplissent au service de tous les Français".

À lire aussi
Présidentielle 2022
Mort du prince Philip : Manuel Valls lui rend hommage, les internautes se moquent de lui

Bernard Cazeneuve déplore le terrorisme, "la violence qui monte" et "le moindre respect" qui fait des forces de l'ordre "des cibles". "Ces femmes et ces hommes font mon admiration", poursuit-il avant de demander à Bruno Le Roux : "N'hésitez jamais à les défendre, ils le méritent". Le nouveau chef du gouvernement rend un hommage appuyé à tous ceux qui travaillent au service de la nation au sein et autour de la place Beauvau. "Il y a deux catégories d'hommes politiques : ceux qui pensent qu'ils peuvent être utiles et ceux qui pensent qu'ils sont indispensables (...) Ceux dont on a retenu le nom sont ceux qui se sont effacés (...) par amour de l'État (...) On n'est jamais sûr de réussir dans cette maison mais il est garanti d'échouer si l'on n'a pas constamment à l'esprit la passion et le sens de l'État".

Bernard Cazeneuve avait déjà fait référence au "sens de l'État" lors de sa passation de pouvoir avec Manuel Valls.

16h35 - Bernard Cazeneuve "remercie" Manuel Valls pour le discours qu'il vient de tenir. "J'ai été honoré de servir la République sous votre autorité au cours des deux dernières années (...) Les moments que nous avons vécus resteront à tout jamais gravés dans nos mémoires et dans nos cœurs. Nous avons vu que notre peuple demeurait beaucoup. Nous avons vu ce dont nos forces de sécurité, nos militaires étaient capables (...) Ces épreuves ont rendu cet amour de notre pays plus grand. Nous l'avons en partage".

Le nouveau premier ministre assure qu'il a "toujours pu bénéficier" de "l'appui et la compréhension" de son prédécesseur. "Cette confiance était essentielle, poursuit-il. Elle m'a beaucoup appris et me sera utile dans les mois qui viennent. Il reste quelques mois et vous êtes mieux placé que quiconque pour savoir qu'en politique, chaque jour compte. Nous les utiliserons pour donner de la force à la République, pour lui permettre d'affronter les défis qu'elle a devant elle. Il faudra protéger le pays, contre la menace terroriste. Elle implique de rehausser les moyens de protection (...) Il faut renforcer aussi l'effort engagé pour maintenir l'équilibre de nos comptes et la pérennité du modèle social français". Bernard Cazeneuve assure qu'il gouvernera avec "une boussole" qui ne l'a jamais quittée et en fonction de laquelle il assure avoir toujours agi : "Le sens de l'État". Et d'assurer à son tour Manuel Valls de son "amitié".

16h30 - La passation de pouvoir vient d'avoir lieu entre Manuel Valls et Bernard Cazeneuve. "C'est une belle aventure qui a duré 32 mois avec une équipe de très grande qualité", démarre l'ancien premier ministre. Il poursuit : "Pendant ces 32 mois, j'ai mis mon énergie, mon amour de la France, mon engagement auprès des Français pour réformer ce pays (...) J'ai été un premier ministre heureux (...)". Puis, s'adressant à Bernard Cazeneuve : "Il y a beaucoup de gravité, elle ne m'a jamais quitté. Nous l'avons éprouvée tous les deux. Il y a eu les attentats, vous étiez ministre de l'Intérieur, en première ligne (...) Ces 32 mois ont aussi été du plaisir et du bonheur. Je ne pense pas qu'à la demi-finale de l'Euro de football."

Manuel Valls rend hommage aux équipes de Matignon : "Je veux les remercier du fond du coeur. Ils servent l'État. C'est une belle mission. C'est un patrimoine qu'il faut préserver, entretenir et consolider". Et de rendre un hommage très appuyé à son successeur : "Nous avons l'habitude des passations de pouvoir, vous avez pris l'habitude de me succéder. C'est un plaisir (...) Je pars tranquille car je sais ce que j'ai à faire mais je sais aussi qu'il y a ici un homme d'État. Bernard Cazeneuve est un grand ministre de l'Intérieur. Je ne doute pas que vous tiendrez l'État et poursuivrez les réformes et leur mise en oeuvre. Vous êtes un ami, vous êtes un frère".

13h15 - Les travaux de Bruno Le Roux, nouveau ministre de l'Intérieur, sur les questions de sécurité et de police ont inspiré la politique de Lionel Jospin lorsqu'il était en poste à Matignon (1997-2002).

13h00 - La passation de pouvoir entre Bernard Cazeneuve et Manuel Valls aura lieu à 17h30.

12h36 - François Rebsamen qui était pressenti pour reprendre le ministère de l'Intérieur a expliqué sur Twitter : "J'ai refusé le ministère de l'Intérieur car je suis maire de Dijon et président du Frand Dijon. Je suis heureux de cette fonction".

11h34 - Nommé à cinq mois seulement de l'élection présidentielle, Bernard Cazeneuve aura la longévité la plus courte d'un Premier ministre sous la Ve République, sauf à être reconduit après mai 2017 par le nouveau président. Avant lui c'est Édith Cresson, seule femme à avoir occupé cette fonction, qui détenait le record de brièveté à Matignon avec dix mois et dix-huit jours, de mai 1991 à avril 1992. 

11h07 - François Rebsamen aurait refusé le poste de ministre de l'Intérieur, selon nos informations.

11h02 - Robert Ménard a réagi à la nomination de Bernard Cazeneuve au poste de premier ministre. 

10h34 - Bruno Le Roux est nommé ministre de l'Intérieur, André Vallini nommé secrétaire d'État auprès du premier ministre chargé des relations avec le Parlement. Jean-Marie Le Guen est nommé secrétaire d'État, chargé du Développement et à la Francophonie.

09h41 - François Bayrou a salué la décision de François Hollande sur Twitter : "C'est un homme de qualité, rassurant pour le pays en ces temps troublés".

09h31 - C'est donc la fin d'une ère. Après plus de deux ans passé à Matignon, Manuel Valls a quitté son costume de premier ministre pour se consacrer pleinement à sa campagne électorale. De sa nomination à sa démission, retour sur les moments-clés de Manuel Valls. 

09h23 - Qui est Bernard Cazeneuve ? Aujourd'hui âgé de 53 ans, il a été successivement ministre délégué aux Affaires européennes (2012-2013), ministre délégué Budget (2013-2014) et ministre de l'Intérieur depuis 2014.

09h15 - Bernard Cazeneuve nommé premier ministre. Il succède à Manuel Valls. Il est dorénavant chargé de former un nouveau gouvernement. 

09h08 - Après 35 minutes d'entretien avec François Hollande, Manuel Valls a quitté l'Élysée.

09h05 -
Yannick Jadot, a ouvertement critiqué le discours de Manuel Valls : "C'était l'anti-Valls premier ministre. C'était un peu docteur Jekyll et Mr Hyde", a-t-il déclaré au micro de BFM TV. Le candidat écologiste à la présidentielle a aussi évoqué le successeur de Manuel Valls à l'Élysée. S'il aimerait qu'une femme prenne le relai à Matignon, il pronostique avant tout Bernard Cazeneuve.


08h56 -
Dans son discours de candidature, Manuel Valls a exalté la protection, la défense des humiliés et un État fort. "C'est marche arrière toute ! Il y a bien sûr à cela une raison politique : tenter de rassembler tous les courants de la gauche pour gagner une primaire difficile", explique François Lenglet. Un coup de barre économique tout de même jugé "risqué" par l'éditorialiste de RTL.
08h45 - 
Après le renoncement de François Hollande, la cote de popularité du président de la République repart du plus belle. Ainsi 29% des Français interrogés ont répondu positivement à la question "Approuvez-vous l'action de François Hollande comme président de la République ?" Un chiffre en hausse de 13 points par rapport au mois dernier.

08h29 - Manuel Valls est à l'Élysée pour remettre sa démission et celle de son gouvernement, ont annoncé certains journalistes de l'AFP.

08h26 -
Simultanément à son discours de candidature, Manuel Valls a dévoilé sa première affiche de campagne avec comme slogan : "Faire gagner tout ce qui nous rassemble". Problème, celui-ci n'a pas fait l'unanimité et l'équipe de campagne n'écarte pas la possibilité que d'autres slogans apparaissent par la suite.

08h15 - Selon les informations de BFM TV, le nom du nouveau premier ministre sera connu à 11 heures. Auparavant, Manuel Valls va présenter sa démission au président de la République. 

07h54 -
"Manuel Valls est un homme de projet, qui a une vision sur la société, qui a des intuitions qui sont plus fortes que beaucoup de responsables. C'est le candidat de l'unité, du rassemblement et de l'efficacité pour la gauche de gouvernement", assure Jean-Marie Le Guen.

07h50 - Pour Jean-Marie Le Guen, Manuel Valls s'est "nourri" de son fief pour annoncer sa candidature. "Il se met à la hauteur de la situation et parmi ses objectifs, c'est d'abord de rassembler sa famille politique sur la ligne de la gauche de gouvernement", a-t-il commenté.

07h47 -
Quel sera le sort de Jean-Marie Le Guen au sein du gouvernement ? Proche de Manuel Valls, le secrétaire d'État assure partager sa "loyauté". "Je ne vais pas commenter toutes les rumeurs, je suis à la disposition du président de la République", a-t-il réagi au micro de RTL. 

07h45 - 
Jean-Marie Le Guen est l'invité de RTL. Le secrétaire d'État chargé des relations avec le parlement va répondre aux questions d'Elizabeth Martichoux. Une interview à suivre en direct vidéo sur RTL.fr.

07h25 -
L'éditorialiste de RTL, Alba Ventura, s'est penchée sur la candidature de Manuel Valls qui traduit notamment une obsession du rassemblement et une volonté de réconciliation à gauche. Elle juge cependant "compliquée de se poser en rassembleur quand vous vous êtes fâchés avec toute une partie de votre famille".

07h00 - La candidature de Manuel Valls pose de nombreuses questions. Le Premier ministre, qui va quitter Matignon ce mardi, devra répondre à une dangereuse équation s'il veut conquérir l'Élysée en 2017. Dans la Ve République, seul Georges Pompidou a réussi se tour de force.

06h40 - Comment se déroulera la primaire de la gauche ? Les 22 et 29 janvier, les deux tours de la primaire de la Belle alliance populaire auront donc bien lieu, mais sans l'actuel chef d'État. Un désistement qui a ouvert la voix à son premier ministre, Manuel Valls. Dates, sondage, candidats... 4 infos sur le scrutin.

06h15 - Le Premier ministre a annoncé lundi 5 décembre sa candidature à la présidentielle 2017. Il passera par la primaire de la gauche - Belle alliance populaire - organisée en janvier prochain. Il sera opposé à ses anciens ministres Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, la frondeuse Marie-Noëlle Lienemann, Gérard Filoche, membre du bureau national du PS, le député écologiste François de Rugy, le président du Front démocrate, Jean-Luc Bennahmias, et le fondateur de Nouvelle Donne, Pierre Larrouturou.

Manuel Valls va présenter sa démission à François Hollande ce mardi 6 décembre au matin. Son successeur sera connu dans la foulée. Un petit remaniement serait également prévu.

06h00 -
Bonjour et bienvenue dans ce direct consacré à la démission de Manuel Valls et au remaniement qui la suivra. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 François Hollande Gouvernement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants