5 min de lecture La République En Marche

En 2018, Castaner poursuit sa mission de "paratonnerre" pour Macron et REM

ILS PARIENT SUR 2018 (5/6) - Christophe Castaner continuera à défendre coûte que coûte Emmanuel Macron. Élu au poste-clé de délégué général de La République En Marche, l'ancien porte-parole du gouvernement renforce son ancrage au sein de la "Macronie".

Christophe Castaner, à l'Élysée le 8 décembre 2017
Christophe Castaner, à l'Élysée le 8 décembre 2017 Crédit : ludovic MARIN / AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Un chef sous l'ordre jupitérien ? Christophe Castaner aura marqué la première année du mandat d'Emmanuel Macron. Et pour cause, fidèle parmi les plus fidèles lors de la campagne présidentielle, l'ancien socialiste est devenu une pièce centrale de la communication du président de la République.

Lors du premier gouvernement formé par Édouard Philippe, il occupe le poste délicat de porte-parole, ainsi que celui de secrétaire d'État chargé des Relations avec le Parlement. Chargé d'apporter de la pédagogie pour illustrer la méthode du chef de l'État, Christophe Castaner s'empare rapidement de sa mission, en montant au créneau pour dissiper plusieurs polémiques (démission du général de Villiers, baisse des APL, réforme du Code du travail...)

Devenu l'incarnation du "produit-type" de la Macronie, l'ancien député a été le seul candidat à se présenter pour prendre le poste de délégué général de La République En Marche. Il a ainsi été élu pour trois ans "à l’unanimité des présents moins deux abstentions", comme le notait le communiqué du mouvement politique. L'année 2018 sera celle de tous les défis pour Christophe Castaner

À lire aussi
Les bulletins de vote, lors du premier tour de la présidentielle 2017 polémique
Européennes, Municipales : REM tâche de fixer des règles pour choisir ses candidats

Faire exister La République En Marche

Première mission : consolider La République En Marche. Pour rappel, en 2017, le mouvement avait appelé ses adhérents à voter les statuts. Mais une fronde remettant en cause le mode de fonctionnement avait émergé au sein de la formation politique. Désormais plus structurée avec l'élection d'un délégué général, appuyé par le président de la République, La République En Marche cherche à unifier son discours et surtout éviter les couacs. 

À lire aussi

Afin d'y parvenir, une série de conseils a été envoyée en fin d'année par mail aux adhérents du mouvement, pour mieux aborder les réveillons en famille. Ainsi, il était possible d'avoir des "arguments pour expliquer l'action de la majorité et convaincre chaque membre de votre famille entre l'entrée et la bûche". Des profils avaient ainsi été dressés, comme "l'oncle sceptique", "le cousin soucieux du sort des sans-abris", le frère "préoccupé par le changement climatique" ou la grand-mère inquiète de la hausse de la CSG. 

Défenseur de cette méthode, Christophe Castaner indiquait sur LCI que "La République En Marche s'adresse aux adhérents très régulièrement et, là, a choisi un format un peu ludique", à travers "quelques guides et quelques éléments à celles et ceux qui sont les animateurs de la parole d'En Marche".

Je souhaite que Rayan Nezzar puisse se réengager en politique mais pas sur des fonctions aussi exposées que celles de porte-parole

Christophe Castaner sur France 2
Partager la citation

Cependant, le chef du parti a dû se heurter à une polémique avec la nomination de Rayan Nezzar au poste de porte-parole du parti. Quatre jours après l'annonce, ce dernier a présenté sa démission. En cause, d'anciens tweets injurieux, depuis effacés, à l'encontre de journalistes mais aussi de personnalités politiques comme Valérie Pécresse, Alain Juppé ou Jean-François Copé. Après avoir défendu, dans un premier temps, le membre de La République En Marche, Christophe Castaner a invoqué sur France 2 "l'exigence d'exemplarité" des responsables politiques pour justifier la démission de Rayan Nezzar. 

Et d'ajouter : "Nous avons cette exigence d'exemplarité. Il y a une violence sur les réseaux sociaux qui nous oblige, nous les responsables politiques, et ce qu'il a dit à ce moment-là l'empêchait de porter la parole de ce nouveau mouvement qu'est La République En Marche (...) Je lui ai dit que nous étions dans un contexte où tout cela n'était pas compatible, et de toutes façons il serait empêché de faire son travail dans de bonnes conditions. Je souhaite qu'il puisse s'apaiser, s'excuser et se réengager en politique mais pas sur des fonctions aussi exposées que celles de porte-parole".

"Professionnaliser" les députés de la majorité

Au-delà des adhérents du mouvement fondé par Emmanuel Macron, Christophe Castaner gère aussi l'équipe des députés de la majorité. Et il s'agit justement de sa deuxième mission. Selon L'Opinion, le chef du parti avait confié que "dans un premier temps, le groupe REM a pu se montrer peut-être trop hégémonique (...) Il y a eu une forme 'd'arrogance' et j'assume de la citer ainsi puisque cela nous a été reproché. Nous n’avons peut-être pas veillé assez à l’équilibre au sein de la majorité avec le groupe MoDem et nous avons très vite 'cornérisé' le groupe Nouvelle Gauche et le groupe des Constructifs". 

Il dresse ainsi un premier constat sévère à l'encontre du groupe de la majorité : "Aujourd’hui, nous avons aussi une part de responsabilité dans la posture des députés socialistes, qui, avec Olivier Faure à leur tête, sont tombés dans une opposition systématique. La situation a cependant évolué. Le gouvernement comme le groupe REM sont désormais plus vigilants".

Transmettre la parole jupitérienne

Troisième mission : continuer à défendre bec et ongles Emmanuel Macron. Christophe Castaner continue de plaider la cause du président de la République. Sa dernière déclaration en date concerne le projet migratoire du gouvernement fortement critiqué par les associations. Le délégué général de La République en Marche affirme que la France "peut relever le défi de l'intégration des réfugiés", à condition de réformer son système d'accueil qui "ne peut plus continuer ainsi", dans une tribune au Journal du Dimanche

Même ligne de défense concernant la promesse faite par le Président qu'il n'y ait plus de sans-abris en France. L'ancien porte-parole affirme que même si des SDF sont encore à la rue, "la promesse de l'État, c'est de garantir des places d'accueil. Et vous avez, à l'heure où je vous parle, encore des places d'accueil disponibles en Île-de-France et dans les grandes villes (...) Ensuite, il y a des femmes et des hommes qui refusent aussi, dans le cadre des maraudes, d'êtres logés parce qu'ils considèrent que leur liberté (...) les amène à ne pas être en sécurité par exemple, ou ne pas être à l'aise pour aller dans ces centres de regroupement". 

Un programme chargé attend donc Christophe Castaner, qui confiait dès le 14 décembre dernier à LCI, ne plus avoir de vie privée, tout en rassurant : "Ce que je fais est passionnant. J'ai la chance de faire ce que je fais".

L'élection d'Emmanuel Macron à l'Élysée a provoqué une déflagration électorale et une recomposition du paysage politique. Le gouvernement et La République En Marche, mais aussi les oppositions avec Les Républicains, la France insoumise, le Front national, mais aussi le Parti socialiste cherchent à se rénover et à profiter de cette redistribution des cartes. Plus que des partis politiques, ce sont des femmes et des hommes qui devront incarner et porter ce changement. 6 épisodes pour faire un focus sur ce qui les attend en 2018, à découvrir sur RTL.fr.

ILS PARIENT SUR 2018
Lire la suite
La République En Marche Christophe Castaner
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791752507
En 2018, Castaner poursuit sa mission de "paratonnerre" pour Macron et REM
En 2018, Castaner poursuit sa mission de "paratonnerre" pour Macron et REM
ILS PARIENT SUR 2018 (5/6) - Christophe Castaner continuera à défendre coûte que coûte Emmanuel Macron. Élu au poste-clé de délégué général de La République En Marche, l'ancien porte-parole du gouvernement renforce son ancrage au sein de la "Macronie".
https://www.rtl.fr/actu/politique/en-2018-castaner-poursuit-sa-mission-de-paratonnerre-pour-macron-et-rem-7791752507
2018-01-10 08:28:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/rzz53_ATuezxyiw_dEVsPw/330v220-2/online/image/2018/0109/7791752645_christophe-castaner-a-l-elysee-le-8-decembre-2017.jpg