2 min de lecture Politique

Emmmanuel Macron est-il "En Marche" vers l'Elysée ?

REPLAY - Le ministre de l'Économie a lancé son mouvement. En se positionnant au-delà du débat gauche-droite, il séduit beaucoup d'électeurs.

RTL Soir On Refait le monde - Sotto On refait le monde Thomas Sotto iTunes RSS
>
On refait le monde du 07.04.16 Crédit Image : Elodie Grégoire | Crédit Média : Bernard Poirette | Durée : | Date : La page de l'émission
Bernard Poirette
Bernard Poirette Journaliste RTL

Le coup d'envoi a été donné hier, mercredi 6 avril, à Amiens (Somme), la ville natale d'Emmanuel Macron. C'est là qu'il a lancé "En Marche", un mouvement qu'il décrit comme étant "ni de gauche, ni de droite" et qui doit apporter "des idées neuves pour le pays". Et à un an de la présidentielle 2017, les questions fusent : que cherche le patron de Bercy ? Quels sont ses objectifs ?

"M. Macron a en tête M. Macron et la popularité dont il jouit, surtout à droite. Et il a en tête l'extraordinaire lassitude des Français", observe Christine Ockrent, selon laquelle "la vigueur dont il est l'objet de la part de ses camarades au gouvernement (...) prouve qu'il touche un nerf sensible". Pour elle, Emmanuel Macron réalise une "manœuvre habile". "Il joue placé. Ça correspond à une aspiration de changement d'un système politique bien sclérosé", ajoute la journaliste.

On se doute bien que ce n'est pas 'en marche' vers Saint-Jacques de Compostelle !

Annie Lemoine
Partager la citation

Jean-Luc Mano remarque qu'il est "compliqué d'aller sonder l'âme de Macron". Le conseiller en communication que d'autres ont déjà tenté de se hisser au-dessus des frontières gauche-droite et que "ça a toujours échoué". Néanmoins, il préfère cela "plutôt qu'avoir le millième remake de l'affrontement droite-gauche traditionnel qui ne ressemble plus à grand-chose".

"La politique, ce n'est plus à la mode. Les partis politiques, c'est totalement démodé", observe Annie Lemoine. "Pour l'instant, il fait la course caché. Il essaye de ramasser les jeunes qui ont rompu avec Hollande. C'est pas mal joué du tout", analyse-t-elle. Si Emmanuel Macron ne vise pas la présidentielle 2017, il pourrait tenter sa chance dans cinq ans : "On se doute bien que ce n'est pas 'en marche' vers Saint-Jacques de Compostelle !". Ivan Rioufo, selon lequel la France "a besoin d'un Churchill, pas d'un Chamberlain", décèle néanmoins chez le ministre de l’Économie une certaine timidité à aborder des sujets sensibles comme les crises civilisationnelles : "Je ne vois pas Macron s'engager, ni même formuler une seule proposition".

À lire aussi
Un bureau de vote à Toulouse (illustration) coronavirus
Coronavirus : le gouvernement n'envisage pas le report des municipales

On refait le monde, avec :
- Annie Lemoine, journaliste
- Christine Ockrent, journaliste
- Yvan Rioufol, éditorialiste au Figaro
- Jean-Luc Mano, conseiller en communication

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Emmanuel Macron Présidentielle 2017
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants