3 min de lecture La République En Marche

Emmanuel Macron se pose en porte-parole des Français et charge la classe politique

ÉCLAIRAGE - L'ancien ministre de l'Économie a tenu un meeting à Strasbourg au cours duquel il a distillé les grandes lignes de sa politique, issue d'une consultation des Français.

Emmanuel Macron à Strasbourg, le 4 octobre 2016
Emmanuel Macron à Strasbourg, le 4 octobre 2016
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

La classe politique était le grand méchant loup du discours d'Emmanuel Macron, ce mardi 4 octobre. C'est deux heures après le lancement de son meeting à Strasbourg et après la prise de parole de dix adhérents d'"En Marche !", qu'Emmanuel Macron s'est exprimé. Cependant, l'heure n'est pas encore venue pour les Français de découvrir le programme de l'ancien ministre de l'Économie. Ce dernier s'est attelé à exposer son diagnostic de la France, résultat du porte-à-porte géant organisé dans toute la France. "Nous sommes allés écouter les Français, nous avons gagné le droit de porter leur voix, explique-t-il. les Français ont avant tout l'impression de subir le choix des autres, de ne plus maîtriser leur destin, de ne plus décider pour eux-même". 

Emmanuel Macron a été clair : il ne dévoilera pas encore de programme. L'heure est au partage du diagnostic et des idées recueillies. Il fixe ainsi à une prochaine date, dans "les prochaines semaines", l’élaboration de son programme. Ce meeting à Strasbourg est consacré au thème de "la vie engagée". Ses prochains rendez-vous sont prévus pour le 11 octobre au Mans sur "la vie quotidienne, les sujets économiques et sociaux" et le 18 octobre sur "la vie ensemble et l'intégration"

Et c'est sous les applaudissements qu'Emmanuel Macron commence à égrainer les grandes lignes de son orientation politique. Il assure vouloir rafraîchir le débat et tacle la classe politique qui veut "donner le droite de vote aux étrangers et qui ne le fait pas". Il dénonce les débats depuis 1981 qui ont mené à une "démocratie d'irresponsabilité qui s'est installée dans le pays".

Mise en place de la proportionnalité et du non-cumul des mandats

En partant du principe que "notre démocratie n'est plus efficace parce qu'elle est capturée par des partis", Emmanuel Macron annonce qu'il souhaite "avancer sur la proportionnalité" et ajoute qu'il est "profondément convaincu" qu'il est nécessaire d'avancer dans cette direction. "Aucune des deux chambres (l'Assemblée nationale et le Sénat, ndlr) ne reflète la population. Oui, la réforme de notre mode de scrutin qui doit permettre une meilleure représentation de toutes nos familles politiques est une nécessité", indique l'ancien ministre, qui poursuit en ajoutant qu'il milite pour le non-cumul des mandats dans le temps. Il n'oublie pas de glisser un tacle au Parti socialiste. Alors que Claude Bartolone, le président de l'Assemblée nationale, lui demande de se présenter à la primaire de la gauche, Emmanuel Macron déclare que "les primaires servent à écraser les différences pour trouver des compromis boiteux". 

Sarkozy et Juppé cibles des attaques très franches de Macron

À lire aussi
Le premier tour des élections municipales s'est tenu dimanche 15 mars 2020 dans un contexte de crise sanitaire élections municipales
Les infos de 18h - Municipales 2020 : LaREM s'allie à la droite et la gauche fait front

Sur la primaire Les Républicains, il attaque, sans jamais les nommer, l'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, et les deux anciens premiers ministres, François Fillon et Alain Juppé : "Partout, dans les démocraties modernes, cette configuration serait impensable. Le retour n'est pas un droit en politique. Ne tirer aucune conséquence du passé n'est pas un droit en politique". 

Peut-on imaginer se présenter aux suffrages des Français alors qu'on a délibérément dépassé le plafond des dépenses de campagne autorisées

Emmanuel Macron
Partager la citation

Sa longue tirade atteint son paroxysme lorsqu'il déclare : "Peut-on imaginer sérieusement commander aux destinées du pays, se présenter même aux suffrages des Français alors que l'on a délibérément dépassé le plafond des dépenses de campagne autorisées (...) Nous pouvons tous commettre des erreurs dans la vie. C'est humain. Nous avons tous le droit de nous racheter des fautes que nous avons pu commettre dans le passé. C'est justice. Mais lorsque l'on est responsable politique, qu'on se propose d'accéder aux plus hautes fonctions électives et de représenter le pays, je crois que toutes les fautes ne se valent pas. Il en est certaines qui vous disqualifient radicalement". Référence directe à l'affaire Bygmalion sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012.

Reconfigurer le poste de président

Emmanuel Macron détaille aussi ce qu'il souhaite pour le poste de président de la République. "Le président de la République pour être pleinement responsable, il devra rendre des comptes, chaque année, sur l'avancement de ses engagements de campagne". Autres annonces : il devra rendre des comptes "devant une commission de citoyens tirés au sort, accompagnés par le Cour des comptes" et prendre "des engagements simples, une dizaine, qui construisent la clarté de son engagement". Concernant le gouvernement, l'ancien ministre estime qu'il n'est "plus possible qu'un ministre découvre les sujets dont il aura la charge le jour où il entre en fonction (...) Les temps que nous vivons imposent une nouvelle morale politique". 

L'ancien locataire de Bercy estime que "le fondement de la République contractuelle dont nous avons besoin, c'est de rendre le pouvoir à la société (...) Ce n'est pas trahir l'État que d'accepter que la société prenne sa place entière et pleine". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La République En Marche Présidentielle 2017
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants