1 min de lecture Emmanuel Macron

Emmanuel Macron prône la modération des salaires pour poursuivre le redressement industriel

Le ministre de l'Économie estime que les entreprises doivent préférer les investissements productifs aux augmentations salariales.

Emmanuel Macron, ministre de l'Économie, à Issoire le 25 avril 2016
Emmanuel Macron, ministre de l'Économie, à Issoire le 25 avril 2016 Crédit : Thierry Zoccolan / AFP
Julien Absalon
Julien Absalon
et AFP

La relance par l'investissement plutôt que par la consommation. Tel est le credo d'Emmaunel Macron, qui estime que le "retournement" de la situation économique dans le secteur de l'industrie doit passer par une maîtrise des augmentations salariales au sein des entreprises. "La clef, c'est la modération salariale", explique-t-il dans un entretien paru mardi 24 mai dans Les Échos.

Le ministre de l'Économie s'adresse ainsi directement aux industriels : "Ayez une préférence pour l'investissement et l'emploi-formation plutôt que pour les dividendes et les salaires !". "Pour relancer l'industrie française, il faut du temps et il faut privilégier l'investissement productif. Pour les salaires, il faut privilégier des négociations salariales au plus proche de la situation de l'entreprise", ajoute-t-il.

Aller plus loin que la loi Travail

Concernant le débat sur la limitation des salaires des patrons, l'occupant de Bercy réitère son opposition au passage par la voie législative. "Évitons la réponse réflexe consistant à dire : 'Il y a un problème, faisons une loi' [...] C'est la responsabilité des conseils d'administration de fixer le niveau acceptable. C'est ce que nous avons défendu chez Renault en tant qu'État actionnaire", affirme-t-il avant de s'interroger sur la pertinence de "limiter" ce débat aux patrons. "Que ferait-on pour les artistes ? Pour les sportifs ?".

Interrogé sur la nécessité d'aller au delà de la future loi Travail, qui se limite essentiellement au temps de travail, Emmanuel Macron répond par l'affirmative. "Il faudra élargir le champ de la négociation collective au niveau de l'entreprise à d'autres domaines. Plus on ira vers l'entreprise, plus ce sera efficace. On ne peut pas prétendre aimer l'industrie et refuser les conditions de son succès", argumente-t-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Emmanuel Macron Économie Investissement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants