1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Emmanuel Macron : police de proximité, renseignements et formation, les axes de son diagnostic
3 min de lecture

Emmanuel Macron : police de proximité, renseignements et formation, les axes de son diagnostic

ÉCLAIRAGE - L'ancien ministre de l'Économie a tenu son deuxième meeting visant à faire le bilan des rencontres de son parti avec les Français, ce mardi 11 octobre. Travail et sécurité étaient au programme.

Emmanuel Macron, au Mans le 11 octobre 2016
Emmanuel Macron, au Mans le 11 octobre 2016
Marie-Pierre Haddad

C'est sous les applaudissements et les "Emmanuel, président" qu'Emmanuel Macron prend la parole au Mans, ce mardi 11 octobre. L'ancien ministre de l'Économie a ainsi présenté le second volet de son diagnostic de la France, en abordant "la vie quotidienne". Après avoir avoir attaqué Nicolas Sarkozy, Alain Juppé et François Hollande lors de son premier rendez-vous, le 4 octobre dernier à Strasbourg, l'ex-membre du gouvernement poursuit dans sa lancée et affirme : "Je ne vais pas ce soir mettre sur la table telle ou telle proposition car ce que nous avons à construire ce sont des solutions à des problèmes identifiés et dont on a essayé de reconstruire ensemble la complexité". 

Emmanuel Macron souhaite donc ne pas ajouter de propositions à la "cacophonie" actuelle. "Les Français disent 'eux' en parlant des dirigeants politiques. Pourquoi ? Parce qu'ils considèrent qu'ils ne leur est plus possible de dire 'nous', que trop de politiques sont partis trop loin, trop haut, et ne parlent plus en leur nom", explique-t-il. Et s'il a décidé de concentrer cette nouvelle prise de parole sur la vie quotidienne, c'est parce qu'il s'agit, selon lui, de la "pierre angulaire de toutes les actions publiques". 

Renforcer la police de proximité

"La France qui subit", qui était le slogan du meeting de Strasbourg, s'est transformé en "la France qui choisit". L'objectif est de "proposer une alternative qui ne soit pas à la poursuite du présent, qui ne soit pas non plus le retour du passé (...) Je ne veux pas participer à ce cynisme", ajoute l'ancien ministre de l'Économie. Il s'attaque ainsi à l'insécurité. D'après lui, "la société de vigilance, c'est la société qui assume que l'État n'est plus l'unique acteur de la sécurité. Chacune et chacun a le rôle à jouer pour identifier la menace. En complémentarité du travail de nos forces de l'ordre, nous devons tous nous former pour apprendre à réagir, prendre nos précautions". L'ancien locataire de Bercy juge que "notre société a changé et impose que nous agissions aussi, que nous soyons les propres acteurs de notre sécurité"

Emmanuel Macron souhaite ainsi remettre en place la police de proximité, supprimée par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, et qui n'était, d'après lui, "ni une utopie laxiste, ni un gadget de communication. Ce n'est pas faire preuve de faiblesse, c'est seulement une preuve d'intelligence". De même sur les renseignements, qu'il souhaite renforcer. "Nous devons cesser de penser que simplement quelques lois changeront tout et régleront tout. Nous devons cesser de croire que plus de normes, c'est moins d'inégalités. Ce n'est pas vrai, et c'est même souvent l'inverse", indique-t-il.

Recentrer le travail sur la formation

À lire aussi

Ensuite, Emmanuel Macron passe au travail. "Je crois très profondément à cette idée qui consiste à renforcer la négociation dans l'entreprise. Parce qu'elle est le bon moyen de prendre la bonne décision au bon endroit. On veut à tout prix protéger les emplois en place en promettant au pays tout et n'importe quoi, promettre au pays qu'on va le protéger du changement", explique l'ancien ministre, qui ajoute qu'il y a des "secteurs d'activités qui sont voués à disparaître, des emplois qui vont devoir changer. Il faut donc protéger les personnes qui occupent ces emplois pour leur permettre de prendre les risques qu'ils ont besoin de prendre à chaque moment important de la vie". 

Il avance le fait que chaque année, 150.000 jeunes ne trouvent ni formation, ni emploi. Le président d'"En Marche !" souhaite développer la formation et "simplifier les démarches qui permettent d'accéder à la formation professionnelle" tout en "recentrant les partenaires sociaux (...) et favoriser la mobilité, en faisant tout pour construire dans les zones tendues". 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/