4 min de lecture Emmanuel Macron

Emmanuel Macron ou l'art du "teasing" permanent

DÉCRYPTAGE - De nombreuses rumeurs soulignent le fait que le ministre de l'Économie compte démissionner du gouvernement pour se lancer dans la présidentielle. Reste à savoir quand.

Emmanuel Macron, ministre de l'Économie à l'université d'été du Medef.
Emmanuel Macron, ministre de l'Économie à l'université d'été du Medef. Crédit : ERIC PIERMONT / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

La tenue d'un simple meeting politique a réussi à faire spéculer toute la classe politique. Emmanuel Macron prendra la parole, ce mardi 12 juillet, à la Mutualité à Paris. Ce discours sera son premier en tant que le chef du parti "En Marche !". Les paris sont donc lancés pour savoir si le ministre de l'Économie va démissionner du gouvernement et se lancer dans la course à la présidentielle 2017.

Julien Dray, proche de François Hollande, prend le pari qu'Emmanuel Macron ne sera pas candidat à la présidentielle. "Nous sommes un certain nombre à tout faire pour que François Hollande soit candidat. Parce que je pense que le quinquennat est loin de la caricature qu'on entend. Il faut qu'il y ait un débat, une explication, peut-être une clarification nécessaire mais celui qui est le mieux à même de représenter un projet progressiste, c'est François Hollande", explique-t-il.

L'ancien conseiller économique mise, lui, tout sur le teasing ou l'art d'éveiller la curiosité et d'attirer l'attention de ces interlocuteurs sans jamais dévoiler son jeu. En maintenant le flou sur ses projets, il peut ainsi se positionner vis-à-vis des militants de droite, et plus particulièrement auprès des sympathisants d'Alain Juppé, mais aussi des socialistes. Cependant, cette méthode semble montrer ses limites et susciter des critiques, surtout au sein du Parti socialiste. Selon le député Luc Carvounas, proche de Manuel Valls, Emmanuel Macron est "un ministre de l'Économie qui semble mettre beaucoup d'énergie dans son mouvement politique".

Membre d'un gouvernement mais veut faire la course en tête

À lire aussi
Emmanuel Macron interpellé dans les Hautes-Pyrénées Gilets jaunes
VIDÉO - Tour de France : Macron interpellé sur les violences policières

Cette ligne floue, Emmanuel Macron la cultive. Et pour créer "l'événement" autour de ce meeting qui a lieu deux jours avant la fête nationale, le ministre de l'Économie a tenu à démentir les rumeurs concernant sa possible démission. Dans les colonnes de Ouest-France le 10 juillet dernier, il déclare : "On est à un moment de la vie gouvernementale qui est intense, brutal. Prendre ses responsabilités, c’est défendre à plein les mesures qui sont prises et ne pas mettre de bordel additionnel. Je ne veux pas quitter le bateau à un moment où c’est difficile !".


Mais Emmanuel Macron excelle dans l'emploi des petites phrases qui viennent faire douter ses interlocuteurs. Le même jour, le protégé de François Hollande explique au Journal du Dimanche : "Je ne concours pas pour le maillot à pois ou le maillot blanc, ni pour le maillot vert. Quand on fait du vélo, c'est le maillot jaune… Vous connaissez beaucoup de coureurs qui commencent le Tour en disant qu'ils veulent le maillot blanc ?".

Protégé de François Hollande mais dans le rôle de Brutus

Emmanuel Macron s'est rendu au Club Bourbon, le 28 juin dernier et en a profité pour revenir sur sa relation avec François Hollande. Il assure avoir "toujours assumé le décalage" avec le chef de l'État. Tout ceci "en toute loyauté". Il ajoute ne pas faire partie de "celles et ceux qui soutiennent le Président en espérant sa faillite". Un peu plus tard, il contrebalance ses propos en indiquant qu'il n'a pas vocation à soutenir François Hollande. "Ces choses ne marchent pas. Si j'avais voulu ça, je serai devenu son directeur de campagne", ajoute-t-il.
 
Invité au micro de RTL le 17 juin, le ministre de l'Économie souligne qu'il n'est "ni Coluche ni Brutus" mais souhaitait qu'on lui pose davantage la question "en tant que ministre au sein du gouvernement". Il est aussi "convaincu que l'offre politique française aujourd'hui ne permet plus de répondre aux problèmes du pays parce que les questions fondamentales du pays sont le rapport au travail, les injustices, la société ouverte et l'Europe".

Une position qui peut lui porter préjudice

Mais selon Marianne, ce jeu pourrait être fatal à Emmanuel Macron. "Le ministre de l'Économie semble plus que jamais décidé à sortir de l'ambiguïté de sa position : ministre de Hollande tout en étant critique du bilan du président de la République. Un pied dehors, un pied dedans", explique le journal. Un de ses plus proches, cité dans le quotidien, confirme que "son image s'est dégradée notamment à cause de cette attitude ambiguë à l'égard de ses véritables intentions. Ces derniers mois, il a multiplié les pas en avant, et les demi-pas en arrière. C'est maintenant ou jamais !"

Des proches du ministre "tablent sur un afflux des fonds, une fois que la situation sera clarifiée", explique Challenges. Christian Dargnat, le président de l'association de financement du parti, indique au magazine qu'un certain nombre de donateurs potentiels sont "irrités de voir le ministre de l'Économie rester dans l'équipe Valls-Hollande".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Emmanuel Macron La République En Marche François Hollande
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7784074527
Emmanuel Macron ou l'art du "teasing" permanent
Emmanuel Macron ou l'art du "teasing" permanent
DÉCRYPTAGE - De nombreuses rumeurs soulignent le fait que le ministre de l'Économie compte démissionner du gouvernement pour se lancer dans la présidentielle. Reste à savoir quand.
https://www.rtl.fr/actu/politique/emmanuel-macron-ou-l-art-du-teasing-permanent-7784074527
2016-07-12 17:22:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/IvHHdirxVJlyiS9oInkSAA/330v220-2/online/image/2015/0828/7779531867_000-par8257048.jpg