2 min de lecture Présidentielle 2017

Emmanuel Macron : portrait-robot de son futur premier ministre

ÉCLAIRAGE - Emmanuel Macron garde le secret autour de l'identité de son premier ministre, s'il remporte l'élection présidentielle. Mais cela ne signifie pas pour autant qu'il n'a pas une idée bien précise.

Emmanuel Macron, officiellement président de la République.
Emmanuel Macron, officiellement président de la République. Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Dans l'hypothèse où Emmanuel Macron était élu à la présidence de la République, qui pourrait être à la tête de son gouvernement ? Le candidat "En Marche !" a confié, à l'antenne de RTL, qu'il avait le nom de son futur premier ministre en tête mais qu'il préférait, pour l'instant, le garder pour lui. Le ou la principal(e) concerné(e) ne serait même pas au courant. Sans avoir donné son nom, Emmanuel Macron a distillé des indices à propos du profil que devrait avoir son premier ministre. Dans Le Parisien, ce vendredi 5 mai, le candidat d'"En Marche !" explique que "c'est quelqu'un qui a vocation à mener ce combat. Ce sera quelqu'un qui a déjà une expérience politique, c'est indéniable".

En mars dernier, il avait dévoilé son "souhait" de nommer une femme première ministre, lors de la Journée des droits des femmes. "Il n'y a eu qu'une expérience en France, quelqu'un de remarquable, Édith Cresson, dont la vie n'a pas été facilitée parce que le contexte politique était très dur. Après, je ne vais pas choisir un premier ministre parce que c'est une femme. Je choisirai le premier ministre le plus compétent, le plus capable possible, avec le souhait et la volonté que ce soit aussi une femme".

Pour suivre l'annonce de cette nomination, rendez-vous sur notre direct.

L'expérience parlementaire

Autre indice : à l'antenne de RTL, l'ancien ministre de l'Économie mettait déjà en avant l'argument de l'expérience. Il faudra qu'il ait "la capacité de tenir une majorité parlementaire de projet. Ça veut dire qu'il faudra qu'il ou elle ait une forte expérience de l'art parlementaire et de la capacité à gouverner". Anticipant déjà les critiques, Emmanuel Macron indiquait dans Le Monde que son futur premier ministre ne sera "pas un collaborateur". 

À lire aussi
Emmanuel Macron à Rodez présidentielle 2017
Immigration : en 2017, le candidat Macron était contre une politique de quotas

"Lors du précédent quinquennat, on a vu les erreurs de communication faites par Jean-Marc Ayrault, déplore un député socialiste converti. Si le président reste en retrait, il faut que le premier ministre soit un parfait communicant", ajoutait-il comme le souligne Le Huff Post. Depuis l'idée a germé dans l'esprit du candidat à l'élection présidentielle. "Je n'en ai parlé à personne. Je travaille à l'équipe gouvernementale et la semaine prochaine y sera consacrée, si les Français me font confiance", avance-t-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Emmanuel Macron La République En Marche
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants