4 min de lecture Gouvernement

Emmanuel Macron et les "fainéants" : un président devrait-il dire ça ?

DÉCRYPTAGE - Le président de la République tient une position ferme sur ses propos sur les "fainéants". Quitte à renforcer la grogne des ses détracteurs, qui multiplient les appels à descendre dans la rue.

Des opposants à la politique d'Emmanuel Macron à Toulouse, le 11 septembre 2017 Crédit : Eric CABANIS / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Emmanuel Macron regrette-t-il ses propos polémiques à la veille de la première manifestation de son quinquennat ? "Absolument pas". Le président de la République a affirmé : "Je l'ai souvent dit et je le disais il y a quelques semaines en Roumanie. D'aucuns faisaient semblant de découvrir cette forme de provocation que j'assume. La France n'est pas un pays qui se réforme. Il ne se réforme pas (...) parce qu'on se cabre, on résiste, on contourne. Nous sommes ainsi faits". 

Avant d'ajouter : "Je serai d'une détermination absolue et je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes. Et je vous demande d'avoir, chaque jour, la même détermination". Face à la critique du chef de l'État faite aux "fainéants, aux cyniques et aux extrêmes", Jean-Luc Mélenchon a contre-attaqué. 

Invité du Dimanche politique sur France 3, le leader de la France insoumise a estimé que "plus il y a de mobilisations sociales et salariales, plus le niveau de conscience de la situation augmente et donc plus il y aura de gens qui viendront le 23, donc moi je me réjouis de ces dates de combat parce qu'elles nourrissent un courant commun".

Agacement, mépris et provocation

À lire aussi
Stéphane Bern le 2 mai 2019 au Château du Clos Lucé patrimoine
VIDÉO - Stéphane Bern contre un nouveau décret sur l'aménagement des sites classés

Difficile de savoir si Emmanuel Macron agit par provocation ou non. Selon ses adversaires politiques, cela ne fait aucun doute : "Il y a forcément une part de mépris", juge Olivier Faure. Le président du groupe Nouvelle gauche à l'Assemblée, indique sur LCP, que "ce n'est pas nouveau chez Emmanuel Macron (…) On se souvient qu'il a une difficulté à ne pas afficher à certains moments son agacement et son mépris pour une partie de la population. Et donc, ce peuple qui l'a choisi, il ferait bien de le choisir lui aussi et donc de comprendre que son rôle n'est pas de défier, mais au contraire de fédérer des Français qui ont cherché à travers son élection à en faire celui qui pouvait emmener le pays vers son avenir".
 
La déclaration du gouvernement et le travail de SAV de Christophe Castaner viennent en tout cas apporter de l'eau au moulin de la contestation. La France insoumise relance les appels à la mobilisation pour les manifestations contre la réforme du Code du travail et la politique du gouvernement. 

Dans les colonnes du Parisien dimanche, le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, indique que "plus de 180 lieux de manifestations ont été recensés" et "on va dépasser les 4.000 appels à la grève sur tout le territoire". Eric Beynel, le porte-parole de Solidaires, estime que "le 12, c'est un point de départ d'une mobilisation qui va se poursuivre jusqu'au retrait des ordonnances".

Une phrase qui va marquer les esprits

Gaspard Gantzer, l'ancien responsable de la communication de François Hollande, confie ne pas savoir "si c'était une formule travaillée mais elle va rester. Ce n'était pas très heureux. Pour l'instant, il l'assume mais dans quelques temps, il fera tout pour revenir dessus". Emmanuel Macron a ainsi fait ressortir les critiques contre lui et rappelé les polémiques provoquées par certaines des petites phrases qu'il a prononcées dans le passé : les salariées "illettrées de Gad", travailler pour "se payer un costard". 

Son comportement n'est "pas une découverte", pour Alba Ventura. L'éditorialiste affirme sur RTL que le Président "a l'arrogance du jeune homme à qui tout a réussi de manière fulgurante. Il ne répond pas aux codes classiques. Il y a même chez lui une absence de calcul qui le pousse à employer des mots trop forts et des paroles brutales qui, ne vous y trompez pas, ne dépasse pas sa pensée". 

Elle ajoute que "cela lui joue déjà des tours. Pour l'instant, cette manière d'être 'cash' n'est pas mise à son crédit (il n'y a qu'à regarder les sondages). Mais encore une fois, Emmanuel Macron n'est pas un politique traditionnel. Un politique traditionnel, par exemple, ça n'ignore pas les échéances électorales. Il va y avoir des élections sénatoriales le 24 septembre prochain. Cela n'a pas empêché Emmanuel Macron de supprimer les emplois aidés, de baisser les subventions aux collectivités ou d'annoncer pendant la campagne la fin de la taxe d'habitation pour une large part de Français l'an prochain".

Pour résumer, "Emmanuel Macron ne s'embarrasse pas de politique. Il n'a sans doute pas tort, sauf que la méthode peut paraître un peu trop radicale. C'est sans doute pour cela qu'il a rebâti la communication de l'Élysée. Parce qu'il a réalisé qu'il ne suffisait pas d'avoir raison d'en haut".

C'est vraiment le président des riches, des banques

Sabine, 71 ans
Partager la citation

En visite à Toulouse, le président de la République a souhaité faire un bain de foule sur la place du Capitole. Mais à quelques mètres de là, entre 300 et 400 personnes, selon la préfecture, et 2.000 personnes selon la CGT. Le chef de l'État a une nouvelle fois assuré que son "combat est pour les gens qui n'ont pas de travail, qui veulent rentrer dans le travail et la stabilité, et pour les jeunes. Il ne faut pas prendre les gens pour des imbéciles. Il ne faut pas me faire dire ce que je ne dis pas".

L'AFP raconte que "les opposants à sa politique, réunis devant le Monument aux morts, la CGT, Solidaires, FSU, NPA, mais aussi les étudiants de l'UNEF, ont déployé une grande banderole 'Front social. S'unir et lutter pour ne plus subir et pour gagner'". Et de citer l'une d'entre eux. "'Je suis là pour faire la fête à Macron', a lancé Sabine, 71 ans, remontée contre un président qui 'démolit la Sécu. C'est vraiment le président des riches, des banques'".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Emmanuel Macron Code du travail
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790054043
Emmanuel Macron et les "fainéants" : un président devrait-il dire ça ?
Emmanuel Macron et les "fainéants" : un président devrait-il dire ça ?
DÉCRYPTAGE - Le président de la République tient une position ferme sur ses propos sur les "fainéants". Quitte à renforcer la grogne des ses détracteurs, qui multiplient les appels à descendre dans la rue.
https://www.rtl.fr/actu/politique/emmanuel-macron-et-les-faineants-un-president-devrait-il-dire-ca-7790054043
2017-09-12 07:07:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/U1b7T2sJ-NHEB9Rxev7RMw/330v220-2/online/image/2017/0911/7790054275_des-opposants-a-la-politique-d-emmanuel-macron-a-toulouse-le-11-septembre-2017.jpg