1 min de lecture Présidentielle 2017

"Macron est un bon vainqueur du premier tour, mais un autre match commence", analyse Alain Duhamel

ÉDITO - Le journaliste politique revient sur la qualification au second tour du candidat d'"En marche !" et évoque ses faiblesses, qu'il devra combattre pour l'emporter le 7 mai.

micro generique La semaine politique d'Alain Duhamel Alain Duhamel
>
Emmanuel Macron a "des défauts personnels", selon Alain Duhamel Crédit Image : AFP / Joël SAGET | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
La Semaine Politique - Duhamel
Alain Duhamel Journaliste RTL

Il est arrivé en tête du premier tour de l'élection présidentielle. Emmanuel Macron a récolté 24,01 % des suffrages, supplantant François Fillon (20,01 %), Jean-Luc Mélenchon (19,58 %) et Benoît Hamon (6,36 %). C'est donc le candidat d'"En marche !" qui affrontera Marine Le Pen, la candidate du Front national (21,30 % des voix), lors du second tour. Une première victoire qui vient récompenser un parcours des plus atypiques. 

Pour Alain Duhamel, Emmanuel Macron est "un prototype" : "Le parcours qu'il a accompli n'avait jamais été accompli par quiconque avant lui", assure le journaliste, rappelant qu'il est "parti de rien", qu'il "n'avait aucun mandat électif", qu'il avait "une très petite expérience politique" et "pas de parti à sa disposition". Selon lui, cette réussite tient d'abord à "un tempérament très particulier", mais aussi à "des circonstances incroyablement favorables" : le journaliste évoque "le désenchantement des Français", "le rejet de toute une génération politique", "la gauche qui est en pleine décomposition", la campagne "complètement ratée" de Benoît Hamon et "les problèmes de François Fillon".

Des faiblesses, malgré tout

Malgré ces astres extrêmement favorables, auxquels viennent s'ajouter de nombreux soutiens depuis sa qualification, Alain Duhamel n'omet pas les "défauts personnels" du candidat de 39 ans. Insistant sur le fait que "les sondages d'entre deux tours peuvent varier beaucoup plus vite que les sondages d'avant le premier tour", il évoque ses maladresses, "son manque d'expérience" et le juge "assez mauvais orateur". Le journaliste parle également de la concurrence : Marine Le Pen récupérera probablement une fraction de l'électorat de François Fillon, tandis que Jean-Luc Mélenchon n'appelle pas à voter pour Emmanuel Macron. Pour Alain Duhamel, "tout va dépendre de la dramatisation" : "S'il y a dramatisaiton, donc mobilisation, excellent pour lui. S'il n'y a pas de dramatisation, c'est plus ouvert."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Marine Le Pen
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants