3 min de lecture Parti socialiste

Elizabeth Martichoux : "Quel est aujourd'hui l'intérêt d'adhérer à un parti ?"

REPLAY / ÉDITO - La question se pose alors que moins de 2% des Français ont leur carte dans un parti politique.

Alba Ventura L'Edito politique Alba Ventura iTunes RSS
>
Elizabeth Martichoux : "Quel est aujourd'hui l'intérêt d'adhérer à un parti ?" Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
245_MARTICHOUX
Elizabeth Martichoux Journaliste RTL

Dans une semaine les socialistes auront choisi leur ligne politique avec le vote des motions. Dans 15 jours ce sont les UMP qui se prononceront sur leur nouveau parti. Avant l'été, le Front national devrait tenir son congrès. On sent la mise en ordre pour 2017. Mais dans le fond, est-ce que les partis servent encore à quelque chose ? 

Les Français y ont apporté cette semaine une réponse nette, claire, précise et surtout accablante. Selon un sondage OpinionWay pour l'hebdomadaire Marianne, 75% des personnes interrogées ont une mauvaise opinion du PS, 72% de l'UMP, 71% du FN. Pas un pour sauver l'autre, selon l'opinion, qui porte un regard désespéré sur nos formations politiques.

Vous en doutez encore ? Jetez un œil sur l'évolution du nombre de militants. Combien de Français prennent leur carte ? Moins de 2%. On partage avec les Britanniques la proportion la plus faible. Et si on ajoute l'abstention, là, on est les champions d'Europe. Tout ça reflète le discrédit des partis.

Une impopularité ancienne

À lire aussi
Le groupe Aéroports de Paris. Eric Piermont/AFP aéroports de paris
Privatisation d'ADP : "C'est un festival de contractions", selon Olivier Bost

Ce désamour n'est pas complètement nouveau. Les partis n'ont jamais été populaires, contrairement à des institutions comme la police, la justice et même les médias. La crise qui touche aujourd'hui en particulier le PS et l'UMP (les partis de gouvernement) est liée à l'usure du pouvoir, aux difficultés économiques, etc. Cette crise est d'autant plus grave qu'elle atteint des organismes déjà affaiblis.

En revanche ce qui est plus nouveau, c'est l'évolution du rôle du parti. Pendant des siècles, ça a été un instrument au service d'un homme dans sa conquête du pouvoir, du trône en l’occurrence. C'est bien plus tard, quand arrivent la démocratie et le vote, que les partis s'organisent autour de programmes, d'idées, de débats et de combats pour orienter la société vers telle ou telle direction : communisme, libéralisme, souverainisme, fédéralisme... Et maintenant, c'est comme si nous étions revenus à la case départ

Quel est aujourd'hui l'intérêt d'adhérer à un parti ? À quoi ça sert si ça ne vous donne plus le privilège de désigner votre favori à la candidature suprême ? Ce droit vous l'avez mais pas plus que les milliers de sympathisants qui, comme vous, voteront pour un candidat à la primaire ouverte. Cette procédure très démocratique de la primaire, présentée comme le facteur de renouveau du PS et qui va se dérouler à l'UMP revient aussi à déposséder l'adhérent de cette prérogative.

En réalité rien ne vient plus de la base

Elizabeth Martichoux
Partager la citation

À quoi ça sert encore d'y adhérer puisque, à gauche, on a le sentiment que les idées émanent d'avantage de ces laboratoires d'idées qu'on appelle think tank, que des partis eux-mêmes ? À quand remonte la proposition tout droit sortie d'une réunion de section ? À droite, les idées ne sont-elles pas inspirées par les conseillers politiques tout-puissants ? En réalité, rien ne vient plus de la base. Et puis, jamais la politique n'a été à ce point affaire de professionnels. Les militants qui collent les affiches comptent très peu. Avouez que tout ça ne rend pas l'adhésion très sexy.

Des politiques loin du réel

Il y a toutefois un paradoxe formidable. Les partis ne permettent plus aux militants de s'épanouir ; pour autant ils sont indispensables. Parce que ce sont eux qui sélectionnent, eux qui éliminent. Sans investiture, sans argent, sans appareil, personne ne peut sortir du lot. En fait les partis bloquent le système, ils empêchent le renouvellement. Et voilà comment on se retrouve avec un personnel politique qui semble de plus en plus éloigné du réel.

À ce titre, lisez le papier que l'ancienne ministre Michèle Delaunay a publié sur son blog en septembre dernier titré : "Le tunnel ou comment faire carrière en politique sans mettre un pied dans la vraie vie". Tout est dit du fonctionnement en vase clos de la plupart de nos élus. Les partis n'en sont pas seuls responsables mais ils y contribuent. À les voir s'organiser pour faire élire leur candidat en 2017 on se dit que le changement, ce n'est pas maintenant. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Parti socialiste UMP Front national
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7778371620
Elizabeth Martichoux : "Quel est aujourd'hui l'intérêt d'adhérer à un parti ?"
Elizabeth Martichoux : "Quel est aujourd'hui l'intérêt d'adhérer à un parti ?"
REPLAY / ÉDITO - La question se pose alors que moins de 2% des Français ont leur carte dans un parti politique.
https://www.rtl.fr/actu/politique/elizabeth-martichoux-quel-est-aujourd-hui-l-interet-d-adherer-a-un-parti-7778371620
2015-05-15 07:38:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/ahdNAyZbt8IWYjHrTEa2Bw/330v220-2/online/image/2015/0120/7776277019_martichoux-sans-logo.png