1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Corse : "Pas d'indépendance probable avant dix ans", selon Jean-Guy Talamoni
1 min de lecture

Corse : "Pas d'indépendance probable avant dix ans", selon Jean-Guy Talamoni

INVITÉ RTL - Les Corses sont appelés aux urnes le 3 décembre pour élire une collectivité unique inédite. Retour sur les enjeux du scrutin pour les nationalistes avec l'actuel président de l'Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni.

Le leader nationaliste corse Jean-Guy Talamoni, le 24 novembre 2017
Le leader nationaliste corse Jean-Guy Talamoni, le 24 novembre 2017
Crédit : AFP / PASCAL POCHARD-CASABIANCA
Élections territoriales en Corse : "Pas d'indépendance probable avant dix ans"
04:19
Yves Calvi & Loïc Farge

C'est une élection dont on parle peu, et qui pourtant est très importante. Quelque 140.000 électeurs Corses sont appelés aux urnes dimanche 3 décembre pour élire la nouvelle collectivité territoriale unique de l'île. Ils devront choisir qui dirigera la future "Collectivité territoriale unique" (CTU), une toute nouvelle assemblée qui fusionnera les deux départements et la région qui disparaissent. Le second tour de ces élections aura lieu le 10 décembre. Sept listes sont en lice, 63 sièges sont à pourvoir.

Les précédentes élections territoriales, en décembre 2015, avaient débouché sur la victoire historique de la coalition nationaliste des autonomistes et des indépendantistes menée par Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni (35,34% au second tour). Cette coalition, formée dès le premier tour cette année, apparaît à nouveau bien placée pour l'emporter dans les urnes.

Contrat de mandature entre nationalistes

"Le mouvement nationaliste est uni depuis 2015 pour se présenter devant les Corses, pour pouvoir continuer à mettre en oeuvre notre projet", explique sur RTL Jean-Guy Talamoni, qui évoque "un accueil très enthousiaste, y compris de la part de maires pas forcément nationalistes".

S'il estime que l'indépendance de la Corse pourrait intervenir "avant 2032", il rappelle en revanche qu'il n'y aura "pas de demande en ce sens dans les dix ans qui viennent, puisque nous avons un contrat de mandature clair entre les deux courants nationalistes" (la deuxième liste nationaliste U Rinnovu est conduite par Paul-Félix Benedetti, Ndlr). À ses yeux, "l'indépendance, éventuellement, pourrait être la séquence suivante, si les Corses le veulent bien entendu".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/