2 min de lecture Élections sénatoriales

Sénatoriales 2014 : la droite redevient majoritaire, entrée du FN, nouvelle déroute du PS

CARTE INTERACTIVE - Le Sénat est repassé à droite, dimanche 28 septembre. Le FN fait son entrée dans la Haute assemblée avec deux élus.

L'ancien Premier ministre, sénateur de la Vienne, veut se consacrer à la création d'une ONG internationale, "Leaders for Peace", destinée à "alerter contre les risques de guerre qui nous menacent".
L'ancien Premier ministre, sénateur de la Vienne, veut se consacrer à la création d'une ONG internationale, "Leaders for Peace", destinée à "alerter contre les risques de guerre qui nous menacent". Crédit : AFP
Raphaël Bosse-Platière
Raphaël Bosse-Platière
et AFP

La droite reprend le Sénat. La droite républicaine obtient 145 sièges. L'UMP, l'UDI et les divers droite totalisent 183 sièges, la gauche 152 et le FN 2.

Le Parti socialiste essuie ainsi son troisième revers électoral consécutif en six mois. "C'est une bérézina", commentait d'ailleurs un ténor socialiste au Sénat en début de journée. "Pas suffisant pour parler de vague bleue", a pourtant estimé le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis.

Le FN entre au Sénat

La victoire de l'UMP était attendue, l'arrivée du FN au Palais du Luxembourg un peu moins. Le parti frontiste a annoncé son entrée au Sénat. Une première. Le maire d'Hénin-Beaumont et secrétaire général du Front national Steeve Briois a félicité Stéphane Ravier, qui serait élu dans les Bouches-du-Rhône et David Rachline, qui obtiendrait un siège dans le Var. Une information confirmée par Marine Le Pen qui a félicité les deux candidats.

Retrouvez l'ensemble des résultats du renouvellement de la chambre haute du Parlement dans la carte interactive proposée par le site du Sénat ci-dessous.

À lire aussi
Le Sénat (illustration) élections sénatoriales
Sénatoriales 2020 : la droite majoritaire, percée des Verts... Découvrez les résultats

Le PS en perte de vitesse

Symbole du recul des socialistes, l'ancien fief de François Hollande, la Corrèze, où l'UMP Daniel Chasseing, avec 51,73% des voix, a pris un siège au PS. Les socialistes ne sont même pas du tout certains de conserver leur deuxième siège, qui pourrait échoir à un candidat UMP si on en juge par les résultats du premier tour. Le PS a également perdu ses deux sièges en Haute-Saône, au profit des UMP Michel Raison et Alain Joyandet. L'un des deux était détenu par le vice-président de la commission des lois qui se représentait, Jean-Pierre Michel.

Dans le Tarn-et-Garonne, c'est le siège du président du PRG (radicaux de gauche), Jean-Michel Baylet, qui vacille puisqu'il a dû se contenter de 37,4% des suffrages au premier tour. L'autre siège a échu à un divers gauche. En Savoie, l'ex-secrétaire d'Etat Thierry Repentin (PS) affronte un deuxième tour incertain

Jean-Pierre Raffarin, qui brigue la présidence du Sénat, a été réélu dans son fief de la Vienne. François Baroin gagne pour sa part son ticket pour la chambre haute dans l'Aube. La centriste Elisabeth Doinneau (UDI) l'a emporté à 64,94% en Mayenne. À Wallis et Futuna, Robert Laufoaulu (UMP) l'a emporté face au socialiste Vetelino Nau. En Corse du SudJean-Jacques Panunzi a été élu dès le premier tour, avec plus de 86% des voix.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections sénatoriales UMP Parti socialiste
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants