1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Élections régionales : Nicolas Sarkozy affiche sa satisfaction en coulisse
2 min de lecture

Élections régionales : Nicolas Sarkozy affiche sa satisfaction en coulisse

Le président des Républicains affirme que son parti sort renforcé des élections régionales auprès de ses proches.

Nicolas Sarkozy lors d'un meeting de campagne à Ajaccio le 10 décembre 2015.
Nicolas Sarkozy lors d'un meeting de campagne à Ajaccio le 10 décembre 2015.
Crédit : PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Benjamin Sportouch & Geoffroy Lang

Au lendemain du second tour des élections régionales, les bureaux politiques nationaux se sont enchaînés lundi 14 décembre pour tirer le bilan du dernier scrutin avant la présidentielle de 2017. Et les conclusions du président des Républicains sont plutôt optimistes, rapporte son entourage. Pour Nicolas Sarkozy, les Républicains s'affirment comme la "première formation politique de France" après les régionales.

"On avait 460 conseillers régionaux on en a 800, on avait une région sur 22, on a 60% aujourd’hui… Pour l’exécutif, 40% c’est un échec.", a confié l'ancien président à un de ses proches. Si certains cadres LR ont épinglé une union jugée trop généreuse avec les centristes, l'ancien président préfère souligner que les têtes de liste avec l'étiquette LR font "diminuer" le Front national. "Qui pourrait dire aujourd’hui qu’il aurait mieux fallu mettre Barnier à la place de Wauquiez en Rhône-Alpes ?", alors que les centristes avaient menacé de présenté une liste dissidente si Laurent Wauquiez conduisait la liste LR-UDI-MoDem en Rhône-Alpes-Auvergne.

Nicolas Sarkozy a déjà des pistes pour remplacer NKM

Le bureau politique Les Républicains du 14 décembre a entériné la fracture entre les deux détracteurs du ni-ni imposé par Nicolas Sarkozy et la direction des Républicains : Jean-Pierre Raffarin aurait annoncé son départ de la présidence du Conseil national du parti, tandis que Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé qu'elle avait "pris acte" de son éviction à la vie-présidence des Républicains. "Ce matin je n’ai pas entendu de critiques sur la ligne… peut-être est-ce à cause des résultats : la défaite est orpheline, la victoire est toujours collective.", a cependant ironisé Nicolas Sarkozy devant des parlementaires.


Alors que l’organigramme du parti devrait être revu au mois de janvier prochain, le président des Républicains s'est déjà confié sur les futurs remplaçants de NKM. Il penserait par exemple à Virginie Calmels, candidat en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, qui "s’est révélée" pendant la campagne, ou bien Guillaume Peltier qui s'est distingué pour le "combat loyal et de qualité" qu'il a livré pendant les régionales. Les États généraux de la droite que Jean-François Copé réclament sur son blog n'inspireraient qu'un "sourire goguenard" au chef de file de la droite, raconte un élu.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/