1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Élections régionales 2015 : voter blanc le 13 décembre, à quoi ça sert ?
2 min de lecture

Élections régionales 2015 : voter blanc le 13 décembre, à quoi ça sert ?

ÉCLAIRAGE - Les électeurs socialistes seront confrontés à un choix difficile en Nord-Pas-de-Calais-Picardie et Provence-Alpes-Côte d'Azur au second tour des élections régionales. Les récalcitrants au front républicain ont encore une solution : le vote blanc.

Un isoloir dans un bureau de vote (illustration)
Un isoloir dans un bureau de vote (illustration)
Crédit : FREDERICK FLORIN / AFP
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier

Le Parti socialiste a donc décidé de miser sur le front républicain en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, en Provence-Alpes-Côte d'Azur et en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes. Dans cette région, Jean-Pierre Masseret, candidat PS, a pour l'heure décidé de ne pas se conformer à la directive de Solférino. Voter pour la liste des Républicains ? S'abstenir ? Les électeurs socialistes peuvent aussi faire le choix de voter blanc, c'est-à-dire glisser dans l'urne une enveloppe vide ou un bulletin vierge. Mais à quoi ça sert ? 

Au premier tour, "seulement" 542.489 Français, soit 2,4% des votants, ont décidé de voter blanc (359.081 électeurs, soit 1,59% des votants ont choisi un bulletin nul). Mais le caractère exceptionnel de ce second tour dans ces trois régions - absence de liste socialiste oblige - pourrait redonner des couleurs au vote blanc. Une fois n'est pas coutume, il pourrait avoir un sens politique et mesurer le degré de réussite de la stratégie du front républicain, défendu par Manuel Valls. En votant blanc, les détracteurs socialistes de cette stratégie, qui revient à voter pour le parti adverse, pourraient trouver un moyen de répondre au premier ministre. Invité du Journal de 20h de TF1 lundi 7 décembre, Manuel Valls a appelé à voter pour les listes de droite dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, en Provence-Alpes-Côte d'Azur et en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes pour barrer la route au Front national.

Les votes blancs décomptés séparément des votes nuls depuis 2014

Autre indicateur à comparer au soir du 13 décembre : les taux de bulletins blancs du premier tour. 1,18% des électeurs ont voté blanc dimanche 6 décembre en Alsace-Champagne-Ardennes-Lorraine. Ils étaient 1,21% en Nord-Pas-de-Calais-Picardie et 1,02% en Provence-Alpes-Côte d'Azur, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur.

Rarement souligné dans les analyses des commentateurs et des acteurs de la politique, le vote blanc a longtemps été méprisé par les gouvernements successifs. L'exécutif de François Hollande a modifié son statut : une loi a été votée le 21 février 2014. "Les votes blancs sont désormais décomptés séparément des votes nuls et annexés en tant que tels au procès-verbal. Le nombre des votes blancs n’intervient toutefois pas dans la détermination du nombre des suffrages exprimés, mais il est mentionné dans les résultats du scrutin", précise la loi. 

À écouter aussi

Toutefois, cette disposition, censée encourager la participation, ne concerne pas l'élection présidentielle. Au second tour de l'élection présidentielle de 2012, plus de deux millions de votes blancs et nuls, soit près de 6% des voix, avaient été enregistrés. Un record sous la Ve République. Si ces votes avaient été pris en compte dans les suffrages exprimés, aucun candidat n'aurait été en mesure d'obtenir la majorité absolue.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/