1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Élections régionales 2015 : à qui profite l'accord entre Les Républicains et l'UDI ?
2 min de lecture

Élections régionales 2015 : à qui profite l'accord entre Les Républicains et l'UDI ?

DÉCRYPTAGE - Les centristes bénéficient d'une place confortable au sein des listes LR-UDI-MoDem pour les élections de décembre prochain. Mais Nicolas Sarkozy a peut-être tout à gagner en choyant ses alliés centristes.

Nicolas Sarkozy et Jean-Christophe Lagarde s'affichent régulièrement côté à côte depuis le début de la campagne, comme ici pour soutenir Bruno Retailleau le 9 novembre 2015.
Nicolas Sarkozy et Jean-Christophe Lagarde s'affichent régulièrement côté à côte depuis le début de la campagne, comme ici pour soutenir Bruno Retailleau le 9 novembre 2015.
Crédit : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

Depuis le mois d'octobre, Jean-Christophe Lagarde et Nicolas Sarkozy affichent une parfaite entente lors des meetings des têtes de listes Les Républicains - UDI - MoDem pour la campagne des élections régionales de décembre prochain. Maintenant que toutes les listes ont été officialisées pour le premier tour du 6 décembre prochain, on peut se demander qui du président des Républicains ou de l'UDI a le mieux tiré son épingle du jeu dans l'accord conclu en juin dernier.

Si on s'en réfère aux élections législatives de 2012, le dernier scrutin national où l'UDI et l'ex-UMP s'étaient présentés séparément, les députés centristes représentent environ 12% du groupe Les Républicains à l'Assemblée. C'est environ le pourcentage de candidats UDI qui occupent les têtes de listes départementales dans les listes LR-UDI-MoDem pour les régionales.

Mais si on regarde les têtes listes régionales, l'UDI est particulièrement bien loti avec 3 candidats en tête des listes LR-UDI : Hervé Morin en Normandie, Philippe Vigier en Centre-Val de Loire et François Sauvadet en Bourgogne-Franche-Comté. Les candidats centristes se présentent dans des régions où ils sont en bonne position pour devenir président de région et il représentent plus d'un cinquième des têtes de listes LR-UDI-MoDem.

Des dents ont grincé du côté des Républicains à la suite de cet accord mais Nicolas Sarkozy n'a certainement pas fait ces concessions à son homologue centriste par pur altruisme. Selon certains observateurs, le président des Républicains veut profiter des bonnes grâces de Jean-Christophe Lagarde pour faciliter son élection à la primaire Les Républicains en 2016.

À lire aussi

En incitant le chef de file de l'UDI à ne pas se présenter à la primaire, Nicolas Sarkozy voudrait "républicaniser" la primaire et éviter d'inciter un électorat trop large à se mobiliser pour cette élection. L'ancien chef d'État sait qu'il a tout intérêt à cantonner cette élection à la base militante des Républicains qui lui est beaucoup plus favorable. La position de Nicolas Sarkozy est d'autant plus délicate que les dernières enquêtes ont donné Alain Juppé largement en tête lorsque les sondés ne se cantonnaient pas à l'électorat Les Républicains.

L'entourage de Jean-Christophe Lagarde se défend de toute entente avec le président des Républicains dans la perspective de la primaire Les Républicains de 2016. La Primaire n'aurait "même pas été évoquée lors des négociations" entre Jean-Christophe Lagarde et Nicolas Sarkozy. Comme l'avait promis le chef de file des centristes, la participation de l'UDI devrait être soumis aux militants le 20 mars 2016, lors d'un congrès du parti.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/