1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Élections régionales 2015 : "Nathalie Kosciusko-Morizet n'est pas du genre à courber l'échine", dit Alba Ventura
3 min de lecture

Élections régionales 2015 : "Nathalie Kosciusko-Morizet n'est pas du genre à courber l'échine", dit Alba Ventura

REPLAY / ÉDITO - NKM, vice-présidente des Républicains, est sur le point d'être évincée du parti pour avoir exprimé son opinion sur la stratégie du "ni-ni" prônée par Nicolas Sarkozy lors des élections régionales.

Alba Ventura
Alba Ventura
"Nathalie Kosciusko-Morizet n'est pas du genre à courber l'échine", dit Alba Ventura
03:07
L'Edito politique du 15 décembre 2015
03:14
Alba Ventura & Loïc Farge

Au lendemain du second tour des régionales, ça secoue à droite. Nathalie Kosciusko-Morizet est sur le point d'être évincée de la direction des Républicains. Pourquoi est-elle sacrifiée ? Elle paye le fait d'avoir dit tout haut ce qu'elle pense. Vous savez, c'est la fameuse histoire du "ni ni", ni FN ni PS. NKM est contre, Nicolas Sarkozy est pour. Et dimanche soir, elle a enfoncé le clou avant même que le Patron ne s'exprime, Nathalie Kosciusko-Morizet a expliqué sur les plateaux de télé que s'il n'y avait pas eu de Front Républicain, Xavier Bertrand et Christian Estrosi auraient passé une bien mauvaise soirée, sous-entendu ils ont sauvé leur peau en partie grâce au vote d'électeurs socialistes. 
Ce n'est pas faux ! D'ailleurs ils ont tous deux remerciés les électeurs du PS. Mais ce n'est pas nouveau. Cela fait longtemps que Nathalie Kosciusko-Morizet dit ce qu'elle veut quand elle veut. C'est un électron libre. Elle n'est pas du genre à courber l'échine ni à faire des compromis, ça fait partie de ses défauts, et de ses qualités aussi. Souvenez-vous lorsqu'elle était ministre et qu'elle surnommait Jean Louis Borloo "le Bonobo", ces grands singes en voie de disparition ou quand elle traitait de "lâche" Jean-François Copé. Elle s'est toujours exprimée comme elle l'entendait !

La rédaction vous recommande

C'était d'ailleurs l'une des conditions quand elle a accepté d'être numéro 2. Elle avait dit à Nicolas Sarkozy: : "J'accepte si je peux garder ma liberté de parole". Ce qui est nouveau en revanche, c'est la brutalité du patron des Républicains envers sa numéro 2. Parce que jusqu'à présent, chez les Républicains, tout le monde assistait au sketch : attention Nicolas va sermonner Nathalie. Nicolas va même virer Nathalie... Et puis Nathalie entrait dans le bureau du Chef avec son costume de vice-présidente et elle ressortait du bureau du Chef avec son costume de vice-présidente. 

Chez les Républicains, le bouchon de la cocote minute est prêt à sauter

Alba Ventura

Régulièrement, les amis de Nicolas Sarkozy expliquaient que Nathalie n'était pas facile à gérer mais qu'elle faisait entendre une voix différente, et qu'au fond Nicolas l'aimait bien. Mais ça c'était avant…Quand Nicolas Sarkozy la trouvait rebelle mais bien utile. A-t-il eu raison ? D'abord au-delà de savoir s'il a eu raison ou pas, ça témoigne quand même d'une grande fébrilité. Nicolas Sarkozy explique qu'il ne veut voir qu'une tête dépasser. C'est compliqué avec la primaire. Et puis s'il y a un problème de ligne, il ne faut pas se séparer seulement de NKM. D'autant qu'elle est libre maintenant de présenter sa ligne à la primaire. Alors c'est vrai que chez les Républicains, le bouchon de la cocote minute est prêt à sauter, entre ceux qui jouent leur partition, ceux qui contestent la stratégie, Jean-François Copé qui veut des États généraux de la droite, Jean-Pierre Raffarin qui veut travailler avec le gouvernement contre le FN et le sarkozyste Renaud Muselier qui annonce qu'il ne soutient plus Nicolas Sarkozy , le climat est on ne peut plus tendu.

Mais l'image que donne le Patron des Républicains n'est pas bonne comme partir au match de football après les résultats dimanche, ce n'est pas une bonne opération. Certes NKM est une "emmerdeuse" comme disait Jacques Chirac, elle ne supporte pas bien l'autorité, mais lorsqu'après les régionales, la première décision que vous prenez est de "virer" une femme (il y a une majorité de femmes dans notre pays), Nicolas Sarkozy donne l'impression d'avoir voulu passer ses nerfs sur quelqu'un.

Les carnets

À lire aussi

Gérard Larcher, le président du Sénat, est très heureux de la victoire de Valérie Pécresse en Île-de-France. Très heureux aussi parce qu'il ne recevra plus de sms nocturnes. La candidate, très anxieuse, avait l'habitude de lui envoyer des petits textos, en pleine nuit au point qu'un jour il lui a répondu : "Dors ! ". Valérie Pécresse Président de Région, le Président du Sénat peut désormais dormir sur ses deux oreilles.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/