1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Élections régionales 2015 : "La position de Jean-Pierre Masseret va être difficilement tenable", dit Alba Ventura
2 min de lecture

Élections régionales 2015 : "La position de Jean-Pierre Masseret va être difficilement tenable", dit Alba Ventura

REPLAY - REPLAY / ÉDITO - Le candidat socialiste de la région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes a décidé de se maintenir au second tour alors que le parti appelle à voter pour le candidat de droite

Alba Ventura
Alba Ventura
Crédit : Alba Ventura
Élections régionales 2015 : "La position de Jean-Pierre Masseret va être difficilement tenable", dit Alba Ventura
03:18
Élections régionales 2015 : "La position de Jean-Pierre Masseret va être difficilement tenable", dit Alba Ventura
03:25
Alba Ventura & Mathilde Cesbron

Il est l'homme qui a décidé de ne pas céder aux injonctions de son parti. Arrivé en 3e position, avec seulement 16%, Jean-Pierre Masseret, le candidat socialiste de la région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes a décidé de se maintenir. Cela va être difficilement tenable. Le patron des socialistes Jean-Christophe Cambadélis, et même le Premier ministre Manuel Valls appellent à voter pour le candidat de droite. C'est exactement ce qu'avait fait la gauche pour Jacques Chirac en 2002.
Lundi 7 décembre à l'Élysée, on disait que ce n'était pas fini donc il y a une grosse pression et on verra d'ici 18h ce mardi soir date limite du dépôt des listes pour le second tour, si Jean- Pierre Masseret reste seul contre tous ou s'il se retire. Pourquoi s'entête-t-il ? Il y a deux façons de voir les choses. Vu de Paris, c'est une position morale. On jette les armes mais vu de la région, ne pas avoir d'élu c'est renoncer à se battre pour ses idées. Le raisonnement politique de Jean-Pierre Masseret, il s'entend. Voilà un élu qui se bat depuis très longtemps contre le FN qui estime qu'il ne peut pas déserter le combat et offrir aux électeurs de gauche que le choix entre la droite et le FN.

Une double peine

Il y a un vrai risque, je dirais même une double peine, c’est-à-dire, que si il se retire, non seulement il devient spectateur, il n'y a plus aucun élu PS. Et son retrait n'empêchera pas forcément la victoire du FN et de son candidat Florian Philippot. Le raisonnement inverse c'est que Monsieur Masseret, ça fait 36 ans qu'il enchaîne les mandats. Il n'est pas que marathonien au sens sportif du terme, il l'est aussi en politique.
On ne peut pas dire qu'à la tête de la région Lorraine il a particulièrement brillé sinon il n'en serait pas aujourd'hui à décrocher la palme du plus mauvais score du PS, même si il n'est pas seul responsable.  
Mais bon, il a vu arriver le Front national de près, lui qui a été maire d'Hayange, ville aujourd'hui dirigée par le FN, ça a été une alerte sérieuse.

Et à 71 ans, élu depuis 1979, il aurait pu passer la main. Il aurait pu préparer la suite. C'est d'ailleurs un des problèmes du parti socialiste, le renouvellement des générations ! Regardez en PACA, Michel Vauzelle, n'a jamais voulu prévoir sa succession, et Christophe Castaner inconnu au bataillon s'est retrouvé propulsé pour finalement être éjecté. Regardez en Île-de-France, il a fallu sortir Jean Paul Huchon aux forceps alors qu'il s'apprêtait à rempiler pour un 4ème mandat, et le PS est allé chercher rien moins que le Président de l'Assemblée Nationale, Claude Bartolone comme si là aussi on n'avait pas anticipé le renouvellement. Alors vous me demandiez si Jean-Pierre Masseret s'entêtait ?
On peut être un bon Président de Région à 70 ou 80 ans mais lorsque ça tangue, il faut savoir réagir, ne pas s'accrocher. Jean Pierre Masseret  a sans doute toutes les bonnes raisons de vouloir se maintenir, l'image n'est pas terrible.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/