1 min de lecture Élections départementales

Élections départementales 2015 : la gauche morcelée après le second tour

REPLAY - La gauche a perdu 25 départements, en a gagné un et conservé 33, après le second tour des départementales.

RTL Midi -  Christelle Rebière RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Élections départementales 2015 : la gauche morcelée après le second tour Crédit Image : DENIS CHARLET / AFP | Crédit Média : Vincent Derosier | Durée : | Date : La page de l'émission
Générique 1
Vincent Derosier et Fanny Bonjean

La défaite annoncée a bien eu lieu pour le Parti socialiste lors du second tour des élections départementales. 25 départements dirigés par la gauche sont tombés aux mains de la droite dont des bastions du PS comme la Corrèze, l'Essonne ou le Nord.

Ce lundi 30 mars la gauche est en morceaux. Pour Julien Dray, "la tâche est immense (...) Il faut tout recommencer à zéro." Plus mesuré Bruno Leroux estime que "la gauche a perdu par bêtise politique, par division factice". Pour Benoît Hamon, la faute est due à "des orientations qui ont désarçonné"

Les frondeurs appellent le gouvernement à changer de politique. "La suite ce n'est pas de continuer comme avant, la suite c'est de proposer un contrat de rassemblement sur des politiques concrètes", lance Christian Paul. Mais Manuel Valls a déjà rejeté tout infléchissement de la politique menée. C'est pour cela que Martine Aubry s'adresse directement à François Hollande : "Qu'il amplifie encore l'effort pour que la gauche sache se réunir mais sur le fond, parce qu'on ne peut pas se réunir si on n'est pas d'accord sur le fond."

Les Verts en colère

Et le réconfort le viendra pas de Jean-Luc Mélenchon : "Ne laissez pas Hollande et Valls réduire la belle idée progressiste de gauche à néant. Offrons à notre peuple une nouvelle alliance populaire." 

À lire aussi
Jacques Bompard, maire extrême-droite de la ville d'Orange (Vaucluse) extrême droite
Orange : deux partis d'extrême droite au second tour

Du côté des Verts, la patronne Emmanuelle Cosse réclame aussi "une nouvelle politique, plus écologique et plus solidaire." Les écologistes refusent qu'on leur fasse porter la responsabilité de la division. Jean-Christophe Cambadélis, qui les reçoit, va tenter de les apaiser. L'heure n'est pas au rassemblement mais plutôt aux explications musclées, affirme l'un des Verts.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections départementales Parti socialiste Front de gauche
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants