1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Élection régionales 2015 : "Les sondages ne mesurent pas le vote frontiste mais la peur", dit Jean-Christophe Cambadélis
1 min de lecture

Élection régionales 2015 : "Les sondages ne mesurent pas le vote frontiste mais la peur", dit Jean-Christophe Cambadélis

LE GRAND JURY - Le député de Paris, invité du "Grand Jury" de RTL, aborde avec un certain recul les sondages favorables au Front national pour les élections régionales.

Jean-Christophe Cambadélis, invité du Grand Jury, le 29 novembre 2015
Jean-Christophe Cambadélis, invité du Grand Jury, le 29 novembre 2015
Crédit : RTL / Frédéric Bukajlo / Abacapress
Jean-Christophe Cambadélis, invité du Grand Jury RTL/ Le Figaro/ LCI
25:51
Jean-Christophe Cambadélis, invité du Grand Jury RTL/ Le Figaro/ LCI
26:31
Jean-Christophe Cambadélis était l'invité du Grand Jury du 29 novembre 2015
52:29
Mathilde Cesbron
Mathilde Cesbron

Les élections régionales auront lieu les 6 et 13 décembre 2015. À une semaine de l'échéance, les différents sondages réalisés pour la presse ne sentent pas bon pour le PS. Le FN et la droite sont au coude-à-coude, laissant la gauche loin derrière. Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, ne s'en inquiète pas outre mesure. "Les sondages actuellement ne mesurent pas le vote frontiste, ils mesurent la peur. Je leur dis : 'Ayez confiance'", a-t-il déclaré aux journalistes de RTL, LCI et Le Figaro lors de sa venue au Grand Jury, l'émission politique de RTL. Je pense que les Français vont refuser de se laisser terroriser par les terroristes et vont se mobiliser."

Pour le député de Paris, le FN est un parti "surcoté". "Les sondeurs nous disaient que lors des départementales, le FN serait à 33%. Il a été à 7 points en dessous. Dire que le FN sera en position haute ou forte, tout le monde peut le concevoir, mais dire qu’il va remporter des régions, personne ne le sait." Jean-Christophe Cambadélis a affirmé ne pas vouloir "baisser les bras dans le combat". "Si vous voulez combattre le FN, votez massivement pour le PS". 

Il y a une fascination par rapport à la victoire possible du Front national

Jean-Christophe Cambadélis

Le premier secrétaire du parti a déclaré qu'il n'y aurait pas, à son avis, de front républicain. "Je ne crois pas qu’il y aura au soir du premier tour, un conciliabule avec Nicolas Sarkozy. Chacun prendra ses responsabilités. Je ne demanderai rien du tout à la droite. Je m’occuperai de l’alliance à gauche." Selon Cambadélis, "il y a une fascination par rapport à la victoire possible du Front national".

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/