1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Élection régionales 2015 en Provence-Alpes-Côte d'Azur : Marion Maréchal-Le Pen, l'héritière du Front national
5 min de lecture

Élection régionales 2015 en Provence-Alpes-Côte d'Azur : Marion Maréchal-Le Pen, l'héritière du Front national

PORTRAIT / INTERVIEW - À 26 ans, la plus jeune députée de la Ve République est peut-être en passe d'établir un nouveau précédent en remportant la présidence de la région PACA.

Marion Maréchal-Le Pen est candidate pour le second tour des élections régionales en PACA face à Christian Estrosi.
Marion Maréchal-Le Pen est candidate pour le second tour des élections régionales en PACA face à Christian Estrosi.
Crédit : ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

Peu de figures politiques françaises peuvent se targuer de s'être fait des ennemis intimes avant même d'avoir eu 26 ans. Mais Marion Maréchal-Le Pen, que Christian Estrosi qualifie de "pire des trois" dans le clan Le Pen, semble avoir réussi à s'attirer l'inimitié tenace du député-maire de Nice. Il ne s'agit pas de la première prouesse de la petite-fille de Jean-Marie Le Pen qui, cinq ans après ses premiers pas en politique, est peut-être en passe de conquérir le Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur à l'issue du second tour des élections régionales, dimanche 13 décembre. Une assemblée dont son grand-père, le cofondateur du Front national, Jean-Marie Le Pen, s'apprête symboliquement à quitter les bancs à la fin de l'année.

Alors que le patriarche du FN accuse Marine Le Pen de l'avoir "trahi", il semble aujourd'hui voir en Marion Maréchal-Le Pen sa légitime héritière. En 1956, il devenait le plus jeune député de la IVe République (avec le communiste André Chène), sa petite-fille faisait, elle, son entrée à l'Assemblée nationale en 2012, à tout juste 22 ans. Mais la petite dernière du clan Le Pen n'a plus besoin de la figure tutélaire de son grand-père ou de sa tante pour connaître la route à suivre. Dans quelques jours, elle aura peut-être réussi là où son grand-père a échoué : ravir la présidence d'une région de près de 6 millions d'habitants.

Rentrée dans l'arène en traînant les pieds

Beaucoup de choses ont changé depuis que Marion Maréchal-Le Pen a fait ses premiers pas en politique en acceptant de figurer sur les listes de Marie-Christine Arnautu, candidate Front national aux élections régionales de 2010. "Elle l'a fait par devoir, pendant ses études de droit, maiselle s'est plutôt résignée à être candidate", se souvient Jean-Marie Le Pen, contacté par RTL.fr. La jeune fille n'est encartée au Front national que depuis deux ans alors et elle n'est pas encore tout à fait à l'aise devant les caméras. La liste du Front national ne récolte alors que 9,29% des voix et ne se maintient pas au second tour.

La carrière de Marion Maréchal-Le Pen a failli en rester là. Lorsque Jean-Marie Le Pen "suggère" à sa petite-fille d'être candidate aux élections législatives dans le Vaucluse en 2012, elle lui adresse un fin de non-recevoir. "Elle m'a adressé une lettre en me disant : 'Grand-père, c'est plus facile de te le dire par écrit, ma décision est irrévocable'", rapporte Jean-Marie Le Pen. Le Menhir ne se laisse pas décourager pour autant et demande alors à sa nièce de passer le voir dans la maison familiale de Montretout, à quelques kilomètres de la clinique de Saint-Cloud, où sa petite-fille est née le 10 décembre 1989. "Je lui ai dit : 'Marion, comment veux-tu que nous demandions aux jeunes de s'engager à nos côtés, si ceux de notre famille ne s'engage pas ?' Elle a réfléchi pendant dix ou quinze minutes. Elle est resté silencieuse et elle m'a dit : 'J'accepte'", raconte son grand-père.

Laver l'honneur du Front national

À écouter aussi

La volonté de Jean-Marie Le Pen de pousser sa petite-fille à défendre les couleurs du Front national dans le Vaucluse est loin d'être un caprice du patriarche. "Pour moi il était symbolique que le Front national ait le droit à une réhabilitation solennelle et populaire après la diffamation dont il avait l'objet dans l'affaire de Carpentras", glisse-t-il à RTL.fr. Depuis les années 90, l'affaire de la profanation du cimetière juif de Carpentras continue de hanter le Front national, dans l'arrière-pays avignonais. Avec Marion Maréchal-Le Pen, le Front national présente une candidate dont la jeunesse chasse les mauvais souvenirs  mais dont le nom galvanise les militants.

Mais Marion Maréchal-Le Pen est en partie un choix par défaut, reconnaît le président d’honneur du Front national. "Contrairement à tout ce que croient les gens, je n'ai jamais fait de politique dynastique. Mais si on doit trouver des gens dans notre famille, c'est qu'on n'en a pas trouvé tellement d'autres dans un parti où il n'y avait que des coups à prendre", avance Jean-Marie Le Pen. Le pari de l'ancien président du Front national s'avère gagnant : il obtient "une revanche méritée" et Marion Maréchal-Le Pen arrive en tête dans la troisième circonscription du Vaucluse. Le Front national signe alors son retour au Parlement, avec l'élection de Gilbert Colard (Rassemblement Bleu Marine) dans le Gard. Contrairement à ce dernier, la jeune députée limite sa prise de paroles dans les médias et essaye de préserver sa vie privé.

La plus secrète de la dynastie

"Au départ c'est qu'elle craignait les médias et qu'elle était très timide et réservée", explique Jean-Marie Le Pen. Une époque aujourd'hui révolue. La tête de liste du Front national en région PACA n'a plus rien à envier à sa tante lorsqu'il s'agit de boxer avec ses rivaux sous les yeux des caméras. Mardi 8 décembre, Christian Estrosi a même refusé de débattre avec sa rivale sur le plateau d'iTélé dans l'entre-deux-tours.

En 2013, la nièce de Marine Le Pen avait poursuivi L'Express pour atteinte à la vie privée lorsque l'hebdomadaire avait révélé l'identité de son père biologique, le journaliste et diplomate Roger Auque. Le magazine sera condamné à lui verser 10.000 euros de dommages-intérêts. Les titres d'extrême droite ne sont pas non plus épargnés. La députée FN avait aussi poursuivi Minute pour avoir révélé sa grossesse en 2014. Depuis la naissance de sa fille Olympe, le 3 septembre 2014, aucun cliché de l'enfant n'a d'ailleurs filtré.

Une nouvelle ligne ou un retour aux sources ?

La campagne des élections régionales a donné une nouvelle dimension à Marion Maréchal-Le Pen. Alors que Marine Le Pen a opté pour un discours anti-élite et anti-austérité dans le Nord, Marion Maréchal-Le Pen a axé sa campagne sur des valeurs sociétales et identitaires dans le Sud, en s'attaquant par exemple au planning familial. Alors que la présidente du FN avait pris soin de s'éloigner des groupuscules identitaires en prenant les rênes du Front national, sa nièce n'a pas hésité à s'affranchir de ces consignes et à prendre Philippe Vardon - l'ancien leader du Bloc identitaire - sur ses listes dans les Alpes-Maritimes.

La catholique pratiquante, qui avait fréquenté l'institut traditionaliste Saint Pie dans sa jeunesse, est beaucoup plus proche des milieux catholiques que son grand-père et sa tante. Elle avait été d'ailleurs été invitée à l'université d'été organisée par le diocèse du Var cet été. Après avoir pris soin d'éviter de se mêler à la guerre que se livrent Jean-Marie et Marine Le Pen depuis le printemps 2015, elle refuse d'être opposée à sa tante. Celle qui ne souhaite pas devenir "l'avocate de Jean-Marie Le Pen" préfère se présenter comme "complémentaire" avec la présidente du Front national.

Alors que certains observateurs avancent que Marine Le Pen commence à surveiller de plus en plus attentivement la montée en puissance de sa nièce, le résultat du second tour des élections régionales va redistribuer les cartes au Front national s'il l'une des héritières de Jean-Marie Le Pen venait à être élue. La candidate du Front nationale en PACA est en train de faire bouger les lignes à l'extrême droite. Après avoir rapatrié les identitaires dans le giron du FN, c'est le souverainiste Philippe de Villier qui a adoubé la petite-fille de Jean-Marie Le Pen. "J'ai été impressionné par son envergure et sa maturité. Elle a une pensée aboutie et une véritable vision pour sa région.", glisse le président du Mouvement pour la France dans les colonnes du Figaro.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/