3 min de lecture Édouard Philippe

Édouard Philippe sur RTL : 4 points à retenir de l'interview du Premier ministre

INVITÉ RTL - La politique d’immigration du gouvernement, la polémique du vol Tokyo-Paris ou l'avenir de Notre-Dame-des-Landes... Le Premier ministre a répondu aux questions d’Élisabeth Martichoux.

Elizabeth Martichoux L'invité de RTL Elizabeth Martichoux
>
Immigration : 4 questions sur la polémique entre le gouvernement et les associations Crédit Image : Frédéric Bukajlo pour SIPA / RTL | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Martin Planques
Martin Planques

Le Premier ministre Édouard Philippe était l'invité de RTL, ce mercredi 20 décembre. Il est revenu sur plusieurs sujets qui font l'actualité, dont les polémiques du vol Paris-Tokyo à 350.000 euros et celle de la politique d'immigration mise en place par son gouvernement.

Si le Premier ministre "comprend que des questions puissent être posées", il a assumé les différents choix du gouvernement sur les thèmes abordés, notamment sur le choix du vol privé pour son retour de Nouvelle-Calédonie. Selon lui, il ne s'agit donc pas d'un dérapage.

Édouard Philippe entend les critiques mais sur la polémique de la politique d'immigration il l'a affirmé au micro de RTL, elles ne freineront pas l'agenda du gouvernement : le projet de loi sur l'immigration sera bien présenté début 2018.

À lire aussi
Benjamin Griveaux, le 5 septembre 2018 politique
Les actualités de 12h30 - CSG : "Nous ne sommes pas des Pères Noël", affirme Griveaux

1. Édouard Philippe "assume" le vol Tokyo-Paris

Le Premier ministre "assume" et "explique" le choix du vol privé Tokyo-Paris à 350.000 euros pour son retour de Nouvelle-Calédonie. "C'est compliqué et cher de déplacer le Premier ministre, je comprends parfaitement la surprise", a déclaré Édouard Philippe "on savait qu'il fallait rentrer pour un élément impératif qui est que le président de la République partait en Algérie. "La règle, c'est qu'on essaye de faire en sorte que le Premier ministre ou le Président soit sur le territoire national". Venu en Nouvelle-Calédonie en vol commercial, Édouard Philippe a profité d'un vol privé à Tokyo. La délégation française a pris place à bord d'un A340 de luxe avec 100 sièges.

Si Édouard Philippe assume, il reconnait et comprend que de telles sommes puissent choquer les Français, "dès qu'on parle des déplacements du Premier ministre ou du Président, (ces sommes) sont impressionnantes. Quand j'ai été nommé à Matignon, j'ai été impressionné par les montants en jeu".

2. Sur l'immigration, il dément vouloir "faire le tri"

La nouvelle politique d'immigration du gouvernement qui prévoit le recensement des migrants dans les centres d'hébergement fait polémique. Mais Édouard Philippe l'a affirmé au micro de RTL : "Il ne s’agit pas de revenir sur l’inconditionnalité de l’accueil". Un principe qui veut que tout le monde soit accueilli dans les centres sans discrimination. Le Premier ministre tient à "rassurer" : "Je comprends parfaitement que les associations et que tous ceux qui s’engagent dans l’accueil des migrants soient attentifs" à cette question.

"Notre objectif n'est pas de faire le tri, il est d’être beaucoup plus efficace vis-à-vis des étrangers ayant demandé l’asile" a assuré Édouard Philippe avant d'ajouter : "Ce ne sont pas des forces de l'ordre qui se rendront dans les centres" mais des "fonctionnaires de la préfecture".

3. NDDL : "Une décision difficile", selon Édouard Philippe

Édouard Philippe a pris connaissance du rapport sur Notre-Dame-des-Landes qu'il avait commandé à trois experts. Son attente du rapport : des "alternatives envisageables". Il s'est déclaré satisfait parce que le rapport "ouvre une alternative"

"J'ai besoin de prendre contact avec les élus locaux en janvier et une décision sera prise" a-t-il affirmé avant de reconnaître : "Cette décision sera difficile parce que les deux choix présentent des inconvénients"

4. Refus de se réjouir des prévisions de l'INSEE

Édouard Philippe a refusé de commenter les dernières prévisions de l'INSEE selon lesquelles la croissance serait positive en 2018. "Ce ne sont que des prévisions" a-t-il jugé. Le Premier ministre a donc rejeté la question : "Je ne commente pas des chose qui ne sont pas arrivées". 


"En général les gouvernements sont accusés, à juste titre, de faire des hypothèses de croissance plus optimistes que ce qui se passe réellement. Nous, nous avons choisi d'être extrêmement prudents" a confié Édouard Philippe au micro de RTL. Il a tenu a affirmer que "se réjouir" de prévisions n’était "pas sain" avant de conclure : "Permettez d’être cohérent".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Édouard Philippe Immigration Notre-Dame-des-Landes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791505156
Édouard Philippe sur RTL : 4 points à retenir de l'interview du Premier ministre
Édouard Philippe sur RTL : 4 points à retenir de l'interview du Premier ministre
INVITÉ RTL - La politique d’immigration du gouvernement, la polémique du vol Tokyo-Paris ou l'avenir de Notre-Dame-des-Landes... Le Premier ministre a répondu aux questions d’Élisabeth Martichoux.
https://www.rtl.fr/actu/politique/edouard-philippe-sur-rtl-ce-qu-il-faut-retenir-de-l-interview-du-premier-ministre-7791505156
2017-12-20 08:48:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/CgLO9EZ0lktTZMgHTY4RIA/330v220-2/online/image/2017/1220/7791505350_edouard-philippe-invite-de-rtl-mercredi-20-decembre-2017.JPG