3 min de lecture Écoutes Sarkozy

Écoutes de Sarkozy : un rapport des enquêteurs accable l'ancien président

Un rapport des enquêteurs dans l'affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy, de son avocat et du magistrat Gilbert Azibert accable l'ancien président, mis en examen pour trafic d’influence, corruption active et violation du secret professionnel.

Nicolas Sarkozy, le 9 mai 2012.
Nicolas Sarkozy, le 9 mai 2012. Crédit : AFP
Marion Dautry
Marion Dautry
Journaliste RTL

"Les conversations enregistrées entre Thierry Herzog, Nicolas Sarkozy et Gilbert Azibert sont claires sur leurs intentions." Les conclusions de l'enquête sur l'affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy ainsi rédigées sont très gênantes pour l'ex-chef de l'État qui vient de faire son retour sur la scène politique, alors qu'il a été mis en examen pour trafic d'influence et corruption active.

Libération, France 3 et France Inter ont eu accès au rapport rédigé par la chef de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), Christine Dufau, ainsi qu'à des PV d'audition. Ils montrent que les enquêteurs n'ont pas de doute sur la culpabilité de Nicolas Sarkozy, de son avocat Thierry Herzog et du haut-magistrat Gilbert Azibert. L'ancien président est soupçonné d'avoir cherché, avec son avocat, à obtenir des informations confidentielles sur l'avancement des décisions concernant ses agendas saisis dans l'affaire Bettencourt, en échange d'un poste à Monaco.

Le trafic d'influence avéré selon les enquêteurs

"(...) Leurs propos ne suscitent pas d’interrogation quant à leur volonté et leurs attentes : Gilbert Azibert est sollicité pour obtenir des informations et démarcher des conseillers à la Cour de cassation. En contrepartie, Nicolas Sarkozy accepte de l’aider à obtenir un poste à Monaco. Ces faits sont constitutifs du trafic d’influence, qui rappelons-le, prévoit l’influence réelle ou supposée", écrit ainsi Christine Dufau dans son rapport.

Nicolas Sarkozy avait été placé sur écoute, de même que ses lignes déclarées sous le nom de Paul Bismuth, et des conversations avec son avocat Thierry Herzog ont été enregistrées. "Gilbert" a "bien bossé", a notamment déclaré Maître Herzog lors d'un appel concernant les agendas. "Gilbert" n'est autre que Gilbert Azibert, haut-magistrat à la Cour de cassation et vieil ami de Thierry Herzog. Le lendemain, l'avocat déclare avoir pu lire un avis du rapporteur, qui ne devait jamais être transmis, ni au procureur, ni aux avocats.

Plus tard, Thierry Herzog explique à Nicolas Sarkozy que son ami lui a "parlé d’un truc sur Monaco, parce qu’il voudrait être nommé au tour extérieur". Nicolas Sarkozy répond : "Appelle le aujourd’hui en disant que je m’en occuperai, parce que moi je vais à Monaco et je verrai le prince".

Nicolas Sarkozy et Thierry Herzog très bien informés

À lire aussi
Nicolas Sarkozy, le 20 mai 2019 justice
Affaire des "écoutes" : Nicolas Sarkozy va être jugé pour corruption

Les enquêteurs sont également persuadés que l'ancien président et son avocat ont été mis au courant des écoutes, car leur conversation "change radicalement" du jour au lendemain. Sur sa ligne officielle (à son nom), Nicolas Sarkozy évoque alors pour la première fois Gilbert Azibert et affirme n'avoir "pas eu envie" de demander quoi que ce soit. "Ces informations dont ils ont bénéficié n'ont pas permis de dérouler normalement les investigations", indiquent les enquêteurs.

Néanmoins, le 4 mars, les bureaux de Thierry Herzog et Gilbert Azibert sont perquisitionnés. Le 11 mars, la Cour de cassation rend un avis défavorable pour Nicolas Sarkozy, qui doit donc laisser ses agendas entre les mains de la justice et risquer de les voir servir dans d'autres affaires qui l'impliquent. Lui-même est mis en examen le 2 juillet.

La diffusion de ce rapport tombe très mal pour l'ancien président, qui vient de se porter candidat à la présidence de l'UMP. "Si j'avais quelque chose à me reprocher, croyez-vous que je reviendrais ?", a-t-il cependant asséné au 20 heures de France 2 le 21 septembre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Écoutes Sarkozy Affaires Nicolas Sarkozy
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants